RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Charlie, où es-tu ?

Perso, je ne suis pas allé à la manif du 11 janvier, car justement, j’aimais trop Hara-Kiri et l’ancien Charlie pour cautionner cette grand-messe nationale. Choron et Reiser ont du se bidonner à en faire trembler leur pierre tombale en voyant cette mascarade si vite récupérée. Eux qui ont toujours été à contre-courant, soudain transformés en icônes, c’est juste à pleurer de rire. Une dernière blague à leurs dépens. De toute façon, le vrai Charlie était mort depuis longtemps ...

C’était quand même insolite cet attachement soudain et spontané à l’hebdomadaire satirique que personne n’achetait auparavant. D’un seul coup tout le monde en a fait l’éloge et sacralisé son contenu qui, par ailleurs, était depuis de nombreuses années d’une médiocrité certaine. D’autre part, je n’avais jamais entendu parler de Charlie Hebdo comme garant de la liberté d’expression avant ce jour. La liberté d’expression est instrumentalisée. On s’en sert aujourd’hui pour instaurer des lois pour « fliquer » la population.

Reste l’émotion, réelle, d’un peuple pour ses troublions. J’en veux aux politiques, aux médias, certainement pas aux manifestants qui ont exprimé ensemble leur tristesse d’une manière maladroite, mais touchante. On demeure largement inconscient de ce qui est en jeu, dans les phénomènes de masse chacun est saisi par l’émotion et trouve ça beau, grandiose, on a une réelle envie de se fondre dans le collectif, d’avoir ce sentiment de partage et d’appartenance qui fait si cruellement défaut à nos société modernes. Le 11 janvier la France a communié dans la douleur et les larmes, demain sera un autre jour ... mais s’offusquer des conséquences sans chercher à en comprendre les causes est un manque de conscience citoyenne et politique.

Je ne doute pas que tous les français qui y ont participé voulaient exprimer ce qu’ils estiment être des valeurs justes, de fraternité, de liberté d’expression, etc... Au départ, les gens qui ont manifesté l’ont fait sans aucune arrière-pensée, bien avant que Hollande ne s’exprime pour tenter de récupérer cette mobilisation en marche. Dans cette pitoyable mascarade, une fois de plus, les médias « mainstream » ont joué un rôle manipulateur, laissant place à une mythologie douteuse. Sans tomber dans les raccourcis complotistes, mais ne vous en déplaise, vous avez participé à un mouvement qui vous dépasse, qui est maintenant inscrit dans l’Histoire de France, et ce n’est ni vous ni n’importe quel Charlie qui écrit l’Histoire...

On nous a donc montré une grande vague dite « républicaine », l’union nationale contre le terrorisme. Des Français fiers d’être Français, unis comme jamais, dressés contre la monstruosité terroriste, pour les libertés démocratiques, pour la liberté d’expression. Unis avec le chef de l’Etat et ses prestigieux invités internationaux. A Paris, dans certains coins de la gigantesque manifestation, celle-ci prenait même des airs de « manif pour tous » (un paradoxe pour Charlie Hebdo !), et là se concentraient le délire patriotique et les ovations à la maréchaussée... Mais attention, l’union nationale n’a jamais profité qu’à une petite caste, jamais au peuple ! L’union nationale n’est pas seulement un leurre, c’est exactement le contraire de ce qu’il faut faire. Il faut commencer par sabrer et tailler, séparer le bon grain de l’ivraie, radicaliser les positions et créer de vraies alternatives politiques ...

Le Monde a appelé cette grande communion « L’esprit du 11 janvier ». Ce sont les images de cette France-là que nous ont montré les télévisions : un peuple qui dit des choses généreuses, mais au garde-à-vous derrière ses chefs qui eux n’ont rien de généreux et accompagnés d’abjectes hypocrites venus des quatre coins de la planète. Le gouvernement veut ainsi reprendre la main, et fait comme si ces millions de gens, qui ont juste défilé, plus ou moins confusément « contre le terrorisme » ou « pour la liberté », avaient manifesté pour le pouvoir. Et d’invoquer cet « esprit du 11 janvier » pour justifier tout et n’importe quoi...

C’est pour cela que je voudrais attirer votre attention sur la conséquence effective des attentats contre Charlie Hebdo et des manifestations qui en ont découlé : la loi renseignement, un « patriot-act » à la Française, qui n’est rien de moins que la légalisation d’une surveillance de masse sans aucun contrôle judiciaire. Votée par 438 députés de tous les partis (y compris les verts et le FDG, un comble). Et les mêmes, sans aucune logique, mais par simple calcul politicien, condamnent le fichage ethnique du maire de Béziers, alors que la surveillance de masse de l’ensemble de la population qu’ils ont approuvée et votée fournira de facto ce type de statistiques... hypocrisie, hypocrisie ! De la captation en temps réel des métadonnées des abonnés à Internet, à la mise en place d’algorithmes pour la détection automatique des profils suspects sur le réseau, l’interception de correspondances électroniques, la pose de micros dans un appartement ou dans un véhicule, la géolocalisation... tout cela va encore élargir les possibilités de surveillance du net, déjà étendues par la dernière loi de programmation militaire de 2013 et la loi antiterroriste votée en novembre 2014.

Avec Charlie, le 11 janvier, on condamnait le terrorisme, mais les contradictions politiques et économiques sont décidément nombreuses et le 4 mai avec les ventes des rafales au Qatar, financeur de ce même terrorisme, on l’approuve. Le 11 janvier, on défendait la liberté d’expression et aujourd’hui la loi renseignement met à mal nos libertés et laisse présager des dérapages inévitables, car comme le disait Abraham Lincoln : « qui préfère la sécurité à la liberté, aura tôt fait de perdre les deux ! ». En restant poli, j’ajouterais simplement : « Les cocus du 11 janvier, comptez-vous ! »

Alex TERRIEUR en surfant sur le net

Voir aussi les articles de mon frère Alain

»» http://2ccr.unblog.fr/2015/05/14/charlie-ou-es-tu/
URL de cet article 28619
  

Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n’ont jamais avancé d’un seul pas.

Mikhaïl Bakounine

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.