RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Elections madrilènes : le tableau de chasse de Diaz Ayuso

Il n’y avait pas que les bars : les Madrilènes ne supportent plus la pandémie et Ayuso leur a donné ce qu’ils voulaient.

Díaz Ayuso balaie la gauche, Pablo Iglesias et la lutte contre la pandémie par une victoire écrasante dans un lieu qui était déjà un terrain favorable pour la droite.

On lui a posé la question pendant la campagne et elle a dû répondre : « Je suis toujours célibataire. Apparemment, la marché est vide ». Laissons de côté l’obsession de certains journalistes qui veulent savoir si les femmes politiques sont mariées ou célibataires, si elles ont des enfants ou non, si elles portent des talons ou des chaussures plates : il ne fait pas de doute que le marché de fiancés politiques d’Isabel Díaz Ayuso s’est accru de façon exponentielle en deux ans, passant de 30 à 65 sièges ; de 22,2 % des votes à 44,7 %. Sa victoire a été si éclatante que le PP n’a pas attendu longtemps pour s’en féliciter. Les principaux dirigeants du parti se sont montrés au balcon de la rue de Génova, siège du parti, pour célébrer ce triomphe, alors qu’on n’avait dépouillé que 52 % des bulletins. Il n’y avait aucune place pour le doute, et il fallait savourer la victoire avant le début du couvre-feu à 23 heures. Il y a quelques jours, le Conseil de la Santé avait levé les restrictions dans la zone de Madrid où se trouve le siège du PP, bien que le taux d’incidence n’ait pas baissé. Rien, pas même la pandémie, ne pouvait empêcher la fête.

Ce fut la victoire dans les urnes de ceux qui veulent considérer la pandémie comme terminée. Ceux qui n’en peuvent plus et qui croient, à tort ou à raison, qu’il doit y avoir une façon de continuer à lutter contre elle et, en même temps, faire que la vie retrouve la normalité. Ceux qui ne supportent plus couvre-feux et horaires limités. Ceux qui veulent qu’on leur rende la vie tout de suite, quoi qu’il en coûte. Ayuso leur a donné cette opportunité et ils l’ont saisie de toutes leurs forces.

Dans d’autres pays européens, il y a une forte contestation contre les mesures restrictives des gouvernements. Elle est minoritaire, mais elle entraîne des manifestations fournies qu’on n’a pas vues en Espagne. Les conservateurs britanniques, français et allemands ont appuyé ces mesures – avec quelques discussions internes – parce qu’ils pensent qu’il n’y a pas d’alternative. Mais c’est à Madrid que cet état d’esprit de vouloir mettre fin à tout cela a propulsé un Gouvernement autonome et sa présidente.

Le leader d’ultra-droite italien Matteo Salvini s’est empressé de féliciter Díaz Ayuso sur Twitter en mettant une photo d’elle. Essentiellement, parce qu’elle a réussi ce que lui avait tenté et qui n’avait pas marché.

Dans les célébrations de la rue de Génova, Ayuso ne pouvait qu’être une Ayuso à la puissance x. L’hyperbole était garantie. « Aujourd’hui recommence un nouveau chapitre de l’histoire d’Espagne » - incarné par elle-même. Elle ne s’est jamais laissé conditionner par le défaut de la modestie. Il y a quelques mois, les partisans d’Ayuso ont fait circuler une image d’elle façon Agustina de Aragón (1) allumant la mèche d’un canon qui tirait sur les Français. Le phénomène était prévisible, étant donné qu’elle faisait partie des dirigeants du PP les plus attaqués par la gauche. Maintenant, il s’est transporté dans les urnes.

L’euphorie aurait été plus grande au PP s’ils avaient su qu’une heure après, Pablo Iglesias allait annoncer son retrait de la politique active. « Je ne contribue pas à rassembler », a-t-il admis en annonçant sa démission de toutes ses charges. Le chemin qu’il avait amorcé, provoquant, ces sept dernières années, tant de changements dans la politique, a connu une fin abrupte. Díaz Ayuso avait dit durant la campagne que l’Espagne lui devait « une fière chandelle » en tant que responsable de la sortie d’Iglesias du Gouvernement. Maintenant, elle peut ajouter une autre entaille à son revolver.

La gauche a commis deux erreurs très récentes lors de l’ascension d’Ayuso. La première, aux effets différés catastrophiques, a eu lieu lors de la motion de censure de Murcie, encouragée de façon peu intelligente depuis les cuisines de la Moncloa, le siège du Gouvernement espagnol. Elle obligeait le PP à répondre de façon drastique, et Madrid était le terrain le plus favorable. La deuxième s’est produite pendant la campagne. Celle d’Unidas Podemos s’est centrée sur la mise en garde contre la menace d’un nouveau fascisme en Europe. Le PSOE l’a suivie lorsque sont apparues des menaces de mort contre des hommes politiques. Cette dernière erreur est de celles qu’on détecte a posteriori, lorsque la volonté des électeurs s’est exprimée clairement. Ceux-ci ont clairement montré qu’à Madrid cela n’inquiète guère.

On a dit que la seule façon d’arrêter Ayuso était d’obtenir une participation historique lors des élections. On l’a obtenue, et la conséquence a été une victoire indiscutable de la droite. Dans tous les districts de Madrid, même ceux considérés comme la grande espérance de la gauche, c’est le Parti Populaire qui l’a emporté.

Dans le dernier spot de campagne d’Unidas Podemos, on affirmait que Madrid n’est pas « une région de droite ». Cette affirmation laissait perplexe dans une Communauté gouvernée par le PP depuis 26 ans. Les campagnes font une grande place à des espoirs qui s’étendent pour voir s’ils s’enracinent. Parfois, ils finissent réduits en miettes par le choc avec la réalité.

A la fin, ce pronostic s’est avéré aussi raté que les analyses du président du CIS. Dans un article publié ces jours-ci, José Félix Tezanos soutenait encore que les électeurs de gauche et du centre-gauche dépassaient de loin ceux de la droite. Le PP et Vox ont obtenu à eux deux vingt sièges de plus que les trois partis de gauche. Ne demandez jamais à Tezanos quel temps il fera demain, ou plutôt, ne lui demandez rien.

L’humiliation des socialistes, pourvus d’un candidat que la politique a abandonné depuis longtemps et d’une stratégie de la Moncloa erronée depuis le premier moment, lorsqu’elle a cherché à attirer les électeur de Ciudadanos, s’est parachevée au cours de la nuit lorsqu’on a appris que Más Madrid les dépassait en nombre de votes et les égalait en nombre de sièges. Mónica García, candidate de Más Madrid, sera le leader de l’opposition contre Díaz Ayuso. En réalité, elle l’était déjà lors de cette législature, parce que Gabriel Gabilondo, candidat du PSOE, a toujours été un monsieur âgé qui parlait par généralités et qui ne faisait aucun mal à la présidente madrilène. Le problème avec Gabilondo, c’est qu’il ne faisait pas d’opposition.

La liste des décisions et promesses de Díaz Ayuso en contradiction avec la réalité est longue. Elle a dit qu’elle ferait passer des tests à tous les élèves d’une classe si l’un d’eux s’avérait positif. Cela ne s’est pas fait. Elle a dit que la Communauté de Madrid était préparée pour passer immédiatement à la Phase 1 de la désescalade. Elle ne l’était pas, du fait du petit nombre de traceurs et de tests, étant donné le triste état des soins de santé primaires. Elle a dit que Madrid a eu beaucoup de contaminations du fait de la densité de la population. D’autres régions avec une densité très faible ont eu aussi un nombre d’infections très élevé. Elle a dit que les fermetures de zones basiques de santé dans la ville de Madrid ont été décisives. Presque personne ne les a respectées. Elle a dit que Madrid était un exemple admiré dans le monde. Les gouvernements ont opté pour des stratégies très différentes.

Tout cela n’a eu finalement aucune importance. Les électeurs ont décidé qu’ils ne voulaient plus de pandémie dans leur vie et Ayuso leur donnait la solution dont ils avaient besoin.

La grande question, maintenant, c’est de savoir jusqu’où va arriver Díaz Ayuso. Nous ne savons pas ce qu’on pensera dans le reste de l’Espagne de sa personnalité et de ses idées politiques. Elle s’est exprimée clairement au cours de sa nuit triomphale : « Quand nous disons que Madrid est l’Espagne, c’est parce que vient ici ce qu’il y a de meilleur dans le monde ». Galiciens, Andalous, Valenciens et Castillans sont prévenus : ce qu’il y a de meilleur en eux se trouve à Madrid, c’est-à-dire qu’eux n’ont gardé que le pire . Nous verrons comment ils digèrent ce message.

NdT
(1) Héroïne de la Guerre d’Indépendance espagnole contre Napoléon, qui défendit Saragosse assiégée par les Français.

»» https://www.eldiario.es/politica/madrilenos-no-quieren-pandemia-ayuso_...
URL de cet article 37104
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Thème
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Lorsque la vérité est remplacée par le silence, le silence devient un mensonge. »

Yevgeny Yevtushenko

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.