RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 
Hommage au capitaine Pernoud

George Pernoud, Thalassa et la Révolution Bolivarienne au Venezuela

Au capitaine Pernoud : « Honneur et gloire à qui le mérite ! »- ¡ Que viva el pueblo !

Un grand journaliste français, Georges Pernoud, vient de larguer ses amarres pour naviguer au-delà de l’horizon cap vers la mer de l’éternité.

Au Venezuela, peu sont ceux qui le connaissent, mais pour ce que nous lui devons, je le présente à sa mémoire.

Producteur de télévision pendant 40 ans, il a créé et animé l’émission Thalassa (déesse de la mer dans la mythologie grecque) dédiée à ceux qui vivent de la mer et pour sa protection écologique. Thalassa, avec une large audience internationale, a réalisé 1.704 émissions.

Voici l’histoire de notre rencontre avec Georges Pernoud.

En 2006, grâce à Antoine Mora, l’un de ses reporters avec qui nous étions en contact, son attention a été retenue par notre loi avec ses limites à 10 milles des côtes pour le chalutage comme protection de la pêche artisanale. Il envoya ainsi son reporter avec une équipe pour tourner un programme sur notre pêche artisanale dans l’est du Venezuela.


Antoine Mora et Jean Araud

L’équipe a commencé ses prises de vue, dont des interviews avec les pêcheurs, qui, étonnamment, témoignaient de plus : des crédits reçus pour leurs barques, moteurs et équipements de pêche ; d’un peuple protagoniste et participatif ; d’un programme Robinson pour leurs enfants (scolarisation gratuite) ; d’un programme Mercal (épiceries fournissant de produits alimentaires à moindre coût) et d’une clinique mobile avec des médecins cubains (soins médicaux également gratuits).

Surpris par ces témoignages, en bons reporters, ils ont enquêté et découvert entre autres « … une révolution bien en marche » et que derrière tout cela « … il y avait un nom : Hugo Chavez ».

Ils ont alors eu envie de l’interviewer, sans succès, mais grâce à l’équipe composée du Ministre de la Communication et de l’Information Willian Lara, de la Vice-Ministre Teresita Maniglia et de la Directrice des Médias Internationaux Zaida Rauseo, ils ont reçu une invitation du Commandant-Président à un événement au port de Güiria, et ils ont été témoins de la manière dont le peuple acclamait son leader.

Et ils sont repartis pour Paris avec leurs images et leurs interviews.

Thalassa avait pour éthique de présenter à son public les réalités, à l’opposé d’autres grands médias français servant d’autres types d’intérêts.

Cette émission sur le Venezuela a été diffusée dans 90 pays, présentée ainsi :

“¡ Que viva el pueblo ! Thalassa vous emmène aujourd’hui au Venezuela pour voir la révolution bolivarienne en marche. La politique d’Hugo Chavez a fait parler de ce pays dans le monde entier, en bien comme en mal. Depuis l’arrivée à la présidence de la République d’Hugo Chavez en 1999, le Venezuela a subi de profondes réformes sociales. Les programmes de santé, d’éducation, d’alphabétisation et de logement profitent à la population qui, après 40 ans de politique inefficace, marquée par la corruption, a vécu dans la misère et l’exclusion. Ainsi à El Morro, un petit village, la vie des pêcheurs a radicalement changé. « 

Mais l’histoire ne termina pas ainsi. Découvrant l’émission sur les chaînes internationales, l’opposition radicale est allée jusqu’à accuser le reporter d’avoir été « acheté » et a même tenté de suggérer son licenciement.

Cette histoire provient d’une source absolument fiable : je l’ai partagée, vue et vécue.

Au capitaine Pernoud, bon vent et bonne mer pour son éternelle navigation !

Du Venezuela, l’accompagne notre « Honneur et Gloire à qui le mérite ! », notre expression en hommage à ceux que nous honorons pour leurs actions.

Jean ARAUD

Pour voir le documentaire :

»» Les 2 Rives
URL de cet article 36857
  

Même Thème
Chávez. L’homme qui défia l’histoire
Modesto E. Guerrero
Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps. Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent. 514 pages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.