Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’indépendance européenne à l’épreuve des diktats de Trump

Quand en janvier dernier Donald Trump a lancé un ultimatum aux puissances européennes signataires avec les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien dont elles ont plaidé auprès de lui la poursuite de l’observation, leur donnant jusqu’au 12 mai pour durcir les obligations qui incombent à Téhéran, il savait pertinemment qu’elles ne parviendraient pas à infléchir la position iranienne qui est que toutes les parties contractantes doivent s’en tenir aux dispositions de l’accord conclu. D’ailleurs même si Paris, Londres et Berlin ont espéré que des pressions de leur part sur les dirigeants iraniens avaient quelque chance d’aboutir, ils ont déchanté au constat que l’agressivité du discours du président des EU à l’égard de l’Iran est allé en augmentant en parallèle et a eu pour effet de fermer la porte à tout compromis qu’ils auraient proposé à Téhéran.

Donald Trump qui est déterminé à « démanteler » l’accord sur le nucléaire iranien, devait annoncer hier soir, sauf revirement de dernière minute, que les Etats-Unis se retirent de l’accord. Le retrait étasunien s’accompagnera du rétablissement par la Maison Blanche des sanctions levées en contrepartie de l’engagement pris par l’Iran en 2015 de ne pas se doter de l’arme nucléaire. La question se pose alors de savoir si la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne qui persistent à plaider pour le respect de l’accord de 2015 qu’ils ont considéré comme « historique » au sens où il est une avancée dans la non prolifération nucléaire, vont s’incliner devant la décision unilatérale des EU.

Ces trois puissances européennes vont se retrouver devant un fait accompli duquel elles auront du mal à se démarquer car venant de leur hégémonique allié atlantique. Elles ont déjà donné le signe de la faiblesse des résistances qu’elles pourraient lui opposer. Après avoir usé d’un ton de fermeté face aux diatribes anti-accord du président des EU et avoir averti celui-ci qu’elles s’en tiendront au respect de leurs paroles données, Paris, Londres et Berlin ont sensiblement rétropédalé dans leur fermeté en se disant compréhensifs par rapport aux inquiétudes étasuniennes qui poussent Donald Trump à décider le retrait de son pays d’un accord qu’ils se sont mis à considérer « insuffisant ». Macron est allé jusqu’à proposer la négociation d’un nouvel accord, suivi en cela par la chancelière allemande Angela Merkel.

Face à la détermination de Donald Trump, les trois puissances européennes sont devant le choix de s’incliner devant sa décision ou de réviser leurs relations avec les Etats-Unis. Elles opteront indéniablement pour la première solution, dépendantes jusqu’à la perte de souveraineté qu’elles sont des EU, d’autant qu’elles savent que Donald Trump va leur montrer les limites de leur autonomie décisionnelle à l’égard de son pays en décrétant le rétablissement, et probablement le renforcement des sanctions étasuniennes à l’encontre de l’Iran qu’elles ne pourront ni violer ni contourner sans en payer un prix qu’elles ne sont pas en capacité de supporter.

En fait, en s’en prenant à l’accord sur le nucléaire iranien, le président des EU a eu pour objectif de stopper net et de façon humiliante la contestation européenne de la domination étasunienne qui a commencé à s’exprimer de plus en plus ouvertement depuis qu’il est arrivé à la Maison Blanche. L’Europe n’est ni prête et n’a ni la volonté de s’émanciper de la tutelle étasunienne. Cela, Donald Trump l’a très vite décelé et a poussé ses pions pour la ranger plus rudement dans la soumission atlantisme.

URL de cet article 33355
   
Pour une critique de la marchandisation
André Prone
Où va-t-on ? Chacun d’entre nous est en mesure d’observer les dérèglements biosphériques, économiques, politiques et sociétaux qui affectent le système-monde aujourd’hui. Mais au-delà du constat, quelles en sont les causes et comment agir pour en stopper le cours ? C’est ce à quoi tente de répondre ce livre. Il le fait avec la ferme conviction que rien n’est impossible et que tout dépend de nous. Analyser les dérives sociétales, thérapeutiques et environnementales générées par la marchandisation mondiale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pauvreté n’est pas naturelle, ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice.

Nelson Mandela


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.