RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Comment je me suis trompé à propos de Julian Assange (Consortium News)

J’ai écrit un article pour l’éditeur en ligne australien Crikey juste avant la reprise des audiences d’extradition de Julian Assange en septembre 2020, dans lequel je régurgitais une calomnie qui a fait un tort énorme à sa réputation.

J’avais écrit que les journalistes australiens devraient cesser d’utiliser les publications de WikiLeaks dans leurs articles s’ils ne prenaient pas la défense d’Assange. Les journalistes aiment à penser qu’ils iraient en prison pour protéger une source. J’ai écrit que leur source souffrait dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, à Londres.

Le problème, c’est que j’ai aussi écrit qu’Assange avait publié sur Internet les journaux de guerre de l’Irak et de l’Afghanistan sans masquer les noms. J’ai eu tort et par paresse j’ai répété cette insulte qui apparaissait dès qu’on cherchait le nom d’Assange sur Google. Ça devait être vrai, non ? Deux partisans australiens bien connus d’Assange ont tenté de me corriger. À ma grande honte, je les ai ignorés.

Leurs propos me trottaient dans la tête, et j’ai récemment fait ce que j’aurais dû faire à l’époque : lire les arguments présentés par l’équipe juridique d’Assange lors des audiences d’extradition et les transcriptions des témoignages. J’ai vite compris à quel point je m’étais trompé.

Pourquoi devrait-on m’écouter ?

À Bagdad

J’étais chef de bureau pour le service de presse de Reuters à Bagdad lorsqu’un hélicoptère de combat Apache portant l’indicatif Crazy Horse 1-8 a tué 12 personnes, dont deux membres de mon équipe, le photographe Namir Noor Eldeen et le chauffeur Saeed Chmagh, le 12 juillet 2007. Namir et Saeed auraient été des statistiques oubliées de cette guerre illégale si Assange n’avait pas publié, en avril 2010, des images qu’il a fameusement appelées "Meurtre collatéral". Grâce à Assange et Chelsea Manning, les noms de Namir et Saeed ne seront jamais oubliés.

Wikileaks disposait de centaines de milliers de documents qu’elle avait obtenus de Manning - les journaux de guerre et les câbles du département d’État - pendant une période considérable en 2010 et a déployé "des efforts extraordinaires pour les publier de manière responsable et expurgée", selon les conclusions présentées à un tribunal du Royaume-Uni. WikiLeaks a conservé des informations pendant qu’elle formait des partenariats médiatiques avec des organismes de presse tels que le Guardian, le New York Times et Der Spiegel pour gérer la diffusion des documents. L’équipe juridique d’Assange a cité des témoins, divers journalistes qui ont travaillé avec Assange sur le processus. Ces témoins ont attesté de la rigueur de l’effort de rédaction.

Le travail des partenaires médiatiques sur les journaux de la guerre d’Afghanistan consistait notamment à consulter la Maison Blanche avant de les publier. En juillet 2010, Wikileaks a également entamé un dialogue avec la Maison Blanche au sujet de la rédaction des noms. Le 25 juillet 2010, WikiLeaks a retardé la publication de 15 000 documents sur l’Afghanistan afin de préserver son "processus de minimisation des dommages", même après que ses partenaires médiatiques eurent publié des articles.

La rédaction des journaux de la guerre d’Irak a également fait l’objet d’une "approche minutieuse" et a nécessité le développement d’un logiciel spécial de rédaction. La publication a été retardée en août 2010, malgré l’agacement de certains partenaires médiatiques, car Assange ne voulait pas se précipiter.

La publication des câbles non expurgés du département d’État en septembre 2011 a été fait par des parties n’ayant aucun lien avec WikiLeaks, et ce malgré les efforts de WikiLeaks pour l’empêcher, selon les conclusions juridiques. Les personnes qui ont révélé les câbles non expurgés n’ont jamais été poursuivies et il ne leur a jamais été demandé de les retirer de l’internet.

[John Young, fondateur de Cryptome, a déclaré lors de l’audition d’Assange qu’il avait publié les câbles non expurgés avant WikiLeaks, mais qu’il n’avait jamais été interrogé par la police. Avant leur publication par Cryptome , le mot de passe des câbles non expurgés avait été révélé publiquement par les journalistes du Guardian Luke Harding et David Leigh].

Pour un excellent compte rendu des origines de cette calomnie contre Assange, regardez cette vidéo du journaliste d’investigation australien Mark Davis, qui était avec Assange en 2010 pendant la collaboration avec les partenaires médiatiques. (Mark ne faisait pas partie de ceux qui m’ont réprimandé à propos de l’article de Crikey) :

Assange a donc fait tout son possible pour expurger les documents et WikiLeaks a remporté en 2011 le prix Walkley d’Australie (notre équivalent du prix Pulitzer) pour sa contribution exceptionnelle au journalisme.

Pas un seul

D’autres preuves qu’Assange cherchait à protéger des individus sont apparues lors de la cour martiale de Chelsea en 2013. Le brigadier-général Robert Carr a témoigné que son équipe de 120 agents de contre-espionnage n’a pas pu trouver une seule personne tuée en Afghanistan et en Irak à cause des divulgations. [Néanmoins, lors de l’audience d’extradition, les procureurs américains ont fait du préjudice causé aux informateurs américains la pièce maîtresse de leur dossier].

Parlons de ce qui est indiscutable, qui a réellement été mis en danger et par qui.

Les États-Unis d’Amérique ont mis en danger la vie des 25 millions d’habitants de l’Irak par une invasion illégale et imprudente fondée sur les mensonges selon lesquels Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive et avait des liens directs avec Al-Qaïda.

Il est indiscutable que des centaines de milliers de combattants et de civils irakiens ont été tués au cours des huit années de guerre en raison de la violence et des causes liées à la guerre. (Des recherches menées en 2013 ont évalué le total à 400 000). Il est incontestable que quatre millions d’Irakiens ont fui leur pays. Des millions d’autres ont été déplacés à l’intérieur du pays.

Il est raisonnable de dire que des millions d’Irakiens ont été blessés par la violence ou ont souffert de maladies liées à la guerre. Il est juste de dire que des millions d’Irakiens lutteront toute leur vie contre des traumatismes et des maladies mentales, et qu’un nombre incalculable d’entre eux se sont déjà suicidés.

Les familles américaines ont également souffert : 4 431 soldats américains ont été tués pendant la guerre et 31 994 ont été blessés. Des centaines de milliers de vétérans américains souffrent de troubles du stress post-traumatique et autres troubles psychologiques, ce qui affecte des millions de proches et d’amis. Il en va de même pour tout autre étranger ayant passé du temps en Irak - soldat, sous-traitant de sécurité, chauffeur de camion, cuisinier, journaliste.

Et au cas où les gens penseraient que la guerre d’Irak est terminée, l’État islamique est né de ses cendres. Pourtant, aucun gouvernement ou chef militaire américain n’a jamais été tenu de rendre des comptes pour les mensonges et les fausses déclarations sur l’Irak. Pendant ce temps, les États-Unis dénaturent effrontément les faits dans leur procès contre Assange, avec la bénédiction des gouvernements australiens successifs.

C’est pourquoi nous devons faire de la liberté d’Assange un enjeu électoral en Australie. C’est pourquoi nous devons faire du bruit sur les médias sociaux, dans les grands médias, auprès des politiciens et dans les rues. Parce qu’Assange est torturé dans un pays étranger pour avoir dit la vérité sur les guerres en Irak et en Afghanistan. Et il sera extradé vers les États-Unis où il mourra probablement en prison.

N’oubliez pas que le gouvernement australien a participé avec enthousiasme à l’invasion de l’Irak. Son cas est le plus grand test de la liberté de la presse depuis des décennies. Faites du bruit, Australiens ! Ramenez Assange au pays.

Dean Yates

Dean Yates était chef du bureau de Bagdad pour Reuters de janvier 2007 à octobre 2008. L’armée américaine a fait obstruction à la tentative de Reuters d’obtenir la vidéo du cockpit de l’attaque du 12 juillet 2007 jusqu’à ce que WikiLeaks la publie sous le titre "Collateral Murder".

 

Traduction "ça ne fait que 10 ans qu’on le dit, ça fait déjà 10 ans qu’ils le répètent" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://consortiumnews.com/2022/01/07/what-i-got-wrong-about-julian-assange/
URL de cet article 37662
  

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.