RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De quoi Barbenheimer est-il le nom ?

Nous venons de vivre un phénomène médiatique (et non cinématographique) énorme : tous les écrans saturés par deux films en apparence très différents, mais tous deux étasuniens, Barbie et Oppenheimer ; cela veut forcément dire quelque chose. Pourtant, on cherche encore les articles stimulants sur ce sujet. Pourquoi ? Et quel symbole peut-on lire sous ce blitzkrieg médiatique ?

Pour Barbie, la réponse à la première question paraît claire : on est simplement stupéfié, médusé ; par quel bout prendre un film aussi imbécile et une telle arnaque (deux heures de placement de produit) ? « Les cons, ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnaît » : hélas, on n’en est plus là. Il faut être futé, au contraire, pour comprendre qu’à partir d’un certain degré, la connerie réduit l’adversaire au silence : comment argumenter contre Barbie, si on ne veut pas répéter des évidences qui risqueraient d’apparaître comme de fastidieux poncifs ?

Bien sûr, Oppenheimer est un autre cas de figure : là, on a affaire à un film sérieux (3 heures !), d’un réalisateur dont on vante l’intelligence, Christopher Nolan. Mais, là non plus, on ne trouve guère d’angle d’attaque pertinent, et les critiques se limitent le plus souvent à des aspects secondaires. Curieusement, même les critiques le plus à gauche prennent le film au sérieux au premier degré, celui des discussions entre scientifiques menés par un Cillian Murphy zombifié (on le verrait bien aussi comme un vampire mis au régime veggie). Je n’ai trouvé qu’un article (“ Oppenheimer, une question de propagande ? ” de Gennaro Scala) qui parte de l’évidence, à savoir que l’industrie cinématographique hollywoodienne et donc mondiale est une entreprise de propagande ; mais de quoi Oppenheimer se fait-il le propagandiste, d’après lui ? Il préconiserait un équilibre de la Terreur plutôt qu’un usage unilatéral de la bombe : il serait pourtant étonnant qu’on produise un film institutionnel étasunien pour conseiller simplement et gentiment de ne pas tuer massivement, et de ne pas risquer de détruire la Terre – le bon sens ne semble pas la chose du monde la mieux partagée chez les dirigeants occidentaux.

C’est ici que peut nous aider un livre qui devrait être la Bible de tout critique s’occupant de films étasuniens : Le complexe du loup-garou, de Denis Duclos, tant ses thèses se voient systématiquement confirmées par toute la production étasunienne et, en particulier, par ce curieux double constitué par Barbie et Oppenheimer. Selon Duclos, la culture anglo-saxonne est hantée par la peur, le mal et la mort (et c’est aux EU que cette culture a trouvé les éléments les plus favorables à son développement) : la société est sentie comme fragile, au point que sa survie est compromise par les individus déviants et violents, les berserks (1). Son seul salut face à cette menace est de mettre en place un pouvoir répressif encore plus violent (le Léviathan de Hobbes), capable d’étouffer toute pulsion criminelle ; c’est ainsi que la société étasunienne oscille sans fin entre le monde sauvage des serial killers et le monde gentillet et infantile de Disney, tous deux inséparables : plus le loup-garou fait peur, plus on a besoin de se rassurer ; mais, inversement, le monde parallèle à l’eau de rose ne peut être désirable que par opposition à l’horreur.

Ainsi, Barbie et Oppenheimer ne sont que les deux faces d’une même médaille, Docteur Jekyll et Mr Hyde. On peut même dire qu’ils se partagent le travail : Barbie endort (ou hystérise) les spectatrices (car le néo-féminisme aboutit forcément à une logique de gynécée, les femmes d’un côté, les hommes de l’autre), Oppenheimer vise à convaincre les spectateurs qu’ils se montrent intelligents et responsables, en acceptant la bombe (le cinéma EU ne remet jamais en cause l’histoire étasunienne : ici comme dans Apocalypse Now, on s’étend sur les problèmes de conscience du coupable au lieu d’adopter le point de vue des victimes). Autrement dit, avec ces deux films, les Étasuniens ont mis en œuvre, simultanément, leurs deux stratégies, le soft power et le hard power. L’aspect vraiment signifiant d’Oppenheimer, ce ne sont pas ses discussions diffuses, mais sa date de sortie, en pleine guerre contre la Russie en Ukraine, et alors que les BRICS s’organisent ; son message est clair : même si vous n’êtes pas convaincu par la futile poupée rose (consommation compulsive et politiquement correct), vous avez intérêt à serrer les rangs derrière les EU, sinon vous vous retrouverez peut-être sous les ruines de la nouvelle Dresde ou Hiroshima.

Une annonce incroyable est venue confirmer cette solidarité entre les deux films : on va produire une sorte de synthèse de ces deux-là, un Barbenheimer où les Barbies vont construire leur propre bombe, pour liquider l’oppression patriarcale ! Les inoffensives poupées rose bonbon cachent en fait de redoutables guerrières, armées jusqu’aux dents (c’est la réversibilité si fréquente dans les films EU entre criminel et policier), et le néo-féminisme hystérique montre son vrai visage : l’arme de prédilection du soft power au service du hard power.

Ce qui est étonnant, c’est que le pouvoir médiatique n’essaie même plus de cacher son jeu : il nous estime sans doute assez anesthésiés pour ne pas réagir à une telle énormité. Ou il estime que cacher son jeu serait moins efficace que d’accentuer le bombardement médiatique et de bloquer toutes les issues.

(1) (LGS) : guerrier prix d’une fureur sacrée, par extension : fou furieux.

URL de cet article 38909
  

Venezuela – Chronique d’une déstabilisation
Maurice LEMOINE
A la mort de Chávez, et afin de neutraliser définitivement la « révolution bolivarienne », les secteurs radicaux de l’opposition ont entrepris d’empêcher à n’importe quel prix son successeur Maduro, bien qu’élu démocratiquement, de consolider son pouvoir. Se référant de façon subliminale aux « révolutions de couleur », jouissant d’un fort appui international, ils ont lancé de violentes offensives de guérilla urbaine en 2014 et 2017 (45 et 125 morts), dont une partie importante des victimes, contrairement à ce (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Assange ne représente un danger pour personne, sauf pour ceux qui représentent un danger absolu pour tout le monde.

Randy Credico

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.