RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Constitution : Lettre à mon frère de lait qui s’ apprête à voter OUI ce prochain 29 mai, par Romain Migus.


Mon ami, mon frère !!


Je t’écris, poussé par le vent du progrès, et imaginant ta joie à la
remontée du camp de la réaction... Non je ne suis pas en France et parfois
je le regrette parce que la bataille a l’air alléchante. J’ai l’ impression
que ça prend des tournures d’affaire Dreyfus. Et pour tout t’avouer, j’aurai
aimé, avec tout l’amour que j’ ai pour toi, te planter délicatement le
Laguiole de berger de mon père entre les omoplates pour t’introduire dans le
monde charmant des luttes populaires. J’imagines allégrement, que tu te
serais relevé, difficilement mais poussé par la passion politique, pour me
fracasser un bout du crâne avec ta batte cloutée, pour qu’enfin mon petit
cerveau s’imprègne des bienfaits du marche. Puis classique...nous aurions
hurlé, casse une ou deux portes, nous nous serions insultés de tous les noms
et aurions fini dans les bras l’un de l’autre se complimentant mutuellement ; buvant une bière et fortifiant notre amitié par nos différences
politiques.

Mais non, je ne suis pas en France. Je suis dans un pays ou les ravages de
40 ans de libéralisme effréné se voient dans la rue. Pour s’en rendre compte
pas besoin d’être un économiste spécialise, un journaliste d’investigation
ou encore mieux....un expert ! Il suffit de relever la tête vers ces
collines qui entoure Caracas pour se rendre compte que les miracles annonces
par le F.M.I ou la Banque Mondiale ne se sont finalement pas réalisés.
Ou plutôt si, mais pas pour tous. Dans l’Est de Caracas, on vit plutôt bien,
plutôt blanc, dans le style nord américain. On parle de l’Ouest avec la peur
et le dégoût dans les yeux - des gens sales et violents- qui sont tous des
agents de « este diablo » (Chavez comme tu peux l’imaginer). La frontière
entre ces deux parties de la capitale est plus qu’une frontière
géographique. C’est une frontière sociale, économique, cognitive. On ne se
représente pas le monde de la même façon, on ne vit pas dans le même monde
au sens propre. Donc on s’ignore, et l’ignorance et l’isolement engendre la
méfiance, la peur, la haine parfois. Frontière symbolique ou frontière
réelle ?

Ces personnes te parlent de l’Europe en se remémorant le dernier séjour en
Espagne ou à Paris. Ah Paris, « que lindo Paris ! ». On t’évoque les cafés de
Montmartre, et les ramblas de Barcelone, on s’enchante de ta venue et bien
souvent comme tu est blanc et européen, on critique allégrement Chavez, son
gouvernement, et toute la horde de sauvages incultes qui soutient cette
politique.

«  Sauvage inculte », ça ne te rappelle rien. C’est quasiment le même
argumentaire qu’emploie les partisans du OUI devant le refus du peuple à les
suivre aveuglement. C’est le même lexique que celui utilise pour Maastricht
en 1992, quand à la différence de Nice, Amsterdam, Schengen, Helsinki, nos
politiciens s’étaient rappelé que nous étions en Démocratie, et qu’au moins
une mascarade d’élection devait en entretenir l’illusion. « Inculte,
fasciste, stupide... ils ne comprennent donc rien ! » Quelle peine que la
politique ne soit pas une science dure car nous pourrions calculer une fois
pour toute le meilleure système, la « plus grande somme des bonheurs »
comme disait Bolivar, et fini les bagarres politiques ! Mais depuis la mort
du Roi, et après Hegel, nous savons que la Vérité n’est pas monolithique
mais résulte de l’opposition, de la confrontation de, au moins deux points
de vue différents.

Et ce Parti d’« incultes » dont je suis fier d’être membre, est
internationaliste. De Caracas à Paris, d’El Valle à la Courneuve, le Peuple
relève la tête et constate l’inadéquation entre tes promesses et leur cadre
de vie. Et a partir de ce constat brut figure toi qu’ils pensent et s’organisent.

Au Venezuela, cette prise de conscience de la force populaire est arrive
très rapidement. 9 ans exactement ! De 1989 a 1998 ! Avant, ce peuple
attendait la réalisation des bienfaits de la société de marché. Mais comme
dans la chansonnette l’empereur Capital, sa femme Banque mondiale et le
petit prince FMI ne rencontraientt jamais ce peuple invisible, et revenaient le
lendemain, quand ils n’allaient pas passer le week end a Miami.

A force de frustrations la colère grondait ! Non ils n ont pas voté F.N pour
manifester leur rejet du système politique traditionnel. Le gouvernement de l’époque, du social-démocrate Carlos Andres Perez, en appliquant les plans d’ajustements structurels du FMI, les a jeté dans la rue. La conséquence de
ces plans fut l’augmentation du prix de l’essence à la pompe. Cela a
entraîne une augmentation des transports en commun et surtout une véritable
flambée des produits de première nécessite, dépendants du transport routier.
Pour « pacifier » ces émeutes de la faim, ce président a eu recours à l’armée. Mais pas n’importe quel bataillon !! Dans le pays de Bolivar, l’armée
est toujours reste progressiste et respectueuse de l’union civico-militaire
prônée par les idéaux bolivariens. Le soldat du Peuple, habitant de Caracas
aurait sans doute hésité a tirer sur ces voisins, ses amis, sa famille, ses
semblables, et la révolte populaire aurait facilement pu tourner au
changement de régime. Le gouvernement a donc envoyé des bataillons de choc,
ou des jeunes soldats venant des régions les plus reculés. Les mesures
libérales firent plus de 2000 victimes.

J’espère de tous mon coeur que nous ne conaitrons pas un tel désastre un
jour si ton voeux pour l’Europe l’emporte sur le mien.

Ce massacre, connu sous le nom de « Caracazo » a matérialisé dans le sang le
désir de changement. Ce fut la première révolte contre le neo-libéralisme, 5
ans avant le cri de la jungle Lacondone et le soulèvement zapatiste, et
combien de temps avant notre réveil..

Dans les rangs de l’armée du peuple, ce sentiment fut approfondi par un
groupe d’officier qui, le 04 février 1992 décidèrent d’en finir avec le
bipartisme selle par le pacte de Punto fijo . Ils échouèrent dans leur
bataille contre l’hydre bicéphale neo-liberale. Un jeune officier assuma la
responsabilité de cette tentative de bouleversement radical « Nos objectifs
ne sont pas atteints, pour l’instant. J’assume la responsabilité de ces
évènements » dit-il dans les 20 secondes que le gouvernement lui a octroyé
pour s’exprimer au Peuple et à l’armée. Assumer une responsabilité en temps
de crise, les vénézuéliens n’y étaient pas habitués... nous, européens, non
plus d’ailleurs ! Mais plus que ce geste, ce « pour l’instant » fit de Hugo
Rafael Chavez Frias un héros populaire.

L’instant va durer 6 ans, et en 1998, il fut élu président du Venezuela. Sa
première préoccupation fut de changer la constitution.

Pour ce faire, il délégua à un ancien président de droite la charge d’écrire
une nouvel charte suprême, pour ensuite essayer d’imposer cette nouvelle
constitution libérale au Peuple vénézuélien...

NON, comme tu peux l’imaginer de ce coté ci du « charco », cela ne s’est
pas passe comme ça. On lit souvent dans la propagande médiatique contre le
gouvernement vénézuélien que ce pays vire a la dictature. Nous aurions dut
nous inspirer d’une telle dictature pour rédiger notre Traite pour une
Constitution européenne.

Tout d’abord, il y eu une véritable volonté de consulter le Peuple sur ces
besoins, ces nécessites. Apres la réalisation de ce cahier de doléances, le
président convoqua un référendum pour demander aux vénézuéliens s’ils
étaient d’accord pour changer de constitution et convoquer une assemblée
constituante. Le résultat exprime par lui même la nécessite de changement :
par 90%, la convocation de la Constituante fut approuve.

Puis, il y eut des élections pour élire les représentants à cette assemblée
constituante. Cette assemblée fut le miroir de la réalité politique de ce
moment. Elle comptaient des partisans ou alliés de Chavez mais aussi des
adversaires politiques. Entendre dire aujourd hui que cette constitution est
l’oeuvre de Chavez, écrivant seul jour et nuit la charte suprême, est un
média-mensonge qui nie l’organisation du débat démocratique autour de cette constitution.

Aprés quelques mois de travail, s’inspirant du projet de Chavez mais
intégrant des éléments du cahier de doléances et du débat résultant des
différences politiques, les députés de l’assemblée constituante présentèrent
une nouvelle fois leur projet à l’approbation des vénézuéliens. Le 15
décembre 1999, la nouvelle Charte Suprême fut ratifie par 71.19% de
vénézuéliens.

Quelle belle preuve de démocratie !! Constates tu, mon frère, combien nous
sommes loin d’un tel fonctionnement démocratique ? La manière dont fut
élabore le Traite pour une constitution européenne est une négation des
aspirations populaires à faire parti du processus d’élaboration. Et encore,
nous avons cette chance, en France, que l’on nous demande notre avis ce
prochain 29 mai.

Un de tes grands arguments et du camp du OUI pour faire taire les craintes
légitimes « d’en bas » est de dire que ce texte contient de nouvelles
avancées sociales. J’ai fait plusieurs fois la lecture de ce Traite et je
les cherche encore, mais tu sais, je fais parti de ce Parti « d’incultes »,
c’est peut être normal... Je les cherche encore peut être parce que je me
suis accoutume à l’audace des articles de la Constitution de la république
bolivarienne du Venezuela, et que dans mes rêves les plus fous j’aimerai
voter un jour pour un texte de cette teneur dans mon pays.

Je te livre quelques exemples pris dans le texte bolivarien :

- art. 72 : « Toutes les charges et magistratures de l’élection populaire
sont révocables.
Passée la moitié de la période à laquelle a été élu, le ou la
fonctionnaire, un nombre qui ne peut être inférieur à vingt pour cent des
électeurs ou électrices inscrit(e)s dans la circonscription correspondante
pourra solliciter la convocation d’un référendum pour révoquer son mandat.
Quand le nombre d’électeurs ou d’électrices, égal ou supérieur, à vingt
cinq pour cent des électeurs ou électrices inscrit(e)s aura voté la
révocation, on considère le mandant révoqué. On procédera immédiatement à 
couvrir la vacance du poste conformément aux dispositions de la présente
Constitution et la loi. La révocation du mandat pour les membres du corps
se réalisera en conformité avec la loi. Durant la période de son mandat, le
ou la fonctionnaire ne peut subir plus d’une sollicitation de révocation
de son mandat.

Toutes les charges sont révocables et selon un mode de destitution qui ne
favorise pas un climat de chaos. Mais les élus doivent rendre des comptes a
leur électorat, ou simplement le respecter et tenir ce a quoi ils s’étaient
engagés pour obtenir leur mandat. Dans le cas du Venezuela, même le
président peut être destitue. Tu me diras que ça serait difficilement
acceptable dans notre « Europe démocratique » étant donne que les membres de
la commission ne sont pas soumis à une élection populaire.


- art. 307  : « Le régime des grandes propriétés foncières est contraire à 
l’intérêt social .
La loi réglemente de façon appropriée le régime fiscal
pour grever les terres incultes et établir les mesures nécessaires pour
leur transformation en unités économiques productives, en rachetant
également les terres à vocation agricole. Les paysans ou les paysannes et
les autres producteurs ou productrices agricoles ont droit à la propriété de
la terre dans les cas et les formes spéciales attribuées par la loi.
L’État protége et favorise les formes associatives et particulières de
propriété pour garantir la production agricole. L’État veille à 
l’aménagement soutenu des terres à vocation agricole pour assurer son
potentiel agroalimentaire.

Le petit paysan polonais serait à mon avis rassure par l’ introduction dans
notre Traité pour une constitution européenne d’un article de cette teneur
qui lui protégerait son lopin de terre contre l’appétit des puissants.


- Art. 84 : Pour garantir le droit à la santé L’État créera et exercera
l’action Directrice et gérera un système public national de santé, de
caractère intersectoriel, décentralisé et participatif intégré au système de
la sécurité sociale, régi par les principes de la gratuité universelle,
l’intégrité, l’équité, l’intégration sociale et la solidarité.
Le système public de santé donnera priorité à la promotion de la santé et à la
prévention des maladies, garantissant les traitements adéquats et de
réhabilitation de la qualité. Les biens des services publics de santé sont
propriété de L’État et ne pourront pas être privatisés. La communauté
organisée a le droit et le devoir de participer dans la prise de décision
sur la planification, l’exécution et le contrôle de la politique
spécifique dans les institutions publiques de santé.

Face à la volonté dans notre Traité constitutionnel de faire rentrer les
services publics dans un système de concurrence libérale, cette acte
constitutionnel de ne pas abandonner le système public de santé me semble
plus que louable.


- Art. 303 : Pour des raisons de souveraineté économique et politique et de
stratégie nationale, l’Etat conserve la totalité des actions de Petróleos de
Venezuela SA, ou de l’organisme a créer pour la gestion de l’industrie
pétrolière, exception faite des filiales, associations stratégiques,
entreprises et autres qui se créent ou se constituent comme conséquence du
développement du négoce de Petróleos de Venezuela, SA.

Il s’ agit ici de préserver la ressource nationale la plus importante. Le
Venezuela est le cinquième exportateur d’or noir. Les richesses préservées
par cet article servent aujourd hui à financer les nombreux programmes
sociaux du gouvernement bolivarien. Ne pas livrer nos richesses à l’appétit
des multinationales, je cherche encore un tel article dans notre Traite pour
une Constitution européenne.


Tu remarqueras, à travers ces exemples, que cette constitution est
lisible par tout un chacun. Elle diffère en cela de l’opacité du vocabulaire
utilise dans notre Traite pour une constitution européenne. La conséquence
est qu’ici, la grande majorité des vénézuéliens se sont approprie leur
Charte Suprême et la connaissent dans ces moindres articles. Quel plaisir et
quelle surprise d’être promené a travers le texte constitutionnel par un
vendeur de rue, un instituteur, un boulanger, qui t’explique leurs droits,
bicha en main.

Combien de personnes en France, en Slovaquie, en Espagne, en Hongrie,
connaitront ce Traité pour lequel tu t’apprêtes à voter. Si un tel
désintérêt se manifeste, c’est peut être que ce traité parait loin,
inaccessible, voire inutile. Le vote NON, c’est aussi un moyen de dire que
cette Europe là n’est pas la notre, et que notre réel désir d Europe doit
passer par un rapprochement avec ses citoyens.

Car encore une fois, parmi tous les noms d’oiseaux dont tu nous traites, il y
en a un qui s’avère particulièrement odieux. L’accusation d’être
anti-européen. Européens nous le sommes géographiquement, nous ne pouvons le
nier. En revanche, politiquement, nous n’en sommes qu’à nos débuts.

Revendiquer une autre politique européenne, c’est revendiquer que notre
position géographique s’accompagne d’un véritable souci pour l’« Europe d’en
bas » !

Qui plus est, cette accusation n’est pas sans mépris pour le peuple du non.
Elle nous transforme en ignobles fascistes, replié sur nous même, craintif d’un « prétendu » progrès.


Ce que j’essaie de te dire, c’est que le « Parti d incultes » sait ou est
son intérêt. Et si l’Etat ou un Gouvernement supra-nationale prends en
compte et s’intéresse à cette armée de pauvres en France ou dans notre
douce Europe, il y a fort à parier que celle-ci s’avérera tellement pro
européenne que cela dépassera tes rêves les plus chers.

Si je t’ai parle plus haut du « Caracazo », c’est pour te montrer à quel
point le changement peut aller vite et qu’un peuple oublie et méprisé peut
soudainement se transformer en un peuple en lutte digne et fier de se qu’il
construit. L’organisation populaire s’est, ici, faite en dehors des cadres
traditionnels de la politique. Le Peuple a pris conscience de l’immense
pouvoir qu’il pouvait tirer de lui-même et s’organise en associations de
quartiers, culturels ou sportives, médias communautaires, pour reconstruire un
tissu social. Les classes populaires ont accédé à une visibilité sociale qui
leur avait été interdite pendant des décennies.

Songe à tous les spectres qui hantent les quartiers nord de nos grandes
villes, ou ceux qui vivent dans les campagnes françaises, à tous ces « gens
 » sur qui l’on glose dans les cafés parisiens et qui n’apparaissent à la
surface de la décence social que sous la forme du « deschien », ou de la
racaille banlieusarde. A tous ces gens qui vont rejeter ton projet européen
parce qu’ils ont bien compris, de manière tout a fait rationnelle, que,
depuis Maastricht, le paradis promis n’était qu’une continuation de leur
enfer social.

C’est en référence à la libération de cette énergie populaire que je reviens
à mon exemple vénézuélien. Contenu depuis des années, les fondations de
cette organisation populaire se sont élaborées au cours de la période d’
attente. Avec l’avènement de Chavez, cette énergie a explosé et constitue la
base de l’effervescence révolutionnaire du Venezuela bolivarien.

Imagines alors le flux d’énergie qui se libérerait de ces « invisibles
sociaux » si on leur donnait la possibilité institutionnelle de s’exprimer
par leur pratiques, si on les encourager à s’organiser légalement, à 
participer à la prise en main de leur propre destin. Voter NON, c’est aussi
une manière de faire passer cette nécessite pour une Europe plus juste, plus
égalitaire et respectueuse de nos droits sociaux.

Alors y a-t-il eu un Chaos au Venezuela, un Chaos comparable à celui que
nous prédisent nos Nostradamus médiatiques si le NON l’ emporte. L’Europe va-t-elle resombrée dans ce que son histoire a de plus honteux ?

Au Venezuela, il n’y a pas eu de chaos, et depuis 1999, le gouvernement
bolivarien n’a eu de cesse que d’améliorer le quotidien des 64.5% des
vénézuéliens qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Reforme agraire,
Missions d éducation populaire, accès a une santé de proximité gratuite,
protection des ressources pétrolières nationales, développement d’accords
économiques solidaires privilégiant le développement durable (notamment au
sein de l’ ALBA avec Cuba). Non seulement il n y a pas eu de chaos, mais l’année dernière, ce pays a enregistré un taux de croissance de l’économie non
pétrolière de 18.4%, incroyable pour ceux qui ont ose rompre avec le système dominant, pour ceux qui ont, eux aussi, osé dire NON !

Bref pas de chaos, mais des tentatives de K.O. ! Devant l’audace des
reformes avancées, l’opposition au gouvernement a tenté de multiples
tentatives pour donner l’uppercut fatal à ce mouvement populaire. Coup d’Etat mediatico-militaire (11 avril 2002), Lock-out patronal paralysant le
pays durant plus de 2 mois (décembre 2002- Février 2004), manifestations
violentes dont le seul but étaient de solliciter une intervention étrangère
(février 2004), présence de 156 paramilitaires colombiens dans les alentours
de Caracas (mai 2004), violation de la souveraineté du territoire
vénézuélien avec le kidnapping par des policiers vénézuéliens corrompus et
des militaires colombiens du guérillero R. Granda a Caracas (décembre 2004),
etc... [1]

Autrement dit, le Chaos n’est pas venu de la décision du peuple souverain d’accorder un mandat à Chavez, mais de la réaction des secteurs les plus
conservateurs et libéraux qui refusent le changement opère par leur chef de
l’Etat.

Dans notre cas non plus, il n’y aura pas de Chaos mais en cas de
renégociation du Traité pour une constitution européenne ou de discussion
sur le fonctionnement démocratique de l’Europe,les tentatives de K.O.
seront nombreuses. Nous faire revoter plusieurs rounds jusqu a ce que nous
devenions intelligents et ratifions le OUI est une possibilité de K.O.

De toutes les manières, nous assistons à travers de ce débat, à la mise en
relief de l’ essoufflement de notre démocratie représentative. Le peuple ne
sont sent plus concerne (quelque soit le résultat du 29/05, le taux d’
abstention sera encore très élevée), nos élites politiques et médiatiques ne
lui parlent plus ou tout simplement le méprise, l’idée politique ne vaut que
si elle passe a la télévision.

Et sur ce point, nous assistons à une véritable prise en otage du débat
démocratique. Comme le souligne un récent appel contre la censure du NON dans les médias, toutes chaînes confondues, le nombre d’intervenants à la
télévision sur le traité constitutionnel européen entre le 1er janvier et le
31 mars 2005 était :

- pour les favorables au « NON » : 29%
- pour les favorables au « OUI » : 71%

Comment accepter que nos médias passent sous silence les craintes exprimées par plusieurs millions de français. Comment accepter que les rares défenseurs du NON qui passent a la télévision ou dans la presse soit dépeint sous les couleurs du fascisme ? Comment accepter les mensonges permanents ou l’absence de tous débats dans nos médias ? Comment accepter l’absence de débat démocratique ?

Le parallèle avec le Venezuela est encore intéressant à plus d’un égard. La
violence des médias contre les aspirations populaires est proportionnelle à 
leurs capacités réelles de réalisation. L’extrémisme des médias commerciaux
vénézuéliens le révèle bien. Ils se sont constitue en véritable acteur
politique et unique fer de lance d’une opposition hétéroclite co-organisant
le coup d’état d Avril 2002 et favorisant la crise économique que le pays a
connu lors du Lock-out de l’hiver 2002-2003.

Qu’un jour, surgisse de la colère populaire un gouvernement progressiste et
nous verrons avec quelle violence, les diverses propriétés de Lagardère,
Dassault ou Bouygues traite ce régime et les personnes qui l’ont élus. Nous
nous rappellerons alors du Venezuela bolivarien.


T’écrivant d’un pays, en lutte pour sa souveraineté économique, et son
indépendance politique, je m’inquiètes légitimement de ton choix, mon ami.
Parce que,le sommeil des Peuples n’est pas éternel comme le démontre l’exemple vénézuélien.

Parce que le mépris pour ce peuple engendre du ressentiment et de la colère
dont les formes d’expression peuvent être variées. Energie et voracité
démocratique ou préjudice à la démocratie.

Parce que en tant qu’européen de coeur et de raison, je souhaite qu’ une autre Europe se construise : une Europe respectueuse de ses citoyens, une Europe luttant pour l’intérêt des Peuples qu’ils soit français ou vénézuélien,
européens ou extra-européens, une Europe sociale et plus démocratique, une
Europe combattant toute forme d’exclusion,

Parce que je souhaite voire la France évoluer dans cette Europe là , (Par procuration), Je voterai NON !


Romain MIGUS
Caracas, le 09 mai 2005.

- Source : Cercle Bolivarien de Paris
cbparis@ml.free.fr.


François Hollande n’ a strictement rien à faire de la Constitution Européenne ... « si Chirac avait mis en jeu son mandat, le PS aurait naturellement appelé à voter NON, comme pour De Gaulle en 69 »... 26 mai 2005


"Si la Constitution Européenne échoue, les Etats-Unis ne se réjouiront pas"

Constitution : Quand un « Non de gauche » écrit au « Oui de gauche »...

Constitution : Délocalisation, des rapports explosifs, par Yves Housson.



- Photo : Manifestation à Caracas en faveur du gouvernement Chavez et du NON au référendum révocatoire. Août 2004. Vempres



URL de cet article 2321
  

Même Thème
Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque les missionnaires chrétiens blancs sont allés en Afrique, les blancs possédaient des bibles et les indigènes possédaient la terre. Lorsque les missionnaires se sont retirés, ce sont les blancs qui possédaient la terre et les indigènes les bibles."

Dick Gregory (1932-2017)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.