Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Horrible

De toutes les réactions internationales quant à la décision du président des États-Unis Donald Trump de se retirer de l’accord de 2015 sur le nucléaire avec l’Iran, la plus horrible, la plus pénible est évidemment celle de l’Arabie Saoudite. Une posture qui vient confirmer, à tous ceux qui en doutent encore, que ce pays est non seulement en guerre, directe ou indirecte, avec l’Iran, mais qu’il ne répugne pas à s’allier aux pires ennemis de la paix dans le monde, avec tout ce que cela suppose pour les Palestiniens. Les dirigeants actuels de l’Arabie Saoudite ont montré qu’ils restent de serviles soutiens aux plus extrêmes décisions d’un président étasunien qui ne fait même pas l’unanimité dans son pays après la dernière de ses volte-face, celle sur son soutien au lobby des armes.

Le retrait des Etats-Unis du JCPoA (Joint Comprehensive Plan of Action, Plan d’action conjoint complet), le nom officiel de l’accord sur le nucléaire iranien, s’il a été accueilli avec une très grande réserve des autres pays signataires (France, Grande-Bretagne et Allemagne), qui ont refusé de se retirer, a encore agrandi le fossé entre l’UE et Washington sous l’ère Trump. Celui-ci, qui a de l’avis de tous les experts et observateurs politiques fait un autre cadeau à Israël, après avoir décidé de transférer l’ambassade EU à Al Qods (Jérusalem), est en train autant d’effacer les derniers accords conclus par son prédécesseur Barack Obama, peut plus que jamais compter sur le soutien aveugle des monarchies du Golfe qui lui sont aujourd’hui étroitement inféodées en contrepartie de son parapluie protecteur, notamment contre un ennemi commun, réel ou artificiel, l’Iran.

En se désengageant de l’accord de 2015 sur le nucléaire avec l’Iran et, autre cadeau pour tous les sionistes qui ont pris les habits des nazis au Proche et Moyen-Orient, en l’accompagnant de sanctions économiques, le président des EU, toujours selon son slogan électoral ‘“ America first’ ”, estime que ce deal des 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) n’arrange pas les intérêts de son pays. Pour les observateurs étasuniens, pas nécessairement ‘anti-Trump’, la décision de l’actuel locataire de la Maison Blanche signifie autant un autre moment de l’Amérique d’abord, la poursuite du démantèlement de toute la politique extérieure d’Obama, dont cet élément majeur de l’héritage de l’équipe présidentielle sortante, mais surtout la volonté du fantasque président de faire plaisir au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou qui l’avait activement appelé à dénoncer le JCPoA.

A partir de là, tout devient clair et explique cet empressement de Trump de sortir de l’accord sur le nucléaire de 2015, longtemps négocié, et qui garantissait en réalité un état de grâce international avec la fin des sanctions contre l’Iran et son retour sur la scène internationale. Cela n’a pas plu et particulièrement aux sionistes en Israël qui voyaient d’un mauvais œil Téhéran de nouveau fréquentable. Et, plus que tout, à l’Arabie Saoudite, ulcérée par cet accord qui permettait non seulement à son ennemi de revenir sur le marché pétrolier après des années d’embargo, mais de lui faire de l’ombre dans cette partie du monde. D’autant que la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et globalement l’UE ont manifesté leur désir de reprendre l’état de leur coopération économique avec Téhéran là où elle avait été interrompue, au lendemain de l’arrivée des gardiens de la révolution au pouvoir. La décision inconsidérée de Trump fait que l’Iran est maintenant libre, s’il le veut, de construire une bombe nucléaire. C’est un des commentaires de la presse étasunienne consternée par cette décision de Trump.

URL de cet article 33354
   
Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.