RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 

Effets secondaires des vaccins anti-COVID : pressions sur le Japon

Le gouvernement japonais fait face à une série de pressions directes et indirectes pour qu’il renonce à apposer la mention « effets secondaires graves » sur les vaccins anti-COVID.

Le ministère nippon de la Santé a mis en place un comité d’experts qui a mené une étude détaillée en se basant sur les données disponibles de plus d’un million de personnes vaccinées au Japon.

Ce groupe d’experts a répertorié une récurrence statistique inquiétante de problèmes cardiaques et d’anomalies cardiovasculaires chez des hommes jeunes sans antécédents médicaux avant vaccination et a par conséquent recommandé au gouvernement japonais d’apposer systématiquement la mention « effets secondaires graves » sur les documents accompagnant les vaccins anti-COVID Pfizer et Moderna.

La partie de l’étude relative aux anomalies cardiovasculaires n’a pas été rendue publique en raison de pressions multiformes auxquelles fait face l’exécutif japonais pour cesser toute investigation sur d’éventuels effets secondaires des vaccins anti-COVID et empêcher la mise en place d’un système de surveillance à l’échelle nationale à ce sujet.

Une première partie du plan de vigilance a été toutefois approuvé par le gouvernement et les premières recommandations du comité d’experts mettant en garde contre les vaccins anti-COVID ont été transmises à toutes les municipalités du pays.

D’après une source assez bien informée, la mise en place du comité d’experts par le ministère japonais de la Santé pour évaluer les risques des vaccins anti-COVID a déclenché l’ire des représentants des laboratoires Pfizer et Moderna. Un lobbying intense est mené auprès de certains membres de la Diète (Kokkai, le parlement bicaméral du Japon) pour obtenir la suspension des travaux du comité d’experts. En parallèle, des représentants de puissances alliées ont fermement fait savoir aux officiels nippons que ce type d’études est perçu comme un « acte inamical », voire « hostile » et est susceptible d’avoir des conséquences négatives pour le gouvernement japonais.

Le Japon demeure l’un des très rares pays à avoir mis en place un mécanisme de surveillance des effets secondaires des vaccins anti-COVID et à avoir suspendu à plusieurs reprises la vaccination suite à la découverte d’anomalies ou de lots de vaccins avariés ou non conformes.

Les municipalités japonaises sont à la tête d’un mouvement concerté visant à protéger la population contre un éventuel abus vaccinal hasardeux et risqué pour la santé publique dans un pays qui fait face à un déficit démographique et aux séquelles du traumatisme des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août 1945.

»» https://strategika51.org/2021/12/06/effets-secondaires-des-vaccins-ant...
URL de cet article 37592
  

La Chine sans œillères
Journaliste, écrivain, professeur d’université, médecin, essayiste, économiste, énarque, chercheur en philosophie, membre du CNRS, ancien ambassadeur, collaborateur de l’ONU, ex-responsable du département international de la CGT, ancien référent littéraire d’ATTAC, directeur adjoint d’un Institut de recherche sur le développement mondial, attaché à un ministère des Affaires étrangères, animateur d’une émission de radio, animateur d’une chaîne de télévision, ils sont dix-sept intellectuels, qui nous parlent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est amusant comme le commun des mortels s’imagine que nous sommes sans cesse affairés à leur mettre des idées dans la tête, alors que c’est en empêchant certaines pensées d’y pénétrer que nous faisons le mieux notre travail.

C.S. Lewis, 1942

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.