Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Harlan County, U.S.A., une histoire ouvrière de l’Amérique

En 1973, les mineurs de Brookside, dans le comté de Harlan au Kentucky, décident d’adhérer aux syndicats des Mineurs unis d’Amérique, l’UMWA. La compagnie qui les embauche refuse de signer la convention collective. C’est le début d’une longue et terrible grève, qui est racontée dans ce documentaire par Barbara Kopple, qui vécut avec son équipe au sein des communautés minières durant toute la durée du conflit.

Tout au long des mois qui s’écoulent à l’écran, le spectateur est confronté à la précarité de l’existence des mineurs : maladies professionnelles non-reconnues, accidents mortels, absence de couverture médicale, logement insalubre...

À cette violence sociale s’ajoute la violence physique que doivent affronter les mineurs et leurs familles en butte à la police, aux jaunes et aux voyous payés par la compagnie pour briser la grève. Des séquences extraordinaires d’une fusillade en pleine nuit, de revolvers exhibés de part et d’autre sur le piquet de grève, défilent sous nos yeux.

Mais le combat se mène aussi au sein-même de l’UMWA, contre une direction corrompue et qui n’hésite pas à recourir à l’intimidation et au meurtre pour faire taire les voix dissonantes...

Autant de scènes nous rappelant que l’histoire sociale des États-Unis s’est écrite en lettres de sang.

Le rôle des femmes, épouses, compagnes, filles de mineurs est l’un des points essentiels du film. Malgré les difficultés, les souffrances et les tensions, jamais dissimulées dans le film, elles jouent un rôle central d’organisation et d’entraînement.

« Ils peuvent me tuer, mais ils ne tueront jamais l’organisation qui est en moi » déclare une femme de mineur.

Car c’est aussi une histoire de fierté, de traditions prolétaires, de culture ouvrière qui s’exprime ici. La mémoire des luttes et des souffrances du passé irriguent la réflexion des mineurs et de leurs familles. Les chants – omniprésents dans le film – les mots d’ordre, rappellent à chacun qu’il fait partie d’une histoire, d’un tout, d’une communauté de travail et de vie, et que son sort est lié à la lutte qu’il mène avec les autres.

« Don’t mourra, organize », « ne vous lamentez pas, organisez-vous », ces mots de Joe Hill, leader syndicaliste étasunien assassiné en 1915, trouvent écho et résonnent comme un mantra, non seulement pour ces mineurs du Kentucky, mais aussi pour nous qui suivons fiévreusement leur lutte 45 ans après et qui évoquent également les nôtres.

Car les leçons de ce film traversent les époques et les frontières. N’en déplaisent à ceux qui voudraient nous faire taire, nous « normaliser », qui moquent ou répriment nos combats, la classe ouvrière devra toujours s’organiser, et lutter main dans la main, épaules contre épaules, sans jamais faiblir, toujours plus unie, toujours plus forte.

Un film fort, intense, émouvant, couronné par un Oscar. Une œuvre qui nous rappelle que lorsque le combat a commencé, personne ne peut rester neutre.

Harlan County U.S.A.

1976

durée : 120 minutes

réalisatrice : Barbara Kopple

Oscar du meilleur documentaire 1977

»» http://jrcf.over-blog.org/2018/08/harlan-county-usa-une-histoire-ouvri...
URL de cet article 33756
   
Même Thème
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si la liberté a un sens, c’est celui d’avoir le droit de dire à quelqu’un ce qu’il n’a pas envie d’entendre.

George Orwell


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.