Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Déclaration d’Alexander Shulgin, Ambassadeur de la Fédération de Russie au 59ème meeting de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC)

Monsieur le Président,

Je voudrais commencer mon discours par les mots qui appartiennent au grand penseur Martin Luther : "Un mensonge est comme une boule de neige : plus on le fait rouler, plus il devient grand".

Cet aphorisme sage est pleinement applicable à la politique. Celui qui a choisi la voie de la tromperie devra mentir encore et encore, en inventant des explications pour les divergences, en répandant la désinformation et en faisant de la contrefaçon, en utilisant désespérément tous les moyens pour couvrir les traces des mensonges et cacher la vérité.

Le Royaume-Uni est entré sur cette voie glissante. Tout cela se voit clairement dans l’exemple de l’"Affaire Skripal" fabriquée par les autorités britanniques, cette provocation anti-russe mal déguisée, accompagnée d’une campagne de propagande sans précédent, reprise par un groupe de pays, et l’expulsion définitive sans précédent de diplomates sous un prétexte farfelu. S’il vous plaît, n’essayez pas de faire passer ce groupe pour la communauté internationale - c’est loin d’être le cas.

Cela fait déjà un mois que le Premier ministre britannique Theresa May a lancé des accusations extrêmement graves à l’encontre de la Russie concernant l’utilisation présumée d’armes chimiques. Nous attendons une explication depuis longtemps, comptant sur nos collègues britanniques pour étayer ces déclarations bruyantes par des faits au moins à moitié intelligibles. Nous leur avons proposé à plusieurs reprises de travailler ensemble à l’enquête sur les événements de Salisbury, nous avons demandé des informations. La réponse a consisté en des déclarations hautaines et arrogantes disant que la Russie devrait avouer le crime.

La partie britannique continue de diffuser des accusations absolument infondées, diffusant de plus en plus de nouvelles versions, souvent insensées, des événements. Les politiciens et les fonctionnaires britanniques ne peuvent tout simplement plus s’arrêter et continuer à déverser de nouveaux torrents de mensonges. Londres sabote toute tentative de mener une enquête vraiment objective sur l’incident de Salisbury avec la participation d’experts russes. Ils ont tout classé, censés mener leur propre enquête nationale. Bien que les "responsables" aient déjà été désignés.

La raison pour laquelle ils font cela est évidente. La Grande-Bretagne s’efforce d’éviter à tout prix l’établissement de la vérité sur les événements, de cacher toutes les preuves qui pourraient les démasquer. Ils jouent simplement pour gagner du temps. Parce que plus on avance, plus il sera difficile de savoir ce qui s’est réellement passé (ou non) à Salisbury.

Le mensonge craint toujours la vérité, car la vérité est l’arme la plus terrifiante contre le mensonge. Passons donc aux faits nus qui démontrent à quel point le gouvernement britannique diffuse avec insolence et maladresse les insinuations concernant l’"affaire Skripal".

MENSONGE №1

La Russie ne répond à aucune question légitime posée par le Royaume-Uni le 12 mars 2018 par l’intermédiaire de l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Londres A.V. Yakovenko (certains alliés du Royaume-Uni ne cessent de le répéter comme un mantra).

Je voudrais vous rappeler que la partie britannique a suggéré que nous confessions l’une des deux versions qu’elle a inventées : soit l’empoisonnement de Sergey et Yulia Skripal était une action délibérée de la Russie, soit la Russie a perdu le contrôle de l’arsenal d’armes chimiques qu’elle aurait. Malgré la nature effrontée de cet ultimatum, nous ne l’avons certainement pas ignoré, mais nous avons immédiatement donné une réponse sans équivoque : la Russie n’a rien à voir avec l’incident chimique de Salisbury. La Grande-Bretagne ne nous a pas contacté pour d’autres questions.

MENSONGE №2

La Grande-Bretagne agit dans le strict respect de la Convention sur les armes chimiques.

Les faits démontrent exactement le contraire. Ainsi, l’article IX de la Convention stipule que les États parties mènent des consultations bilatérales sur toute question ambiguë. Nous voyons qu’en réalité, le Royaume-Uni a évité de se conformer à cette disposition et refuse toujours d’interagir avec nous. En ce qui concerne l’ultimatum britannique communiqué par l’ambassadeur de la Fédération de Russie que j’ai mentionné, il ne peut en aucun cas être considéré comme une "proposition de coopération" au sens de la CAC ou une "demande d’assistance juridique".

Pour notre part, le 13 avril, nous avons envoyé, par l’intermédiaire du Secrétariat technique, une note à la partie britannique en vertu du paragraphe 2 de l’article IX avec une liste de questions légitimes que nous avons concernant l’"affaire Skripal". Nous avons agi en stricte conformité avec la Convention et nous nous attendions à ce que nos partenaires de Londres fassent de même. Il n’y a toujours pas eu de réponse. C’est comme si le Royaume-Uni n’avait pas du tout remarqué la Convention ou ne voulait pas agir conformément à ses normes.

Nous avons également été témoins de la manière dont Londres a mis au point une nouvelle forme de travail - " la vérification indépendante par le Secrétariat technique de l’OIAC des conclusions de la partie britannique ". Je tiens à souligner qu’il n’y a rien de tel dans la Convention. Il s’agit d’une invention du Royaume-Uni. Au lieu de suivre à la lettre les dispositions de la Convention, le Royaume-Uni a décidé de ne pas s’en tenir aux dispositions de la Convention.

MENSONGE №3

La Russie refuse de coopérer à l’établissement de la vérité.

Dans la réalité, c’est exactement le contraire. La Russie est extrêmement intéressée - probablement plus encore que tout autre pays - par une enquête honnête, ouverte et impartiale sur l’incident de Salisbury. Nous avons à maintes reprises proposé, demandé, demandé, exigé du côté britannique de coopérer à l’enquête. Nous avons soumis à l’examen de la 57e session extraordinaire du Conseil exécutif un projet de décision demandant à la Russie et à la Grande-Bretagne d’établir une telle interaction avec la participation du Secrétariat technique. Nous avons alors exprimé et confirmons maintenant notre volonté de coopérer avec l’OIAC et au sein de l’OIAC.

Malheureusement, tous nos efforts se heurtent à un mur aveugle de la réticence totale de Londres à interagir.

MENSONGE №4

Le Royaume-Uni prétend que la Russie multiplie à l’infini ses versions de l’incident chimique de Salisbury en essayant de détourner de lui-même la vague de critiques pour l’utilisation alléguée d’armes chimiques sur le sol britannique.

Dans la réalité, c’est ce que fait le côté britannique, en diffusant à travers ses médias dits "indépendants" les versions infinies : le poison était d’abord dans la valise, puis sur la poignée de porte, puis dans le sarrasin, puis au restaurant, puis dans le bouquet de fleurs, puis dans le système de ventilation de la voiture, puis dans le parfum, etc.

MENSONGE №5

Les dirigeants russes auraient déclaré que l’extermination des traîtres à l’étranger est la politique d’État de la Fédération de Russie.

C’est de la calomnie et un non-sens total. Qu’ils montrent où ils ont vu ça. Évidemment, le Royaume-Uni ne sera pas en mesure de présenter un seul exemple d’une déclaration de ce genre parce que rien de semblable n’a jamais été dit par les dirigeants russes.

MENSONGE №6

Les conclusions des experts du Secrétariat Technique basées sur les résultats de l’analyse des échantillons prélevés sur le père et la fille Skripal ont confirmé qu’ils avaient été empoisonnés avec une substance de la famille "Novichok".

Nos experts militaires sont prêts à présenter leur évaluation de ce qui a été dit dans le rapport du Secrétariat technique sur la base des résultats des travaux du groupe de spécialistes du Royaume-Uni.

Pour l’instant, je ne dirai qu’une seule chose : l’affirmation selon laquelle le Secrétariat technique a confirmé que ce produit chimique indique son origine russe est un mensonge. Le rapport lui-même ne dit pas un seul mot sur le nom "Novichok" ; la Convention sur les armes chimiques ne contient tout simplement pas un tel concept. Et dans le rapport du Secrétariat technique, il n’y a pas non plus de confirmation de l’"empreinte russe" de la substance chimique trouvée à Salisbury.

Néanmoins, les autorités britanniques ont immédiatement diffusé dans les médias du monde entier les fausses nouvelles selon lesquelles l’OIAC aurait confirmé que les Skripal ont été empoisonnés avec "Novichok", et que ce dernier, disent-ils, a été développé en URSS et en Russie seulement, d’où la faute à Moscou. C’est ainsi que les conclusions du rapport du Secrétariat technique sont falsifiées.

MENSONGE №7

Le soi-disant "Novichok" est une invention soviétique qui, supposément, n’aurait pu être produite qu’en Russie.

Il est nécessaire de rappeler que "Novichok" est le nom inventé en Occident pour un groupe d’agents chimiques qui ont été développés dans de nombreux pays, y compris au Royaume-Uni. Dans l’un de ses récents entretiens, le secrétaire d’État Boris Johnson a confirmé que le Royaume-Uni dispose d’échantillons de cette substance au laboratoire de Porton Down. En fait, nous avons beaucoup de questions à poser à ce laboratoire. Il serait intéressant de savoir comment ils ont déterminé que les Skripal ont été empoisonnés avec un agent neurotoxique de type "Novichok". Parce que toute personne raisonnable comprendrait que vous pouvez l’établir si vous avez le composant original auquel vous pouvez comparer le produit chimique qui a été trouvé. Il s’ensuit que ce laboratoire a un stock de "Novichok", et, éventuellement, aussi les antidotes qui ont été utilisés dans le traitement des Skripal.

En Russie, il n’y a jamais eu de travaux de recherche et développement ou de travaux expérimentaux dans le cadre d’un programme sous le nom de "Novichok". Je le répète, il n’y a jamais eu de programme portant un tel nom. À l’époque soviétique, à partir des années 1970, non seulement les Soviétiques, mais aussi les scientifiques britanniques et américains travaillaient à la création de nouveaux types d’agents neurotoxiques. C’est ainsi que le fameux gaz neurotoxique VX a été créé. Et dans les années 1990, après l’éclatement de l’URSS, les services spéciaux occidentaux ont exporté de Russie un groupe de chimistes avec la documentation. Les spécialistes occidentaux ont commencé à étudier de près les documents et, sur la base de ceux-ci, ont commencé à travailler dans cette direction, ont obtenu certains résultats, qui ont été rendus publics.

Nous savons très bien que les agents neurotoxiques de type "Novichok" étaient en production dans un certain nombre de pays. Et, contrairement à nos partenaires occidentaux, qui ne cessent de baisser les yeux et de dire qu’ils savent quelque chose, mais qu’il s’agit, comme ils le disent, de données du renseignement et qu’ils ne peuvent pas le révéler, nous fonctionnons d’une manière différente. Nous travaillons avec des sources ouvertes. Ainsi, le 1er décembre 2015, le United States Patent and Trademark Office a contacté l’agence russe chargée des questions relatives aux brevets avec une demande de vérification de la brevetabilité d’une invention faite par un scientifique américain T. Rubin. Voici ce document (démonstration).

Ce document parle de l’invention d’une balle spéciale, dont la particularité est d’avoir une cavité séparée pour l’équiper de différents types d’agents toxiques. Lors de l’utilisation de l’invention mentionnée, l’effet létal est obtenu grâce à l’effet de cet agent toxique sur le corps humain. En d’autres termes, ces munitions relèvent de la compétence de la Convention sur les armes chimiques. Le principe de fonctionnement de la balle consiste à l’équiper de composants binaires qui interagissent les uns avec les autres au moment de l’impact. Et c’est ce que nous lisons à la page 11 de ce document officiel américain, "Au moins une des substances actives peut être sélectionnée parmi les agents neurotoxiques, y compris.... tabun (GA), sarin (GB), soman (GD), cyclosarin (GF), et VG, ....VM, VR, VX, et[attention !] ! Agents Novichok."

En d’autres termes, ce document confirme qu’aux États-Unis, les agents neurotoxiques de type "Novichok" n’ont pas seulement été produits, mais aussi brevetés en tant qu’arme chimique. Et pas il y a longtemps, mais il y a seulement quelques années - le brevet est daté du 1er décembre 2015.

De plus, en cherchant le mot-clé "Novichok" sur la source numérique google.patents.com, vous pouvez trouver plus de 140 brevets délivrés par les États-Unis, relatifs à l’utilisation et à la protection contre l’exposition à l’agent toxique "Novichok".

Ce sont les faits réels, et non des paroles en l’air, et la réponse à ceux qui prétendent avec insolence que les agents neurotoxiques de type "Novichok" existaient et ont été produits en URSS et en Russie.

MENSONGE №8

L’une des victimes, une citoyenne russe, Yulia Skripal, éviterait les contacts avec ses proches et refuserait l’assistance consulaire russe.

Actuellement, les autorités britanniques cachent avec zèle Yulia Skripal aux médias et au public. On ne sait pas où elle se trouve. La partie russe, ainsi que ses proches (sa cousine Victoria s’est vu refuser un visa d’entrée par les autorités britanniques) se voient refuser l’accès à elle. Elle n’a pas la possibilité de retourner en Russie et de se soumettre à un examen médical et à un traitement.

Les circonstances susmentionnées indiquent qu’en fait, la citoyenne russe Yulia Skripal est prise en otage par les autorités britanniques, détenues de force sur le territoire du Royaume-Uni et soumises à des manipulations psychologiques.

Je n’ai donné que quelques exemples de la manière dont les autorités britanniques répandent la désinformation et mentent ouvertement. Cette liste de divulgations pourrait probablement se poursuivre, mais nous devrions probablement nous arrêter là. Il est caractéristique que le Royaume-Uni ne pense même pas à réfuter l’une quelconque de ses thèses, bien qu’elles soient totalement infondées.

Je n’ai aucun doute qu’à l’avenir, nous pouvons attendre de nouvelles vagues de désinformation, des pseudo-fuites dans les médias, des attaques insolentes de la part des autorités britanniques. Mais aucune preuve réelle ne sera jamais produite.

Le Royaume-Uni montre clairement qu’il n’est pas disposé à coopérer de manière adéquate dans le cadre de l’enquête sur cette histoire obscure. Cela nous convainc que le Royaume-Uni ne veut pas de vérité. Ils ne peuvent pas permettre qu’elle soit révélée.

Le rapport présenté par le Secrétariat technique concernant les conclusions des spécialistes britanniques pose un certain nombre de questions et appelle à un examen détaillé supplémentaire, y compris de la part de la partie britannique. Tout spécialiste comprendrait que les conclusions finales ne peuvent être faites qu’en ayant sous les yeux les matériaux de l’analyse chimique et spectrale des échantillons mentionnés. Et le Secrétariat technique n’a transmis ces documents qu’à Londres.

Nous soulignons que la Russie ne prendra pas au pied de la lettre les conclusions concernant l’"Affaire Skipal" tant qu’une condition simple n’aura pas été remplie : les experts russes auront accès aux victimes, ainsi qu’aux documents mentionnés dans l’analyse des experts de l’OIAC et à l’ensemble des informations réelles concernant cet incident dont Londres dispose.

Nous avons de solides raisons de croire qu’il s’agit d’une provocation grossière contre la Russie par les services spéciaux du Royaume-Uni. Et si la partie britannique continue de refuser de coopérer avec nous, elle ne fera que réaffirmer notre conviction que c’est exactement le cas.

Monsieur le Président,

On ne peut s’empêcher de rappeler le dicton suivant : pour certaines personnes, le mensonge n’est pas un moyen de justification, mais un moyen de défense. Le 16 avril, nous avons entendu une autre déclaration étrange : le G7 appelle la Russie à répondre aux questions légitimes du Royaume-Uni concernant l’affaire Skripal. Vous pouvez considérer cette déclaration comme notre réponse.

Dans le même temps, nous aimerions que la partie britannique réponde aux nombreuses questions spécifiques de la Fédération de Russie concernant l’incident de Salisbury. De plus, nous serions reconnaissants si les représentants du G7 pouvaient nous expliquer pourquoi leurs pays ont lancé une guerre diplomatique contre la Russie basée sur des faux.

Merci, monsieur le président.

Traduction : BQ

»» https://netherlands.mid.ru/web/netherlands-en/-/statement-of-a-shulgin...
URL de cet article 33239
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

L’Avatar du journaliste - Michel Diard
Michel Diard
Que restera-t-il du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président omniprésent dans tous les médias ? Cet ouvrage dresse un inventaire sans concession des faits et méfaits de celui qui se présentait comme l’ami de tous les patrons de presse et a fini par nommer les présidents des chaînes de l’audiovisuel public. Le "sarkozysme" a largement reposé sur un système de communication proche de la propagande, digne des régimes les plus autocratiques, à la limite de l’autoritarisme. Le système Sarkozy, même s’il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le prix à payer pour être présenté par les média comme un candidat "responsable et sérieux" est généralement d’être en accord avec la distribution actuelle de la richesse et du pouvoir.

Michael Lerner


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.