Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Femme enceinte tuée par des chiens : l’indécence des chasseurs

Une jeune femme partie promener son chien en forêt et qui est retrouvée morte. La présence d'une chasse à courre à proximité. Une enquête en cours. Et des chasseurs qui, en attendant, font preuve d'une indécence incroyable.

Le déroulement des faits

Samedi 16 novembre, une jeune femme de 29 ans, Elisa Pilarski, se rend en bordure de la forêt de Retz, pour y promener l’un de ses chiens, Curtis. Peu après 13 heures, elle appelle son conjoint Christophe au secours : elle affirme être attaquée par plusieurs chiens (lesquels l’ont déjà "mordue à la jambe et aux bras") et lui demande de la rejoindre au plus vite. Christophe, qui travaille à 70 kilomètres de là (à l’aéroport de Roissy), arrive sur place 3/4 d’heures plus tard, soit environ vers 14 heures. Et vers 15 heures, il découvre "dans un ravin" le corps sans vie de sa compagne, "dénudé et dévoré de partout".

Des détails troublants

Seul témoin déclaré des circonstances entourant ce drame (appel téléphonique, découverte du corps), Christophe précisera devant les médias un certain nombre d’éléments troublants. A commencer par ceux fournis par sa compagne au moment de l’agression : "Elle m’a appelé en me disant que ... qu’elle n’arrivait pas à tenir Curtis car il y avait trop de chiens autour d’elle". Puis par ceux qu’il a pu constater lui-même une fois arrivé sur place : "je l’ai cherchée partout ... j’ai croisé des chiens de chasse dans un premier temps, un cavalier aussi". Et enfin, au moment de la découverte du corps : "Quand je vais pour regarder dans le précipice, je vois une trentaine de chiens arriver sur moi, donc je m’écarte".

Une enquête en cours

En début de semaine suivante, l’autopsie établit que "le décès s’est produit entre 13 h et 13 h 30 et a pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête". Dans la foulée, le procureur de Soissons Frédéric Trinh annonce que "des prélèvements sont en cours sur 67 chiens (rectifiant les 93 annoncés au départ, ndr), dont 5 chiens du couple et 62 appartenant à l’association le Rallye de la Passion (la chasse à courre, ndr)". D’abord confiée à la section de gendarmerie de Soissons, l’enquête est finalement prise en charge par celle d’Amiens, la présence d’un lieutenant-colonel de gendarmerie local, Jean-Charles Métras, ayant été révélée parmi les chasseurs.

Aucune piste privilégiée ...

En milieu de semaine, le parquet de Soissons annonce l’ouverture d’une information judiciaire pour "homicide involontaire ... résultant de l’agression commise par des chiens" et confie l’enquête à un juge d’instruction. "Nous n’avons pas de piste privilégiée" explique par ailleurs le procureur Trinh. Trois hypothèses sont étudiées : une attaque de la victime par son propre chien, par ceux ayant participé à la chasse à courre, ou encore par un chien errant. Précisons que le chien d’Elisa, Curtis, a lui aussi été retrouvé avec de nombreuses blessures/morsures (à la tête notamment) et semble donc lui aussi être une victime de l’attaque. Quant à l’hypothèse d’un chien errant capable de dévorer une personne protégée par une sorte de Pit Bull (un American staffordshire) : fortiche !

Connaissez-vous la chasse à courre ?

La chasse à courre (ou vénerie) est un mode de chasse ancestral généralement pratiqué par des notables. Il consiste à utiliser une meute de chiens dits "courants" (Poitevins, Français tricolores ...) afin de poursuivre un animal sauvage (cerf, chevreuil...) jusqu’à son épuisement ; acculé, l’animal est alors tué (à l’arme blanche ou au fusil) par un membre de l’équipage ou déchiqueté par les chiens. Parmi le champs lexical de la chasse à courre, "l’hallali", qui désigne les derniers moments de l’animal (lorsqu’il ne peut plus fuir et commence alors à être attaqué par les chiens) et "la curée", qui désigne le fait de nourrir les chiens avec des morceaux de viande découpés sur place.

Des accidents rares ...

Malgré ces scènes d’une grande violence, on doit à l’honnêteté de reconnaître que les attaques sur humains sont particulièrement rares. Les chiens courants sont habitués à chasser un animal précis et la réussite de leur mission dépend en grande partie de cette particularité. Pour autant, les situations exceptionnelles existent toujours, et avec elles leurs lots "d’accidents". Le monde de la chasse regorge d’ailleurs d’histoires en tout genre : des chasseurs confondant leur collègue avec un animal sauvage (sanglier, renard ...), des chiens de chasse s’en prenant à un animal domestique (teckel, chat...), des chiens courants sautant du haut d’un ravin ...

... mais possibles

Les chiens du Rallye de la passion étaient-ils bien traités ? Dans quelles conditions étaient-ils hébergés ? Etaient-ils bien nourris ? Bref, quelque chose pouvait-il justifier d’une quelconque agressivité ? Par ailleurs, même si un chien est habituellement calme, il peut devenir agressif dans certaines conditions ; à fortiori s’il s’agit d’un animal conditionné et qu’il est placé en meute. Les chiens auraient-ils pu confondre Elisa avec une proie ? Cette dernière aurait-elle adopté un comportement de fuite (et ainsi pu déclencher un comportement de prédation) ? Aurait-elle déclenché l’agressivité de la meute en tentant de défendre son chien ? De simples hypothèses, qui ne sont pas plus absurdes (et en tout cas moins odieuses) que celles qui vont suivre ...

Les arguments fallacieux de la société de vénerie

Antoine Gallon, directeur de la communication de la société de vénerie : "Elisa Pilarski promenait ... un chien de combat ..., dont on ne peut imaginer qu’il ait laissé sa maîtresse se faire dévorer sans la défendre ! Or, des vétérinaires mandatés par les gendarmes ont inspecté les 62 chiens de l’équipage et aucun ne présentait de traces de morsure". Un argument péremptoire autant qu’hasardeux. Un chien attaqué par une meute est-il forcément apte à se battre ? A mutiler ses assaillants ? Et puis, n’a t-on pas pu planquer des chiens ? Au fait, de quelle gendarmerie s’agit-il ? Celle du gendarme-chasseur Métras ? Etrange argumentaire en tout cas que celui qui entérine l’idée d’une attaque massive, tout en dédouanant la seule meute dont la présence est attestée sur place.

Un témoignage douteux

Autre propos hallucinant, le témoignage d’un participant de la chasse, Jean-Michel Camus. Ce dernier rapporte avoir croisé le compagnon d’Elisa ce jour-là et avoir eu avec lui l’échange suivant : "’je (christophe, ndr) cherche mon chien, faites attention à vos chiens car le mien est très dangereux’ ... je lui ai répondu que nos chiens n’étaient pas méchants, mais lui m’a répété que ses chiens étaient ’très très méchants’ et qu’il fallait faire attention ; ’il était avec ma femme et je la cherche’" aurait alors conclu Christophe. Etrange description que voilà : un conjoint appelé au secours par sa femme, mais qui s’inquiète pour la sécurité des gens qu’il croise ...

Entre raccourcis et mauvaise foi

Et enfin, les arguments de Pierre de Roualle, le président de la société de vénerie. Globalement une reprise des arguments précédents (l’absence de blessures sur les chiens de chasse, contrairement à celui d’Elisa "très largement blessé et euthanasié" ; ou encore l’insistance de Christophe, ah tiens ! auprès du maître d’équipage Sébastien Van den Berghe cette fois-ci, sur la dangerosité de son chien) ; mais avec une pépite en plus : l’heure de l’accident, qui serait maintenant en décalage "de presque une heure" avec le passage des chasseurs (d’ailleurs, à quelle heure Christophe les a t-ils croisé hein ?).

Les chasseurs se serrent les coudes

On passera rapidement sur "les chiens répondant parfaitement aux ordres" mais que l’on retrouve parfois sur des routes ou au milieu des habitations ; sur "les chiens ne se détournant pas de la piste de l’animal" mais que des militants anti-chasse déconcentrent parfois avec un simple sachet de croquettes ; ou encore sur "les chiens suivis de près par le maître d’équipage" ... à l’exception du moment où celui-ci croise quelqu’un (Christophe en l’occurrence) ... ; pour conclure sur l’extraordinaire "solidarité" des chasseurs, leur arrogance aussi, au mépris de l’enquête en cours et de la douleur de la famille. Dernier exemple en date, le président de la fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, affirmant catégoriquement (dans Valeurs actuelles) : "les chiens de chasse à courre ne sont pas impliqués".

Prêts à peser dans la balance

Depuis le début de cette affaire, les chasseurs n’ont de cesse d’occuper l’espace médiatique avec une indécence et un cynisme incroyable. "C’est pas nous, c’est pas nos chiens" claironnent-ils en coeur (certains n’étant même pas présents sur les lieux le jour du drame). D’où vient cette impudence ? De leur proximité avec le président Macron ? Du soutien sans faille apporté par ce dernier depuis le début de sa présidence ? En attendant qu’un jugement ne soit rendu, les chasseurs semblent en tout cas bien décidé à peser dans la balance. Avec toutes leurs incohérences ...

Quelques liens

La chronologie des faits

L’ouverture d’une enquête pour homicide involontaire

La présence d’un commandant de gendarmerie parmi les chasseurs / l’autopsie / les prélèvements sur les chiens

Le témoignage de Christophe (le compagnon d’Elisa) : au téléphone, "elle m’a dit qu’elle était en train de se faire mordre par plusieurs chiens à la jambe et aux bras ... sur place, "je vois une trentaine de chiens arriver sur moi".

Pour le compagnon de la victime, les responsables ne peuvent "être que les chiens de la chasse à courre"

Des témoins disent devant les enquêteurs avoir vu un premier lâcher de chiens à 13 heures, tandis que d’autres (en l’occurrence des chasseurs) assurent que la chasse a démarré à 13h30

La déclaration de la société de vénerie

L’interview de Pierre de Roualle, président de la société de vénerie

Les arguments d’Antoine Gallon, directeur de la communication de la société de vénerie

L’interview de Jean-Michel Camus, porte-parole de l’équipage de chasse à courre

Christophe aurait aussi croisé la route de Jean-Charles Métras, le lieutenant-colonel de gendarmerie, et de Sébastien Van den Berghe, le maître d’équipage de la chasse à courre

L’interview de Willy Schraen, président de la fédération nationale des chasseurs

L’avocate de la famille de la victime dénonce les propos "indécents" de la société de chasse à courre

Chasse à courre : des chiens s’attaquant à l’arrière-train d’un cerf

Un cerf abattu dans un jardin lors d’une chasse à courre

Une chasse à courre qui s’achève dans une cuisine

Des chiens courants qui sautent du haut d’un ravin

Des chiens de chasse qui attaquent un teckel se promenant avec ses maîtres

Une chasse à courre perturbée avec des croquettes

Macron, les chasseurs et le pacte de Chambord

Thierry Coste, conseiller de Macron et des chasseurs

Macron souhaite le retour des chasses présidentielles

Les cadeaux de Macron aux chasseurs

URL de cet article 35498
   
Les éditocrates - Mona Chollet, Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle, Aude Langelin
Vous les connaissez bien. Leur visage et leur voix vous sont familiers. Ils signent tous les jours un éditorial dans la presse écrite ; ils livrent une chronique chaque matin sur une antenne de radio ; ils occupent les plateaux des grandes - et des petites - chaînes de télévision ; chaque année, voire plusieurs fois par an, leur nouveau livre envahit les tables des librairies. « Ils », ce sont les « éditocrates ». Ils ne sont experts de rien mais ils ont des choses à dire sur (presque) tout et, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de vous n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, n’importe où dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.

Ernesto "Che" Guevara


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.