RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba : Les Etats-Unis ont payé 10 journalistes pour faire des articles anticastristes (New York Times)

New York Times, Miami, 8 septembre 2006.

Le Bureau des Emissions Cubaines de l’administration Bush a payé 10 journalistes aux Etats-Unis pour fournir des articles à Radio et TV Marti, qui transmettent vers Cuba des articles gouvernementaux critiques de Fidel Castro, a déclaré vendredi un porte-parole du Bureau.

Parmi les dix on trouve trois journalistes du Nuevo Herald, l’édition hispanophone du Miami Herald, qui les a licencié jeudi après avoir découvert leurs liens. Pablo Alfonso, qui travaillait sur Cuba pour El Nuevo Herald, a touché la plus grosse somme, soit près de 175.000 dollars depuis 2001.

Il a été découvert que d’autres journalistes acceptaient de l’argent de l’administration Bush, dont Armstrong Williams, un commentateur et animateur d’un talk-show, qui a touché prés de 240.000 dollars pour promouvoir les initiatives du gouvernement dans l’éducation. Le gouvernement Castro affirme depuis longtemps que certains journalistes cubano-américains sont payés par le gouvernement des Etats-Unis, mais les révélations du Miami Herald de vendredi constituent la première preuve.

En plus de M. Alfonso, les journalistes qui ont reçu de l’argent sont Wilfredo Cancio Isla, qui écrit pour le Nuevo Herald et a touché environ 15.000 dollars depuis 2001, Olga Connor, une journaliste freelance qui travaille pour le journal et qui a touché environ 71.000 dollars ; Juan Manuel Cao, reporter à Channel 41, a touché 11.000 dollars cette année de TV Marti, selon le Miami Herlad qui a eu connaissance de ces paiements par le biais d’une requête effectuée au nom de la Loi sur la Liberté d’Accés à l’Information (Freedom of Information Act).

Lorsque M. Cao couvrit le voyage de M. Castro en Argentine cet été et lui a demandé pourquoi Cuba ne laissait pas sortir ses dissidents politiques, M. Castro l’a qualifié de "mercenaire" et lui a demandé qui le payait.

M. Cao a refusé de commenter, sauf pour dire sur Channel 41 qu’il pensait que le gouvernement Cubain connaissait à l’avance le contenu de l’article du Miami Herald. La plupart des autres journalistes incriminés n’ont pas pu être contactés. Ninoska Perez-Castellón, animatrice sur Radio Mambi, une radio populaire (d’extrême droite - NDT) à Miami, a dit qu’elle avait touché un total de 1.550 dollars du gouvernement pour faire 10 épisodes d’un show dans un style documentaire sur TV Marti appelé "Atrévete a Sonar", ou "Ose rêver", et n’y voit aucun mal. Son employeur a toujours été au courant de cet accord, a-t-elle ajouté.

"En tant que cubaine," a dit Mme Perez-Castellon, " il n’y a rien de mal à travailler dans des programmes dont la mission est d’informer le peuple cubain. Ce n’est pas un secret. Je me suis toujours montrée dans ces émissions."

Mais Al Tompkins, qui enseigne l’éthique à l’institut Poynter pour l’Etude des Médias à St Petersbourg, a qualifié de "conflit d’intérêts" le fait pour un journaliste d’accepter de l’argent d’une agence gouvernementale.

"Il s’agit d’une question de crédibilité et d’indépendance," a dit M. Tompkins. "Si vous vous considérez comme un journaliste, alors il me semble évident qu’il y a conflit d’intérêts à accepter l’argent du gouvernement".

Lincoln Diaz-Balart, membre républicain du Congrès et un des porte-paroles anticastristes les plus virulents de Miami, a dit qu’il pensait que les rédacteurs du Nuevo Herald et du Miami Herald savaient que les trois journalistes du Nuevo Herald travaillaient pour le Bureau des Emissions Cubaines. Il a cité des articles publiés dans les deux journaux en 2002 qui décrivent M. Alfonso comme le modérateur d’un programme sur Radio Marti et M. Connor comme un commentateur rémunéré par la radio.

Mais Robert Beatty, vice-président des relations publiques ( ? "public affairs") du Miami Herald Media Company, a décidé de licencier M. Alfonso et M. Cancio et couper tous liens avec Mme Connor, la journaliste freelance qui écrivait sur la culture cubaine.

"L’éthique du journalisme ne peut souffir d’interprétations à géométrie variable," a déclaré M. Beatty. "Lorsque nous sommes au courant de tels agissements, nous réagissons fermement."

M. Cancio a déclaré vendredi soir que ses superviseurs connaissaient et était d’accord avec ses interventions sur Radio et TV Marti, au cours desquelles il exprimait toujours ses propres opinions et non celles du gouvernement.

"C’est pour ces raisons que je nie tout conflit d’intérêts dans mon comportement professionel," dit il "et je crois que ma mise à l’écart est injuste et une réaction disproportionnée empreinte de mauvaise foi"

Pedro Roig, directeur du Bureau des Emissions Cubaines, n’a pas pu être contacté pour commenter. Mais il a dit au Miami Herald que l’embauche de journalistes cubano-américains faisait partie d’un plan plus large visant à améliorer la qualité des émissions de la radio.

Joe O’Connell, porte-parole auprès du Bureau des Emissions Internationales du gouvernement, qui supervise le Bureau des Emissions Cubaines ainsi que Voice of America et Radio Free Europe, a dit que le bureau faisait des enquêtes sur les journalistes qui travaillaient pour ses programmes mais ne leur imposait pas de code d’éthique.

Après que M. Williams ait avoué en 2005 avoir accepté de l’argent du Departement Fédéral d’Education par le biais d’une société de relations publique, les auditeurs fédéreux ont déclaré que l’administration Bush avait violé la loi en propageant "de la propagande clandestine".

Quelques mois plus tard, le Los Angeles Times signala que le Pentagon payait des millions de dollars à une autre société de relations publiques pour placer de la propagande dans les médias Irakiens et stipendier mensuellement des journalistes irakiens amis.

Les dépenses du gouvernement pour Radio et TV Marti - 37 millions de dollars par an - a longtemps fait l’objet de critiques parce que ces émissions ne semblent toucher qu’une poignée de Cubains. Le gouvernement cubain brouille les signaux. Cette année, l’administration Bush a dépensé 10 millions de dollars pour améliorer la qualité des transmissions de TV Marti.

Terry Aguayo contributed reporting from Miami.

- Source : www.nytimes.com

Fidel Castro malade, Miss Monde acnéique, presse métastasée, par Maxime Vivas.

A LIRE : Les dernières mesures des USA contre Cuba, par Wayne S. Smith, ancien responsable de la section des intérêts US à la Havane.

Traduction : CSP http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr
Diffusion autorisée et franchement encouragée.
Merci de mentionner les sources.

URL de cet article 4073
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Même les morts ne peuvent reposer en paix dans un pays opprimé.

Fidel Castro

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.