RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les USA militarisent le Costa Rica

Une occupation sous couvert de "Plan Colombie"

La flotte étasunienne est en mouvement, le Parlement du Costa Rica est à deux doigts d’approuver un accord de gestion commune de la surveillances maritime costaricaine. Cela étendre encore la présence militaire US en Amérique Latine, renforcer les pressions sur le Venezuela et Cuba.

Bref cela prend tout l’air d’une invasion en bonne et due forme sous couvert d’action anti-narcos. Comme on le présentait les États-Unis son en train de reprendre militairement en main le continent latino-américain. On peut également supposer que ce n’est malheureusement pas pour le meilleur.

Le Costa Rica ouvre la voie à la marine de guerre des États-Unis

Une quarantaine de navires de guerre, appuyés par près de 200 hélicoptères, 7000 marines et 6000 civils (1) patrouilleront les côtes costaricaines.

l’Assemblée Législative du Costa Rica vient d’approuver le fait de risquer la souveraineté costaricaine en accueillant sur son sol plus de sept mille militaires américains, qui arriveront dans les six prochains mois à bord de 46 navires de guerre venus pour "combattre le narcotrafic".

Le député du Parti du Front Etendu (PFA) José Marie Villalta avait tout d’abord soulevé le fait que le texte était inconstitutionnel du fait qu’il était basé sur un accord policier pour combattre le narcotrafic international, le député Luà­s Fishman, de l’Unité Sociale Chrétienne (PUSC) a appuyé cette approche et y a adhéré.

A la suite de la réponse évasive des représentants des partis pro-gouvernementaux Libération National (PLN), Mouvement Libertaire (ML) et des deux partis chrétiens, il a lui-même lancé une proposition pour casser le quorum et ne pas voter le décret, il a été suivi Villalta et d’autres députés du Parti Action Citoyenne (PAC) dont le Chef de Fraction Juan Carlos, Claudio Monge et Carmen Muñoz.

Mais quattre autres députés du PAC, Marie Eugenia Venegas, Gustavo Arias, Janette Ruiz et Manrique Oviedo, n’ont pas répondu à l’appel. Les députés du Parti Accessibilité Sans Exclusion (PASE) n’ont pas non plus donné suite à cette proposition.

La députée du PAC, Carmen Muñoz, a indiqué "qu’il y avait eu une proposition pour tenter de rompre le quorum, mais au PAC nous nous sommes divisé, une partie d’entre nous n’a pas suivi et nous n’avons pas réussi à bloquer le décret" .

"Nous avons décidé que chacun assumerait sa décision de façon personnelle ; naturellement nous étions dans une réunion plénière contre la décision, il n’y avait aucun doute là -dessus. C’est le mécanisme de pression qui n’a pas été partagé" , a-t-elle poursuivi.

Le député du PFA, José Marie Villalta, a déclaré que "l’Accord de Patrouille Commune permet l’arrivée de navires du Service des Garde-côte des États-Unis dans les eaux territoriales du Costa Rica, mais non de leurs navires de guerre, qui ne sont pas préparées pour combattre le narcotrafic mais olutôt pour d’autre type de conflits et des affrontements militaires" .

Le député Villalta Florez-Estrada affirme que l’on est en train de violer le pacte parce que le parlement a approuvé une clause dans laquelle il est dit que celui-ci s’applique "strictement aux aéronefs policiers et non pas militaires des États-Unis d’Amérique" (2).

Le PFA remet également en question les conditions dans lesquelles la mise en place cet accord est demandé, puisque le gouvernement des États-Unis insiste pour que le personnel militaire "puisse jouir de la liberté de mouvement et du droit de réaliser les activités qu’ils considèrent nécessaires dans déroulement de leur mission" (3), ce qui signifie selon Villalta "un chèque en blanc" .

"Nous leur donnons le droit de faire ce que bon leur semble sur le territoire du Costa Rica à chaque fois qu’ils considèrent que cela est nécessaire à l’accomplissement de leur mission. De plus le gouvernement du Costa Rica renonce à présenter toute réclamation pour dommage, perte ou destruction de propriété, ou pour les problèmes de blessures ou de mort du personnel engagé conjointement aux USA dans ces activités" , a-t-il ajouté.

Le PFA a également demandé de réfléchir sur le contexte géopolitique qui entoure cette demande, dans une région que les États-Unis considère comme faisant partie de son "aire d’influence" et où ils appliquent une stratégie de "domination complète du spectre" , incluant des actions offensives comme le coup d’État au Honduras, l’installation de bases militaires en Colombie, "l’occupation propre" d’Haïti après le tremblement de terre ou les manoeuvres militaires dans la mer caribéenne (4).

Villalta a instamment prié les députés de la majorité de lire les journaux, de s’informer par Internet sur ce qui se déroule dans la région, et il les a défiés à plusieurs occasions d’en débattre, mais à chaque fois la réponse a été le silence.

Villalta leur a également offert une partie de son temps [de parole] pour qu’ils justifient le vote, mais il n’a pas obtenu de réponse ni du PLN ni du ML.

http://www.primitivi.org/spip.php?article363

URL de cet article 11034
  

« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Avant les missiles, ils lancent des narratives. Avant les bombes, ils larguent des idées. Avant l’invasion, la propagande. Avant le massacre, la manipulation. La ligne de front de tout mouvement anti-guerre est le combat contre les opérations psychologiques des médias de masse.

Caitlin Johnstone

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.