Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Horrible

De toutes les réactions internationales quant à la décision du président des États-Unis Donald Trump de se retirer de l’accord de 2015 sur le nucléaire avec l’Iran, la plus horrible, la plus pénible est évidemment celle de l’Arabie Saoudite. Une posture qui vient confirmer, à tous ceux qui en doutent encore, que ce pays est non seulement en guerre, directe ou indirecte, avec l’Iran, mais qu’il ne répugne pas à s’allier aux pires ennemis de la paix dans le monde, avec tout ce que cela suppose pour les Palestiniens. Les dirigeants actuels de l’Arabie Saoudite ont montré qu’ils restent de serviles soutiens aux plus extrêmes décisions d’un président étasunien qui ne fait même pas l’unanimité dans son pays après la dernière de ses volte-face, celle sur son soutien au lobby des armes.

Le retrait des Etats-Unis du JCPoA (Joint Comprehensive Plan of Action, Plan d’action conjoint complet), le nom officiel de l’accord sur le nucléaire iranien, s’il a été accueilli avec une très grande réserve des autres pays signataires (France, Grande-Bretagne et Allemagne), qui ont refusé de se retirer, a encore agrandi le fossé entre l’UE et Washington sous l’ère Trump. Celui-ci, qui a de l’avis de tous les experts et observateurs politiques fait un autre cadeau à Israël, après avoir décidé de transférer l’ambassade EU à Al Qods (Jérusalem), est en train autant d’effacer les derniers accords conclus par son prédécesseur Barack Obama, peut plus que jamais compter sur le soutien aveugle des monarchies du Golfe qui lui sont aujourd’hui étroitement inféodées en contrepartie de son parapluie protecteur, notamment contre un ennemi commun, réel ou artificiel, l’Iran.

En se désengageant de l’accord de 2015 sur le nucléaire avec l’Iran et, autre cadeau pour tous les sionistes qui ont pris les habits des nazis au Proche et Moyen-Orient, en l’accompagnant de sanctions économiques, le président des EU, toujours selon son slogan électoral ‘“ America first’ ”, estime que ce deal des 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) n’arrange pas les intérêts de son pays. Pour les observateurs étasuniens, pas nécessairement ‘anti-Trump’, la décision de l’actuel locataire de la Maison Blanche signifie autant un autre moment de l’Amérique d’abord, la poursuite du démantèlement de toute la politique extérieure d’Obama, dont cet élément majeur de l’héritage de l’équipe présidentielle sortante, mais surtout la volonté du fantasque président de faire plaisir au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou qui l’avait activement appelé à dénoncer le JCPoA.

A partir de là, tout devient clair et explique cet empressement de Trump de sortir de l’accord sur le nucléaire de 2015, longtemps négocié, et qui garantissait en réalité un état de grâce international avec la fin des sanctions contre l’Iran et son retour sur la scène internationale. Cela n’a pas plu et particulièrement aux sionistes en Israël qui voyaient d’un mauvais œil Téhéran de nouveau fréquentable. Et, plus que tout, à l’Arabie Saoudite, ulcérée par cet accord qui permettait non seulement à son ennemi de revenir sur le marché pétrolier après des années d’embargo, mais de lui faire de l’ombre dans cette partie du monde. D’autant que la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et globalement l’UE ont manifesté leur désir de reprendre l’état de leur coopération économique avec Téhéran là où elle avait été interrompue, au lendemain de l’arrivée des gardiens de la révolution au pouvoir. La décision inconsidérée de Trump fait que l’Iran est maintenant libre, s’il le veut, de construire une bombe nucléaire. C’est un des commentaires de la presse étasunienne consternée par cette décision de Trump.

URL de cet article 33354
   
« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Dire que l’on ne se soucie pas de la protection de la vie privée parce qu’on n’a rien à cacher équivaut à dire que l’on ne se soucie pas de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire. » - Edward Snowden


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.