Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


"Fort" comme un Turc

Il s’en passe des choses dans les arcanes de la politique internationale, alors que le droit du même nom n’a jamais été autant malmené par les tenants du nouvel ordre mondial.

Un ordre mondial où ce sont les « puissants » qui traduisent, à leurs profit et convenance, le droit dit « international ». A l’évidence, la Turquie se place dans cet ordre, comme le rappelait, mercredi dernier, le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, à l’adresse de la Syrie, menaçant : « La République turque est un Etat puissant qui n’hésite jamais à prendre toutes les mesures qu’il juge nécessaire pour protéger sa sécurité nationale. » Comment donc !

On a bien remarqué cette puissance devant Israël, quand des commandos israéliens ont assassiné des ressortissants turcs après l’abordage du Mavi Marmara en mai 2010. A en croire le quotidien israélien Haaretz, l’Etat hébreu a offert une enveloppe de 20 millions de dollars pour les victimes turques de l’assaut israélien. Il n’est donc pas donné à tous de jouer aux « petits chefs » dans la cour des grands, car souvent, on finit par s’y brûler. C’est ce qui semble arriver aux apprentis sorciers d’Ankara, piégés en pleine « complotite » contre la Syrie. Ce que montre clairement la vidéo de la rencontre « confidentielle » organisée au ministère turc des Affaires étrangères, où des responsables turcs haut placés discutaient, « entre gens civilisés », de la meilleure manière de légitimer une attaque contre la Syrie. C’est dit à haute et intelligible voix. Ce que le peuple turc a entendu avec stupeur d’abord, colère ensuite en découvrant, sur YouTube, jusqu’où leurs dirigeants sont prêts à aller pour assouvir leur besoin de puissance.

Frapper la Syrie, permettrait aussi, sans doute, de faire passer au second plan, voire faire oublier le marécage nauséeux des scandales de corruption qui éclaboussent des dirigeants turcs, à leur tête le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, plus ou moins placé sur un siège éjectable, au moment où l’étau se resserre autour de lui et de ses proches. On savait le monde quelque peu déboussolé par l’interventionnisme tous azimuts des puissants dans les affaires d’Etats souverains, mais c’est la première fois que la preuve en est donnée en grandeur nature. C’est incroyable, mais le fait est là, des gens discutent tranquillement à bâtons rompus de la façon de semer le chaos dans un pays voisin.! A Ankara c’est la panique où une chasse aux sorcières est ouverte depuis jeudi dernier pour trouver les « taupes » qui ont publié sur YouTube et Twiter – ces deux plate-formes de communication de masse ont d’ailleurs été immédiatement fermées par le gouvernement turc - des comptes rendus d’une réunion « sensible » sur la Syrie.

Notons que les autorités turques ne nient pas la réalité de cette réunion controversée. Ce qui est grave, car elle indique que la « rébellion » en Syrie n’est ni tombée du ciel ni n’avait des racines nationales, mais bien manipulée de l’étranger. Le Qatar et l’Arabie Saoudite n’ont jamais caché leur implication dans le fait, la Turquie qui cachait bien son jeu, confirme désormais qu’elle y est aussi pleinement engagée. Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a beau ratiociner, promettant d’identifier « l’origine de cette effraction perpétrée contre la sécurité nationale », il n’en reste pas moins que cela sonne creux et est surtout un aveu de l’ingérence d’Ankara dans les affaires d’un Etat tiers, en butte, depuis plus de trois ans, à une guerre meurtrière dont la Turquie porte une part de responsabilité dans son avènement. Davutoglu a encore affirmé que « les écoutes visant les responsables assurant des fonctions-clés dans l’appareil d’Etat constituent clairement une déclaration de guerre à l’Etat et à la nation turques ». Comment qualifier les efforts de ces dernières années de la Turquie - qui aide de toutes les manières la rébellion syrienne - en guerre contre la Syrie sans la déclarer formellement ? C’est cela les nouvelles relations internationales placées sous le seul vecteur des rapports de force tel qu’induites par le nouvel ordre mondial ? Ainsi, la Turquie qui n’est pas en reste veut avoir un strapontin dans ce nouvel ordre en montrant sa « force » et ses capacités d’intervention contre plus faible que soit.

C’est sans doute aussi cela être « fort » comme un Turc ?

Karim MOHSEN

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/192180-fort-comme-un-turc.html
URL de cet article 25039
   
L’Avatar du journaliste - Michel Diard
Michel Diard
Que restera-t-il du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président omniprésent dans tous les médias ? Cet ouvrage dresse un inventaire sans concession des faits et méfaits de celui qui se présentait comme l’ami de tous les patrons de presse et a fini par nommer les présidents des chaînes de l’audiovisuel public. Le "sarkozysme" a largement reposé sur un système de communication proche de la propagande, digne des régimes les plus autocratiques, à la limite de l’autoritarisme. Le système Sarkozy, même s’il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Puisque le commerce ignore les frontières nationales, et que le fabricant insiste pour avoir le monde comme marché, le drapeau de son pays doit le suivre, et les portes des nations qui lui sont fermées doivent être enfoncées. Les concessions obtenues par les financiers doivent être protégées par les ministres de l’Etat, même si la souveraineté des nations réticentes est violée dans le processus. Les colonies doivent être obtenues ou plantées afin que pas un coin du monde n’en réchappe ou reste inutilisé.

Woodrow Wilson
Président des Etats-Unis de 1913 à 1921


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.