Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Evo Morales prudent face à certaines ONG

L’an dernier, le gouvernement bolivien a expulsé du pays deux organisations d’aide au développement. Atteinte à la démocratie ou vrai problème ?

Une question de dignité

Le 20 décembre dernier, le gouvernement de Bolivie annonçait l’expulsion de l’ONG danoise Ibis. Dans les trois mois, celle-ci devra clôturer tous ses projets dans le pays. Au mois de mai précédent, le gouvernement bolivien avait déjà banni du pays USAID, la grande ONG étatsunienne.

On sait que l’organisation Ibis travaille avec des mouvements indiens opposés au gouvernement (1). Selon le gouvernement, l’ONG danoise est expulsée parce qu’elle sème la division au sein des organisations sociales boliviennes. « Ibis doit quitter la Bolivie parce que nous détenons des preuves de son ingérence politique. Sa conduite inacceptable cherchait à influencer des organisations d’aide sociale dans le but de les diviser et de les orienter vers le conflit ».

Le President Evo Morales n’est pas disposé à accepter des tentatives de déstabilisation par des organisations non-gouvernementales. « C’est une question de dignité pour le peuple bolivien, nous ne permettrons pas qu’une ONG utilise ses fonds pour comploter contre la démocratie et le gouvernement national ».

Selon Morales, « les Boliviens ont le droit constitutionnel de faire de la politique, mais pas de magouiller avec les capitaux étrangers. Certaines ONG viennent ici pour conspirer. Elles financent des opposants et nous traitent comme si nous étions incultes. Elles nous regardent de haut comme le feraient tout dominant ou toute grande puissance. Nous ne le tolérerons pas ».

Morales a de la considération pour le travail positif effectué par les ONG. Elles soutiennent et coordonnent notamment les efforts des administrations municipales pour promouvoir le développement social. Pareille collaboration est soutenue et cautionnée par le gouvernement. (2)

Elargir le cadre

Morales perd-il son sang-froid, ou bien s’agit-il ici de tout autre chose ? Pour en juger, il est utile de se situer dans une perspective plus large.

Les ONG sont très populaires en Occident pour deux raisons : Primo, elles ne sont pas du gouvernement, et en ces temps néo-libéraux, par définition, c’est mieux. Le caractère non gouvernemental est évidemment relatif puisque dans presque tous les cas ces organisations dépendent largement de subventions d’Etat. Mais bon, c’est la perception qui importe.

Secundo, les ONG incarnent souvent des idées critiques. Elles représentent un peu la conscience de l’opinion publique.

C’est précisément en raison de cette « innocence » et de cette popularité auprès du grand public que les ONG sont volontiers attelées au char de l’establishment. L’ex-agent de la CIA Philip Agee s’est confessé et a admis que des ONG comme USAID et NED « sont des instruments de l’ambassade US » et que « derrière ces organisations, il y a la CIA » (3).

Evidemment l’establishment ne crie pas sur les toits qu’il instrumentalise les ONG, mais à de rares occasions, celles-ci soulèvent elles-mêmes un coin du voile.

Ainsi par exemple Allen Weinstein, l’ancien président de NED (National Endowment for Democracy), une ONG étatsunienne qui « promeut la démocratie » partout dans le monde. Une des rares fois où il en a un peu trop dit : « Bien des choses que nous faisons actuellement étaient faites il y a 25 ans par la CIA ». (4)

C’est un secret de Polichinelle que la CIA, par l’intermédiaire de telles ONG, a joué un rôle-clé dans les révolutions dite « des fleurs » en Yougoslavie, en Géorgie, en Ukraine et en Kirghizie. (5)

Norman Schwarzkopf, le général quatre étoiles qui dirigeait la Première Guerre du Golfe, n’avait pas mâché ses mots devant le Congrès : « Notre présence est l’expression ostensible de l’intérêt et de la préoccupation que les USA portent sans discontinuer à la région. Il s’agit de plus que d’une simple force militaire. Des programmes d’aide humanitaire et d’échanges (…) constituent notre présence et sont les éléments-clés pour maintenir à niveau les relations étroites que nous entretenons avec nos amis dans toute la région ».

Colin Powell, le ministre des Affaires étrangères sous Bush, a été encore plus explicite : « Les ONG sont pour nous un tel levier, une part tellement importante de notre équipe de combat » (6).

Conclusion

Il ne saurait être question de mettre toutes les ONG dans le même sac. Beaucoup de ces organisations accomplissent un travail excellent et sont irremplaçables. Mais cela n’empêche pas que certains les utilisent pour des objectifs moins nobles.

C’est certainement le cas en Bolivie. Evo Morales navigue nettement à gauche et il a restreint le pouvoir des multinationales dans son pays. L’Histoire nous a montré que tout président qui fait preuve d’un tel culot subit immanquablement des tentatives de déstabilisation, dans lesquelles les ONG jouent un rôle-clé.

Cela s’est déjà produit en Equateur, au Venezuela et à Cuba (7). Un homme averti en vaut deux ...

Marc Vandepitte

Traduction du néerlandais : AMM pour Investig’Action

»» http://www.michelcollon.info/Evo-Morales-prudent-face-a.html

Notes

(I) http://www.standaard.be/cnt/dmf20131228_00906101

(2) http:// http://www.prensalatina.cu/index.php?option=com_content&task=view&...

(3) http:// http://www.globalresearch.ca/how-united-states-intervention-against-ve...

(4) William Blum, ‘Rogue State : A Guide to the World’s Only Superpower’, Monroe 2000, p. 180. en français l’Etat Voyou http://www.legrandsoir.info/l-etat-voyou.html

(5) http://www.opendemocracy.net/globalizationinstitutions_government/colo...

(6) http://avalon.law.yale.edu/sept11/powell_brief31.asp

(7) http://www.globalresearch.ca/usaid-spying-in-latin-america/5306679


URL de cet article 24371
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.