Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


EXASPÉRATION : Combien de temps encore, allons-nous supporter les rodomontades, les éructations, les menaces et les actions guerrières des locataires de la Maison Blanche ?

Depuis 170 ans, les États-Unis ont entamé leur marche délirante de déstabilisation du monde à leur profit. Je ne parlerai pas de jadis terriblement accusateur pour les USA (génocide indien, accaparement par la force de territoires, etc...), mais de naguère et d’aujourd’hui qui suffisent à condamner leur comportement barbare de missionnaire soudard, la bible à la main, extrêmement dangereux pour toute la planète et la paix dans le monde (2).

Depuis la seconde guerre mondiale (la CIA a été créée après la catastrophe de Pearl Harbour), la liste des pays agressés est impressionnante, vertigineuse même (1). Trump en est aujourd’hui l’incarnation grotesque mais pas seulement. Ses prédécesseurs ont tous fait des guerres, la main sur le cœur et la bombe entre les dents, pour partout où ils sont intervenus, "rétablir la liberté" à la mode étasunienne, basée sur le veau d’or du "fondamentalisme du marché", c’est à dire la loi de la jungle, celle du plus fort, du plus féroce avec l’asservissement des plus faibles comme résultat. Rien n’est plus inhumain et insupportable tant les extraordinaires perspectives de progrès de civilisation sont anéanties ! C’est une néo-colonisation souvent brutale, parfois rampante qui tue, saccage les savoirs, pille les richesses, installe l’ignorance et la dépendance et transforme les habitants en consommateurs serviles. C’est le règne de la corruption, des oligarchies, du népotisme, des mafieux qui se construisent des richesses insensées en organisant la misère de la grande majorité de la population qu’ils contrôlent. Et tout cela évidemment avec la bénédiction de l’Empire, leur maître à tous, qui n’a plus qu’à aspirer les dividendes ensanglantés que lui servent une terre et une population martyrisées.

Mais nom de dieu, où est le peuple étasunien ? On ne l’entend pas !

Que pense-t-il des graves menaces et interventions de leur gouvernement contre l’Amérique du Sud, Cuba et le Venezuela en particulier, que Washington ose considérer depuis toujours comme sa chasse gardée ?

Que pense-t-il de la déstabilisation du Moyen-Orient, entreprise par ses gouvernements successifs, au nom de la lutte contre le terrorisme qu’ils ont contribué à générer et nourri, avec ses interventions en Afghanistan, en Irak, en Libye, et en Syrie, ses menaces permanentes contre l’Iran, avec parallèlement un soutien sans faille aux dictatures pétrolières les plus obscurantistes et à Israël (seule puissance militaire de la région dotée d’un arsenal nucléaire), leur instrument principal de subversion dans la région ?

Que pense-t-il des tentatives de plus en plus précises d’isoler géographiquement et militairement la Russie avec la complicité de cette machine de guerre qu’est l’OTAN en la ceinturant de bases US "otanisées" ?

Que pense-t-il des nouvelles menaces sur la Corée du Nord qui ne peut en aucun cas être ce que prétend mensongèrement le nouveau Dr Folamour Trump, un danger pour les États-Unis ? C’est un nouvel Irak que Trump prépare avec l’objectif de fragiliser la Chine qui est sans doute le pays que Washington craint le plus.

Comment ne pas s’indigner devant ce que nous insinuent les médias à longueur de colonnes et d’antennes, quand ils transforment pitoyablement un petit pays qui ose défendre sa souveraineté, son indépendance, contre toutes les tentatives de le subvertir (quoiqu’on pense de la Corée du Nord), contre les menaces de l’Empire de le mettre à feu et à sang, en criminel, seul coupable d’une possible confrontation ! Jamais les pays attaqués par l’Empire n’ont attaqué les premiers, jamais. Je ne comprends pas la pusillanimité de la gauche à l’égard des vociférations irresponsables de ce matamore de Trump. Comme pour le Venezuela, il n’y a pas à tergiverser, il y va d’une possible conflagration planétaire et donc de la paix dans le monde car je ne veux pas croire une seconde que la Chine et la Russie laisseront faire un tel forfait.

Va-t-on enfin se concerter, s’entendre, se coaliser, puisque l’ONU en est incapable, pour arrêter enfin le bras surarmé et vengeur de celui qui s’est autoproclamé à la fois juge et gendarme du monde mais qui en est en fait le pire des pillards ? Trump, avec sa politique hégémonique assassine et destructrice, doit pouvoir devant son délire césarien, se voir dresser, haut et fort, un mur de contestation, une réplique vigoureuse de tous les pays, de tous les peuples qui en ont assez de cette domination guerrière désespérante qui les enfonce dans l’inhumanité alors que notre civilisation moderne devrait aspirer à plus de confraternité, à plus d’échanges respectueux, et se consacrer enfin à la progression de sa connaissance, de son bien-être et à la préservation de la planète.

Mais je n’entends rien...ou pas grand chose... Désespérant !

Michel Taupin

»» https://www.facebook.com/groups/CubaSiFranceInfos/

(1) * Chine 1945 -1946* Corée 1950 - 1953* Chine 1950 -1953* Guatemala 1954* Indonésie 1958* Cuba 1959 - 1960* Guatemala 1960* Cuba 1961* Congo 1964* Guatemala 1964* République Dominicaine 1965 - 1966* Pérou 1965* Laos 1964 - 1973* Vietnam 1961 - 1973* Cambodge 1969 - 1970* Guatemala 1967 - 1969* Liban 1982 - 1984* Grenade 1983 - 1984* Libye 1986* El Salvador 1981 - 1992* Nicaragua 1981 - 1990* Iran 1987 - 1988* Libye 1989* Panama 1989 - 1990* Irak 1991* Somalie 1992 - 1994* Bosnie 1995* Iran 1998* Soudan 1998* Afghanistan 1998* Serbie 1999* Afghanistan 2001* Irak 2003* Libye 2011* Syrie 2013

(2) "Les États-Unis sont une menace pour la Paix dans le monde" lit-on dans l’International Business Times. En 2014, 66.806 personnes issues de 65 pays différents ont été interrogées par Worldwide Independent Network et Gallup, leaders dans la recherche et études de marché.

A la question : "Quel pays est la plus grande menace pour la paix dans le monde aujourd’hui ?", 24% des personnes interrogées répondent les États-Unis. Le Pakistan arrive en deuxième position avec 8% des votes et la Chine troisième avec 6%. Les autres pays considérés comme des menaces sont l’Afghanistan, l’Iran, Israël et la Corée du Nord.

Quels sont les pays qui considèrent les États-Unis comme la plus grande menace ? La Chine (54%), la Russie (49%), mais aussi beaucoup de pays d’Amérique du Sud dont le Mexique et l’Argentine, des pays membres de l’Otan comme la Grèce et la Turquie ou encore l’Algérie, le Canada et l’Australie.

Et les Américains dans tout ça ? 20% placent l’Iran en première position, suivi de l’Afghanistan et de la Corée du Nord. Mais 13% d’entre eux considèrent tout de même leur propre pays comme une menace pour la stabilité internationale.


URL de cet article 32183
   
AGENDA
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Auteur
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.