Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Frantz Fanon marxiste ?

Les études postcoloniales (Homi Bhabha et Edward Saiid) privilégient généralement chez Frantz Fanon les questions de construction de la personnalité et de l’identité noires. Elles font par là même de Frantz Fanon un théoricien du racisme plus apte à rapprocher race et sexe que race et classe. Le récent dossier de la revue ActuelMarx rejette ce ¨raccourci grossier et inexact¨ du psychiatre de formation. En examinant son rapport au marxisme, ce dossier montre la pertinence des problématiques de la domination de classe et du matérialisme dans sa philosophie. Les références constantes à Karl Marx dans ses ouvrages classiques, Peaux noires masques blancs, Damnés de la terre et Pour la révolution, sont aussi soulignées dans ce dossier qui s’est donné pour objectif de ¨relire Fanon comme le marxiste qu’il fut, et exhumer l’actualisation originale du marxisme qu’il a proposé¨. Considérant ces éléments, peut-on parler d’un marxisme de Frantz Fanon ?

La revue réunit plusieurs figures, telles que Judith Butler et Mathieu Renault, qui nous livrent dès le début des réflexions autour de la reconnaissance et la violence chez Frantz Fanon. Toute de suite viennent des analyses autour de la négritude et du marxisme. Par contre, Fanon rejette leur dimension orthodoxe. C’est dans cette perspective qu’on peut comprendre ses critiques envers Léopold Sédar Senghor qui propose une négritude préconisant ¨ une refondation éthique de l’humanisme à partir d’une Civilisation négro-africaine¨. L’humanisme répertorié chez le jeune Marx, celui d’avant 1845, fortement préoccupé par la catégorie d’aliénation. Face à cette réification coloniale, Senghor propose une pensée de libération s’axant sur une ¨conscience noire¨ dérivée d’un sujet de race. Cette négritude marxiste est pour Sengor la voie de désaliénation possible, ce qui sera sévèrement critiqué par Frantz Fanon, qui lui reproche d’être trop culturaliste, porteuse de désengagements politiques et de modalités religieuses. Ces critiques posent déjà les grandes lignes du marxisme fanonien.

Peter Worsley, une autre figure du dossier, attaque la question du marxisme de Frantz Fanon. Selon lui, il revisite la pensée de Karl Marx en fonction de la réalité du Tiers Monde au XXème siècle. Frantz Fanon érige le lumpenproletariat, relégué au second plan par Karl Marx, en potentiel sujet révolutionnaire. Le prolétariat n’a plus, avec lui, le primat de la révolution. Peter écrit à ce propos : ¨Frantz Fanon considérait la théorie attribuant au prolétariat le rôle dirigeant dans le processus révolutionnaire comme un résidu du colonialisme ; une idée politique importée de l’Europe urbanisée et industrialisée, où le prolétariat n’avait d’ailleurs produit aucune révolution¨.

La paysannerie occupe aussi une grande place dans la pensée politique de Frantz Fanon. Selon Peter Worsley, la paysannerie et le lumpenprolétariat sont les principales classes qui apportent leur soutien à la révolution. Il y a même chez Frantz Fanon, affirme-t-il, une alliance entre ces deux classes. On est en présence de ce que Hourya Bentouhami appelle un ¨marxisme décentré¨ dont Gramsci fut le père.

Le plus grand mérite de la pensée de Fanon est d’avoir réussi à imbriquer les rapports sociaux de classe, de sexe et de race. Son attention particulière pour la domination de race est à comprendre comme étant un effort à l’élever au même niveau théorique que celui de la domination de classe. Dans une telle dynamique, Frantz Fanon complète la démarche marxienne qui s’intéresse plus aux rapports de classe. Notre monde contemporain est marqué par un entrelacement de ces trois rapports sociaux et nous devons les prendre en compte sans considération supérieure pour l’un au détriment des deux autres. Un véritable projet de transformation sociale doit affronter ce défit relatif aux différentes formes de domination crées dans le capitalisme mondialisé. Il faut dire que Frantz Fanon n’était pas loin d’une telle lignée politique.

Ce dossier de la revue Actuel Marx ouvre une brèche qui mérite d’être creusée, le rapport ambigu de Frantz Fanon au marxisme. Fanon a regardé le Tiers Monde avec des lunettes marxistes mais avec l’ajout du colonialisme et des subalternes. Ce dont on est sûr, il n’a jamais rejeté le marxisme. Il en a plutôt fait un autre usage, peut-être non marxiste. A quel niveau peut-on utiliser le marxisme pour comprendre et transformer la domination colonialiste ?

Frantz Fanon, Actuel Marx, PUF, premier semestre 2014, no 55.

Jean-Jacques Cadet
Doctorant en philosophie

URL de cet article 25681
   
RÉSISTANCES AU TRAVAIL
Stephen BOUQUIN
Stephen Bouquin (coordination) Louis-Marie Barnier, José Calderón, Pascal Depoorter, Isabelle Farcy, Djordje Kuzmanovic, Emmanuelle Lada, Thomas Rothé, Mélanie Roussel, Bruno Scacciatelli, Paul Stewart Rares sont les romans, même de science-fiction, fondés sur l’invraisemblance. Il en est de même avec les enquêtes en sciences sociales. Il existe néanmoins des vraisemblances négligées. Les résistances au travail en font partie. Le management contemporain a beau exalter l’individualisme, il exige en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La misère ne rassemble pas, elle détruit la réciprocité.

Wolfgang Sofsky


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.