RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Venezuela : Cinq raisons pour lesquelles le chavisme a gagné

Alors que l’ensemble des observateurs internationaux expriment leur satisfaction à propos du caractère démocratique du scrutin, ces élections devraient faire comprendre à l’administration Biden que continuer à soutenir la MUD, et en particulier la fiction de Guaidó en tant que « président par intérim », est une politique vouée à l’échec.

Pour la première fois en quatre ans, chaque grand parti d’opposition au Venezuela a participé aux élections. Pour la cinquième fois en quatre ans, le chavisme a remporté une victoire écrasante. Les électeurs ont élu 23 gouverneurs, 335 maires, 253 législateurs d’État et 2 471 conseillers municipaux. Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), au pouvoir, a remporté au moins 19 des 23 postes de gouverneur (une seule élection reste trop serrée pour être prononcée) et la mairie de Caracas lors des « méga-élections » du 21 novembre. Sur les 335 élections municipales, le décompte des voix est terminé pour 322 d’entre elles. Le PSUV et sa coalition en ont remporté 205, les coalitions d’opposition 96 et les autres partis 21. Plus de 70 000 candidats se sont présentés à ces 3 082 postes, et 90 % des votes ont été comptés et vérifiés quelques heures après la fermeture des bureaux de vote. Le taux de participation a été de 42,2 %, soit onze points de plus que lors des élections parlementaires de l’année dernière.

Voici pourquoi le chavisme, le mouvement à l’origine de la révolution bolivarienne du Venezuela, a gagné :

1. Bonne gouvernance en matière de santé, de logement et d’alimentation. Les politiques de santé du Venezuela en réponse au Covid-19 ont été exemplaires. Aux Etats-Unis, on s’attendait à ce que le coronavirus submerge le système de santé vénézuélien, qui a été dévasté par des années de sanctions. Et pourtant, par million d’habitants, le Venezuela a enregistré 15 000 cas et 180 décès. À titre de comparaison, les chiffres aux États-Unis sont de 146 000 cas/million et 2 378 décès/million, ceux du Brésil sont de 103 000 et 2 854, et ceux de la Colombie de 98 000 et 2 481. Contrairement aux images que nous avons vues en Équateur ou en Bolivie, il n’y avait pas de corps de victimes abandonnés dans les rues, ni de morgues débordantes comme à New York.

En termes de logement, le gouvernement vénézuélien a construit 3,7 millions de maisons pour les familles de la classe ouvrière au cours des dix dernières années, dont la majorité a été construite et livrée par l’administration Maduro alors qu’elle était sous sanctions.

Aussi meurtrières que soient les sanctions, la situation serait bien pire sans le plus important programme social du Venezuela de ces cinq dernières années : les CLAP. Il s’agit de boîtes de nourriture et d’autres produits de première nécessité, dont certains sont produits localement, qui sont emballées et distribuées par les communautés elles-mêmes. Sept millions de familles vénézuéliennes reçoivent des boîtes CLAP chaque mois, sur un pays de 30 millions d’habitants. Non seulement ce programme a permis de nourrir la population, mais il a revigoré la base du chavisme et reconnecté le gouvernement avec la base après la défaite du PSUV aux élections législatives de 2015.

2. La situation économique s’améliore. Selon une enquête réalisée en août 2021 par l’institut de sondage d’opposition Datanálisis, 50 % des Vénézuéliens considèrent que leur vie s’est améliorée par rapport à l’année ou aux deux années précédentes. Malgré les sanctions qui ont entraîné une baisse de 99 % des revenus du gouvernement, l’économie vénézuélienne se stabilise. L’inflation est tombée à moins de 10 % pour la première fois en quatre ans. Le Crédit Suisse a prévu une croissance de 5,5 % en 2021 et de 4,5 % en 2022. La production de pétrole a atteint son plus haut niveau depuis 18 mois en octobre, aidée par un accord commercial avec l’Iran.

3. Le chavisme est uni (en grande partie). Le PSUV n’a pas gagné les élections seul, il était uni à 8 autres partis de gauche dans une coalition connue sous le nom de GPP (Grand Pôle Patriotique). Le PSUV lui-même a organisé des primaires internes en août, le seul parti à le faire. Plus de la moitié des candidats du GPP étaient des femmes, 52%, tandis que 43% étaient des jeunes. Dans l’ensemble, 90 % des candidats n’avaient jamais exercé de fonction auparavant, ce qui suggère un renouvellement du parti à partir de la base. Cependant, il s’agit de la deuxième élection consécutive où la gauche n’est pas complètement unie. Une coalition comprenant le parti communiste du Venezuela a présenté son propre ticket. Ces partis ont obtenu moins de 3 % des voix aux élections parlementaires de 2020 et leur décision de se présenter séparément ne semble pas avoir eu d’impact sur les courses au poste de gouverneur.

4. La droite est divisée. Jamais connue pour son unité, l’opposition vénézuélienne a subi une scission majeure, certains partis ayant opté pour le boycott des élections et tenté de renverser le gouvernement, tandis que d’autres ont préféré la voie démocratique. Bien que tous les grands partis aient participé à ces élections, l’opposition s’est divisée en deux coalitions principales, la MUD (Table ronde d’unité démocratique) et l’Alliance démocratique. La grande majorité des 70 000 candidats sont dans l’opposition et ils s’affrontaient dans presque toutes les courses. Sur les 23 courses au poste de gouverneur, six ont été remportées par des candidats du PSUV avec moins de 50 % des voix et par moins de six points – une plus grande unité entre la MUD et l’Alliance démocratique aurait pu faire la différence.

Le décompte des voix dans les courses au poste de gouverneur et de maire de Caracas montre que la coalition PSUV a obtenu 46 % du total des voix, le reste étant réparti entre les différentes oppositions. Une opposition unie pourrait gagner au Venezuela, mais « opposition unie » est un oxymore.

5. La droite est profondément impopulaire. Si l’on parle beaucoup du prétendu manque de soutien au président Maduro (les millions de votes obtenus par son parti ne seront jamais reconnus par les États-Unis), on sait moins que l’opposition est profondément impopulaire. Voici les taux de désapprobation de certaines des figures clés de l’opposition : Juan Guaidó, 83% de désapprobation ; Julio Borges (le « ministre des affaires étrangères » de Guaidó), 81% ; Leopoldo López (le mentor de Guaidó et le cerveau des tentatives de coup d’État), 80% ; Henry Ramos Allup (leader de l’opposition de longue date), 79% ; Henrique Capriles (perdant des élections présidentielles de 2012 et 2013), 77% ; et Henri Falcón (perdant des élections présidentielles de 2018), 66%. Tous ces candidats, à l’exception de Falcón, font partie de la MUD.

La coalition MUD a passé des années à prétendre qu’elle représentait une majorité, une affirmation qui ne pouvait pas être vérifiée par leur stratégie de boycott électoral. Cependant, leur retour dans le processus électoral n’a marqué qu’une augmentation de dix points de la participation électorale par rapport à 2020. En outre, la MUD s’est classée derrière les autres partis d’opposition dans 9 des 23 États et à Caracas. La MUD n’a remporté qu’un seul des trois postes de gouverneur occupés par l’opposition. Cela pourrait être dû en partie au rejet généralisé des sanctions américaines. La MUD a approuvé à plusieurs reprises des sanctions mortelles malgré le fait que 76 % des Vénézuéliens les rejettent.

La MUD bénéficie du soutien politique, financier et logistique des États-Unis et de l’UE, tandis que les membres d’autres partis d’opposition ont été dénoncés et sanctionnés par les États-Unis pour avoir négocié avec l’administration Maduro. Ces élections devraient faire comprendre à l’administration Biden que continuer à soutenir la MUD, et en particulier la fiction de Guaidó en tant que « président par intérim », est une politique vouée à l’échec.

* Leonardo Flores (États-Unis) est un expert politique latino-américain, né au Venezuela. Coordinateur de la campagne Amérique latine de CODEPINK. Titulaire d’une licence en philosophie de l’Université du Maryland.

25 Nov 2021

»» https://www.investigaction.net/fr/venezuela-cinq-raisons-pour-lesquell...
URL de cet article 37594
  

Même Thème
Chávez. L’homme qui défia l’histoire
Modesto E. Guerrero
Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps. Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent. 514 pages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce que nous faisons au Vietnam, c’est utiliser des Noirs pour tuer des Jaunes afin que les Blancs puissent garder la terre qu’ils ont volé aux (peaux) Rouges".

Dick Gregory (1932-2017)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.