RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

En échange d’informations : Proposition de survol du territoire algérien par des drones étatsuniens

L’ambassadeur américain, à Alger, ainsi que de hauts responsables du contre-terrorisme, suggèrent de proposer à l’Algérie de partager davantage d’informations pour aider les forces de sécurité algériennes à éliminer ou capturer des terroristes, aussi bien à l’intérieur qu’aux frontières du pays. C’est ce que révèle un récent article du « New York Times ». Cette approche, ajoute le quotidien dans son édition du 26 février 2013, « témoigne de l’appui croissant au sein de l’administration » américaine à prendre des mesures « plus énergiques contre les extrémistes, dans la région » depuis l’attaque du site gazier de Tiguentourine (In Amenas), le mois dernier, qui a fait 37 morts dont 3 Américains.

Les Etats-Unis proposent donc de partager des informations recueillies par leurs drones de surveillance pour permettre aux forces de sécurité en Algérie de « s’engager dans des opérations, tant à l’intérieur, et peut-être, d’une manière limitée, à l’extérieur des frontières », ajoute le « NYT ». Le journal cite un « câble adressé », la semaine dernière, au Département d’Etat, par Henry S. Ensher, dans lequel l’ambassadeur américain, à Alger, « a insisté pour que la poursuite du terroriste, Mokhtar Belmokhtar, le cerveau de l’attaque du champ gazier, soit une priorité ». Et pour ce faire, M. Ensher recommande à l’Administration Obama de dire aux autorités algériennes que « si elles permettent aux Etats-Unis de laisser survoler des drones, non armés, la zone frontalière de l’Algérie, notamment avec le Mali, les Américains partageraient l’information avec le gouvernement algérien », ajoute encore le « NYT ». Selon le quotidien newyorkais, citant un responsable américain qui a requis l’anonymat, il y a un consensus au sein des décideurs politiques et sécuritaires, aux Etats-Unis que Belmokhtar et les membres d’Aqmi « devraient être agressivement poursuivis ». La même source a indiqué qu’aucune décision ne semble avoir été prise, pour l’instant, pour « présenter une proposition formelle à l’Algérie ».

L’article révèle aussi que pendant la prise d’otages de l’usine de gaz d’In Amenas, l’Algérie a permis à un drone de surveillance américain « Predator » de survoler le complexe, mais a insisté pour que cette opération cesse une fois l’assaut terminé. Enfin, le journal affirme que les responsables américains ont « décelé un éventuel changement de position des responsables algériens », pour s’éloigner de « leur vieille politique » de « ne pas effectuer d’opérations militaires à l’extérieur des frontières du pays ». « Des officiels algériens ont récemment déclaré aux États-Unis qu’ils étaient prêts à mener des opérations dans les zones frontalières », affirme la source anonyme au « New York Times ».

M. Mehdi

http://www.lequotidien-oran.com/

URL de cet article 19534
  

Dominique Fernandez : Ramon
Bernard GENSANE
(Paris, Grasset, 2008) La lecture des livres de Dominique Fernandez (romans, livres de voyage, photographies) m’a toujours procuré un très grand plaisir. Avec, cependant, deux petits bémols. Pour se rassurer, j’imagine, Fernandez éprouve le besoin d’en faire des kilos, d’écrire jusqu’à plus soif. Dans son très beau livre sur Tchaikovski, par exemple, s’il ne nous décrit pas trois cents rues et artères russes, il n’en décrit aucune. Dans son Ramon, il nous inflige, par le menu (c’est le cas de le dire), (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.