RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 

En Biélorussie, les jeunes urbains en première ligne

Sommé par la rue de quitter le pouvoir, le président biélorusse s’est plié aux exigences de Moscou, qui demandait l’organisation d’une réforme constitutionnelle. Quelques semaines auparavant, les contestataires, éclairés par le précédent ukrainien, refusaient toute ingérence, espérant que leur seul nombre suffirait à déposer le dirigeant.

Mi-août 2020. À la télévision, les images de manifestations tournent en boucle. « Ça va bientôt se terminer », lâche M. Stas L.. sans même jeter un coup d’œil à l’écran. Le dos tourné aux nouvelles, assis dans un bar de Brahine, dans le sud de la Biélorussie, lui et ses amis, tous trentenaires, discutent autour d’une bouteille de vodka. Cela fait cinq jours qu’une vague de protestation d’une ampleur inédite balaie le pays. La suite des événements lui donnera tort : la contestation se poursuivait encore à la mi-septembre, notamment le week-end lors de marches rassemblant toujours des centaines de milliers de personnes, à Minsk et dans d’autres grandes villes du pays.

La réélection de M. Alexandre Loukachenko, le 9 août 2020, et les protestations qui ont suivi ont placé la Biélorussie au centre de l’attention médiatique internationale. Le président entame son sixième mandat d’affilée depuis 1994, après avoir obtenu 80,23 % des voix lors d’un scrutin entaché de fraudes. Il battait ainsi sa principale rivale, Mme Svetlana Tikhanovskaïa, qui a remplacé au pied levé son mari, arrêté en mai pour « troubles à l’ordre public », et derrière laquelle se sont rangées les équipes de deux autres candidats, M. Valery Tsepkalo et M. Viktor Babariko, représentés par, respectivement, son épouse Veronika et sa directrice de campagne, Mme Maria Kolesnikova, après la fuite à Moscou du premier et l’arrestation du second.
L’Ukraine, un épouvantail

À la suite du scrutin, des affrontements entre jeunes contestataires et forces de l’ordre ont rythmé les nuits de la capitale. Pendant trois jours, Internet a été interrompu. Des milliers d’arrestations et de nombreux témoignages sur les passages à tabac perpétrés dans les commissariats ont accentué le rejet du président, qui n’avait jamais employé ces méthodes d’intimidation à une telle échelle. À l’issue de l’élection présidentielle de 2010, les interpellations se comptaient alors en centaines, et l’opposition avait été discrètement décapitée dans (...)

Taille de l’article complet : 2 751 mots.

Lire l’article complet sur : https://www.monde-diplomatique.fr/2020/10/RAMIREZ/62296

»» https://www.monde-diplomatique.fr/2020/10/RAMIREZ/62296
URL de cet article 36527
  

Même Auteur
L’Espagne dans nos coeurs
Loic RAMIREZ
On a beaucoup écrit sur la guerre civile espagnole et si peu sur ses suites. Refusant la défaite, les républicains ont poursuivi leur combat durant plus de trente ans contre la dictature franquiste. Majoritairement exilés en France, ils ont eu pour principal soutien le parti communiste français et ses militants. Diffusion de tracts et de propagande, campagnes de solidarité, déplacement de clandestins et soutien logistique, les femmes et les hommes du PCF ont prêté main-forte aux "rouges" tout au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.