RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

CHILI : 2 ans après l’explosion sociale et 4 semaines avant la présidentielle

Si le grain de sel qui a enrayé la machine libérale à partir du 18 octobre 2019 est une simple augmentation de 30 pesos du ticket du métro, les revendications contre le système libéral étaient nombreuses. Elles s’étaient exprimées dans de nombreuses luttes et manifestations parfois spectaculaires.

Malgré l’explosion sociale, pour le moment, peu a été gagné.

Le salaire minimum reste excessivement bas même si, en octobre et novembre 2019, les travailleurs des grandes entreprises ont arraché de nombreuses augmentations de salaire. La seule solution qui a été trouvé pour faire face à la crise du pouvoir d’achat a été de donner à chacun la possibilité de piocher dans son épargne retraite. Le système chilien est un système de capitalisation individuelle. Chacun est « libre » de choisir le fonds de pension qui gère son épargne retraite, une cotisation obligatoire sur le salaire. Cette épargne s’accumule et sert de base pour calculer les montants de la retraite. Le résultat est catastrophique pour les retraités dont les pensions sont ridicules.

A la faveur de la pandémie, par trois fois, il a été autorisé des retraits successifs de 10% de l’épargne accumulée. Actuellement est en discussion un quatrième retrait.

Ces retraits successifs, s’ils ont été une bouée de sauvetage pour l’immense majorité des familles chiliennes, n’a réglé en rien la question du montant des salaires et des pensions. Les salaires sont restés bas et les fonds de pension n’ont été ni touchés, ni réformés ou nationalisés. Le système de retraite par capitalisation individuelle est toujours là.

L’éducation : aucune réforme n’est venue non plus. L’université est toujours payante et le système de prêts aux étudiants intact. Ces prêts aux étudiants, plutôt que des bourses ou la gratuité des études, avaient été mis en place par l’ex-Concertation, l’alliance centriste libérale de la Démocratie-Chrétienne (DC) et du Parti Socialiste (PS).

L’eau : aucune réforme non plus. L’eau qui a été entièrement privatisée, par Pinochet puis par l’ex-Concertation, l’est toujours. Aucune loi nouvelle n’est venue régulée sa propriété, son utilisation ou son coût.

La terre : grande revendication des Mapuches. La terre reste, comme l’eau soumise au droit de la propriété privée qui ne correspond aucunement aux traditions mapuches de propriété collective familiale. De plus aucune négociation globale n’a été entamé entre l’Etat et les représentants mapuches. Au contraire, le président Piñera vient de proclamer l’Etat d’exception dans les provinces du sud où vient les Mapuches et d’y faire déployer l’armée.

On pourrait faire le tour de toutes les revendications qui avaient été brandies par les Chiliens dès avant l’explosion sociale, rien n’a bougé, ni dans les textes ni dans les faits. Si un certain nombre de lois ont été votées par les députés, elles sont en général bloquées au niveau du Sénat. Par exemple, les députés ont voté fin 2019 la loi instaurant la semaine de travail de 40h. Depuis cette loi est bloquée au Sénat où elle n’a toujours pas été examinée. La Présidente du Sénat était Yasma Provoste, DC et aujourd’hui candidate présidentielle de l’ex-Concertation.

La droite a néanmoins concédé un changement important, celui de la Constitution. Une Commission Constituante qui doit rédiger une nouvelle Constitution a été élue en mai 2021. Pas une Assemblée Constituante, une Commission : la nuance est importante. La Commission doit légiférer dans le cadre de la loi et de la Constitution actuelle. Elle n’est pas entièrement indépendante et souveraine. En particulier, il est interdit à la Commission de toucher aux traités internationaux signés par le Chili. Symboliquement, c’est une femme représentante du Peuple Mapuche qui a été élue à la présidence de la Commission. Symboliquement encore la future Constitution a commencé à s’écrire le 18 octobre 2021. La droite est déchainée contre cette assemblée et mène une campagne permanente contre elle. Mensonges, calomnies, rumeurs, fake-news. La droite tente d’une part de freiner les travaux et espère que la Constitution qui sera proposée soit rejetée par les Chiliens dans le référendum final qui devrait avoir lieu au second semestre 2022.

Les élections de mai 2021 à la Commission Constituante ont mis en évidence un changement de rapport de forces politiques. La droite s’est effondrée. L’ex-Concertation également. Ont surgi deux nouvelles forces : les indépendants d’un côté et l’alliance du Frente Amplio (FA) et du Parti Communiste Chilien (PCCh), qui a pris le nom d’Apruebo Dignidad.

Les indépendants, c’est-à-dire un ensemble de candidats agissant en dehors des partis, avaient présenté trois listes, toutes orientées à gauche, mais avec de fortes nuances. Ensemble elles ont obtenu plus du tiers des voix. Ce succès des indépendants a montré l’ampleur du rejet des partis politiques. L’alliance Apruebo Dignidad a réussi la performance d’être le premier groupe au sein de la Commission Constituante. En son sein les voix se sont répartis à part égales entre le PCCh et le FA.

Avaient lieu en même temps les municipales. Le FA a gagné un certain nombre de municipalités et conservé Valparaiso, la seconde ville du pays. Le PCCh a gagné autant de municipalités qu’il en a perdu. S’il dirigera le même nombre de communes, il a conquis la capitale, la commune de Santiago (ne pas confondre la commune de Santiago, 400.000 habitants, avec l’agglomération de Santiago, 7 millions d’habitants, qui regroupe une quarantaine de communes). Cette municipalité a dorénavant une jeune maire communiste qui représente bien les changements survenus au sein du PCCh, son rajeunissement et sa féminisation.

Maintenant tous les regards sont tournés vers la présidentielle dont le premier tour est fixé au 21 novembre et le second au décembre 2021.

Dans la désignation des candidats des différentes forces politiques, il y a eu plusieurs surprises. A droite, c’est un indépendant, un transfuge de la DC, Sébastian Sichel qui représentera la droite et l’extrême-droite gouvernementale. Il a été ministre de Piñera et président de la Banque centrale.

Au centre, la présidente du Sénat, Yasna Provoste, représentera les partis de l’ex-Concertation, après des négociations et marchés de dupes bien typiques de la « vieille » manière de faire de la politique.

Kast sera de nouveau le candidat de l’extrême-droite non gouvernementale, la partie la plus libérale, la plus dure, la plus pinochetiste de l’arc politique chilien.

A gauche avait lieu une primaire entre le communiste Daniel Jadue, maire emblématique de Recoleta, et Gabriel Boric du FA. On attendait la victoire de Daniel Jadue à la primaire en juillet. Ce fut celle de Gabriel Boric. Grosse déception chez les communistes.

Cet échec peut d’expliquer de plusieurs façons. La peur n’a pas disparu : pour beaucoup si Daniel Jadue l’emportait, on aurait eu à terme une nouvelle intervention militaire. Vraie ou fausse, cette croyance a fonctionné. Ce n’est pas pour rien que le slogan du PCCh en était « Votez communiste sans peur ». Par ailleurs, quand on étudie plus précisément les résultats, on constate que des électeurs du centre (socialistes ou démocrate-chrétiens) sont venus apporter leur voix à Gabriel Boric. Il faut aussi se souvenir, que le PCCh avait perdu fin 2020 les élections au sein du syndicat des enseignants (Colegio de Profesores) au profit du FA. Puis en mars 2021, le PCCh a perdu la direction de la grande centrale syndicale, la CUT, au bénéfice des socialistes. Si le PCCh est bien sorti du placard où il était enfermé depuis la fin de la dictature, s’il a doublé le nombre de ses voix et recueille aujourd’hui près de 10% des suffrages, s’il a gagné Santiago, il n’a pas encore retrouvé l’influence d’avant la dictature quand dans les années 70, il avait 15% des voix.

La campagne en faveur de Gabriel Boric n’efface pas les différences entre les communistes et le FA. Le PCCh a, à plusieurs reprises, manifesté son inquiétude face à une dérive droitière possible du FA. Il a promis d’être particulièrement vigilant quant à l’application effective du programme d’Apruebo Dignidad. Si le PCCh était très présent Plaza Dignidad, le 18 octobre, pour célébrer le deuxième anniversaire de l’explosion sociale, le FA s’est fait discret. Son candidat était à Valdivia à 600 km au sud et ses députés se sont abstenus de venir à la manifestation.

Les sondages aujourd’hui donnent Gabriel Boric en tête au premier tour et vainqueur au second tour, quel que soit le candidat qu’il aurait à affronter. Mais les sondages se sont bien trompés pour les primaires : ils n’avaient pas prévu les victoires de Sichel à droite ni de Boric à gauche.

En face, c’est Kast qui a le vent en poupe. Il est passé dans les sondages à la seconde place devant Sichel et Provoste. Il y a clairement une radicalisation de la droite chilienne. Celle-ci s’apprête à mener une bataille sévère, sans trêve et sans compromis, contre le futur gouvernement de Gabriel Boric. En témoigne son comportement raciste et agressif contre les immigrés. En témoigne l’état d’exception que vient de décréter Piñera dans toutes les provinces du Sud où vient les Mapuches. La droite recherche les incidents violents, elle en créée les conditions.

Le futur président assumera ses fonctions en mars 2022. C’est à ce moment-là que pourront commencer à trouver des solutions les problèmes des salaires, des retraites, de la santé, de l’Université, des Mapuches, etc. si et seulement si le peuple s’en mêle de nouveau, comme en octobre 2019.

URL de cet article 37475
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Agent Orange - Apocalypse Viêt Nam
André BOUNY
Si un jour existe une unité capable de mesurer la douleur et la souffrance, elle devra s’appeler Viêt Nam. « De tous les crimes de guerre, celui de l’Agent Orange au Viêt Nam est particulièrement hideux. » Noam Chomsky, membre du Comité International de Soutien aux victimes de l’Agent Orange Dow Chemical, Monsanto, Diamond, Uniroyal, Hercules… Découvrez les crimes impunis des marchands de la mort. L’effroyable réalité d’un écocide chimique Si l’histoire de l’utilisation des poisons, (venins et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

Martin Luther King

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.