RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Colombie : la narcopolitique au coeur des élections ?

Rafael Garcà­a Torres, l’ex-chef informatique du Département Administratif de Sécurité (DAS) a fait quelques révélations fracassantes sur la narcopolitique alors qu’il a fui le pays craignant pour sa vie.

Suivant l’article de Gilberto Lopes pour Rebelion une grande partie de la classe politique colombienne est tenue par les narcotrafiquants et la politique de la Colombie est assujettie à leurs intérêts.

Narcopolitique, le secret des élections colombiennes
par Gilberto Lopes

Les élections présidentielles colombiennes du 30 mai dernier se sont soldées par une surprise : les candidats favorables au président à lvaro Uribe ont emportés le vote. Le candidat du président, du Parti de l’U, Juan Manuel Santos, à qui les sondages donnaient 37,5 % des préférences, est en tête de presque dix points. Et Germán Vargas, de Cambio Radical, a pratiquement triplé les 3,8 % que lui donnaient les sondages. Rien n’est arrivé comme le prévoyaient les sondeurs les plus sérieux et les experts multiplient les interprétations. Mais je n’en ai aucune qui englobe ce qui est peut-être la clé de ces résultats inespérés : la narcopolitique.

Il y a quelques mois, Rafael Garcà­a Torres, l’ex-chef informatique du Département Administratif de Sécurité (DAS), l’organe de sécurité du gouvernement colombien, a expliqué en détail comme le trafic de stupéfiants et les paramilitaires se sont emparés de la vie politique en Colombie.

Garcà­a Torres, faisant partie de cet engrenage, a fui après avoir senti que sa vie était en danger. Mais dans sa fuite, il a parlé de cela en détail.

Dès 1999 les Auto-défenses Unies de la Colombie (AUC) qui regroupe des paramilitaires et des groupes de narcotrafiquants "ont fait des alliances avec les hommes politiques traditionnels de leurs zones d’influence, pour s’emparer peu à peu de l’administration publique" , indique Torres.

Les effets de cette alliance se sont rapidement fait sentir.

"Pour les élections législatives de mars 2002, les Auto-défenses ont réussi à s’emparer d’à peu près 40% des sièges du congrès"
, affirme Garcà­a Torres. Et il ajoute : "De ne pas avoir été l’appui paramilitaire, à lvaro Uribe n’aurait pas obtenu cette victoire au premier tour" , dans ces élections.

L’histoire se répète maintenant. Durant les élections parlementaires de mars, les secteurs uribistes ont obtenu un confortable triomphe. Le Parti de l’U, des adeptes du président à lvaro Uribe, a obtenu 25% des votes, et les conservateurs, ses alliées, presque 21%, dans des élections auxquelles ont participé à peine 44% des inscrits.

"Les élections législatives du 14 mars dernier sont les plus perverties dans la longue histoire des fraudes et des anomalies électorales en Colombie. Les résultats et le triomphe de l’abstention donne d’importantes leçons et des alertes qui ne doivent pas passer inaperçues" , indique la femme de lettres colombienne Maureén Maya.

Mais ce n’est pas le plus grave. En citant des commentateurs colombiens, Maya ajoute que, durant ces élections "ont été élus 22 sénateurs qui sont sujets d’enquêtes sur la ’parapolitique’ ou sont les héritiers de ceux qui ont été condamnés pour ces délits : 8 du parti de l’U, 7 du PIN, 5 du Parti Conservateur, 1 de Cambio Radical et 1 du Parti Libéral. L’influence sur la Chambre des Représentants est encore plus grande..."

Le PIN, un parti créé avec membres connus de la narco et parapolitique, a obtenu un million de votes lors de ces élections parlementaires, ce qui lui a valu 8 sièges au sénat et 11 à la Chambre des Représentants.

Les noms sont bien connus et, en Colombie, quand il n’y a pas de quorum au congrès, on dit, pour rire, qu’ils vont faire la session à la prison La Picota. Là il y a toujours un quorum, parce que des sénateurs, des députés, des ministres, des ambassadeurs, des militaires, les parents les plus proches du président Uribe, y compris son frère et un cousin, ex-sénateur, sont l’objet d’une enquête judiciaire ou condamnés pour des crimes parapolitiques [...]

http://www.primitivi.org/spip.php?article344

URL de cet article 10759
  

Même Thème
Sur les eaux noires du fleuve.
Maurice LEMOINE
Plus de six décennies de conflit armé affectent la Colombie, pays considéré, d’un point de vue formel, comme une démocratie. Aux guérillas nées en réaction à la violence structurelle et à l’injustice sociale a répondu une épouvantable répression. En cette année 2002, le gouvernement a rompu les négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Ces terribles FARC viennent d’enlever Ingrid Betancourt. L’élection présidentielle se profile, dont est favori un dur, un certain à lvaro. De (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

Martin Luther King

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.