RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Horrible

De toutes les réactions internationales quant à la décision du président des États-Unis Donald Trump de se retirer de l’accord de 2015 sur le nucléaire avec l’Iran, la plus horrible, la plus pénible est évidemment celle de l’Arabie Saoudite. Une posture qui vient confirmer, à tous ceux qui en doutent encore, que ce pays est non seulement en guerre, directe ou indirecte, avec l’Iran, mais qu’il ne répugne pas à s’allier aux pires ennemis de la paix dans le monde, avec tout ce que cela suppose pour les Palestiniens. Les dirigeants actuels de l’Arabie Saoudite ont montré qu’ils restent de serviles soutiens aux plus extrêmes décisions d’un président étasunien qui ne fait même pas l’unanimité dans son pays après la dernière de ses volte-face, celle sur son soutien au lobby des armes.

Le retrait des Etats-Unis du JCPoA (Joint Comprehensive Plan of Action, Plan d’action conjoint complet), le nom officiel de l’accord sur le nucléaire iranien, s’il a été accueilli avec une très grande réserve des autres pays signataires (France, Grande-Bretagne et Allemagne), qui ont refusé de se retirer, a encore agrandi le fossé entre l’UE et Washington sous l’ère Trump. Celui-ci, qui a de l’avis de tous les experts et observateurs politiques fait un autre cadeau à Israël, après avoir décidé de transférer l’ambassade EU à Al Qods (Jérusalem), est en train autant d’effacer les derniers accords conclus par son prédécesseur Barack Obama, peut plus que jamais compter sur le soutien aveugle des monarchies du Golfe qui lui sont aujourd’hui étroitement inféodées en contrepartie de son parapluie protecteur, notamment contre un ennemi commun, réel ou artificiel, l’Iran.

En se désengageant de l’accord de 2015 sur le nucléaire avec l’Iran et, autre cadeau pour tous les sionistes qui ont pris les habits des nazis au Proche et Moyen-Orient, en l’accompagnant de sanctions économiques, le président des EU, toujours selon son slogan électoral ‘“ America first’ ”, estime que ce deal des 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) n’arrange pas les intérêts de son pays. Pour les observateurs étasuniens, pas nécessairement ‘anti-Trump’, la décision de l’actuel locataire de la Maison Blanche signifie autant un autre moment de l’Amérique d’abord, la poursuite du démantèlement de toute la politique extérieure d’Obama, dont cet élément majeur de l’héritage de l’équipe présidentielle sortante, mais surtout la volonté du fantasque président de faire plaisir au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou qui l’avait activement appelé à dénoncer le JCPoA.

A partir de là, tout devient clair et explique cet empressement de Trump de sortir de l’accord sur le nucléaire de 2015, longtemps négocié, et qui garantissait en réalité un état de grâce international avec la fin des sanctions contre l’Iran et son retour sur la scène internationale. Cela n’a pas plu et particulièrement aux sionistes en Israël qui voyaient d’un mauvais œil Téhéran de nouveau fréquentable. Et, plus que tout, à l’Arabie Saoudite, ulcérée par cet accord qui permettait non seulement à son ennemi de revenir sur le marché pétrolier après des années d’embargo, mais de lui faire de l’ombre dans cette partie du monde. D’autant que la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et globalement l’UE ont manifesté leur désir de reprendre l’état de leur coopération économique avec Téhéran là où elle avait été interrompue, au lendemain de l’arrivée des gardiens de la révolution au pouvoir. La décision inconsidérée de Trump fait que l’Iran est maintenant libre, s’il le veut, de construire une bombe nucléaire. C’est un des commentaires de la presse étasunienne consternée par cette décision de Trump.

URL de cet article 33354
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Aucune femme en burka (ou en hijab ou en burkini) ne m’a jamais fait le moindre mal. Mais j’ai été viré (sans explications) par un homme en costume. Un homme en costume m’a vendu abusivement des investissements et une assurance retraite, me faisant perdre des milliers d’euros. Un homme en costume nous a précipités dans une guerre désastreuse et illégale. Des hommes en costume dirigent les banques et ont fait sombrer l’économie mondiale. D’autres hommes en costume en ont profité pour augmenter la misère de millions de personnes par des politiques d’austérité. Si on commence à dire aux gens la façon dont ils doivent s’habiller, alors peut être qu’on devrait commencer par interdire les costumes."

Henry Stewart, Londres

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.