Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’indépendance européenne à l’épreuve des diktats de Trump

Quand en janvier dernier Donald Trump a lancé un ultimatum aux puissances européennes signataires avec les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien dont elles ont plaidé auprès de lui la poursuite de l’observation, leur donnant jusqu’au 12 mai pour durcir les obligations qui incombent à Téhéran, il savait pertinemment qu’elles ne parviendraient pas à infléchir la position iranienne qui est que toutes les parties contractantes doivent s’en tenir aux dispositions de l’accord conclu. D’ailleurs même si Paris, Londres et Berlin ont espéré que des pressions de leur part sur les dirigeants iraniens avaient quelque chance d’aboutir, ils ont déchanté au constat que l’agressivité du discours du président des EU à l’égard de l’Iran est allé en augmentant en parallèle et a eu pour effet de fermer la porte à tout compromis qu’ils auraient proposé à Téhéran.

Donald Trump qui est déterminé à « démanteler » l’accord sur le nucléaire iranien, devait annoncer hier soir, sauf revirement de dernière minute, que les Etats-Unis se retirent de l’accord. Le retrait étasunien s’accompagnera du rétablissement par la Maison Blanche des sanctions levées en contrepartie de l’engagement pris par l’Iran en 2015 de ne pas se doter de l’arme nucléaire. La question se pose alors de savoir si la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne qui persistent à plaider pour le respect de l’accord de 2015 qu’ils ont considéré comme « historique » au sens où il est une avancée dans la non prolifération nucléaire, vont s’incliner devant la décision unilatérale des EU.

Ces trois puissances européennes vont se retrouver devant un fait accompli duquel elles auront du mal à se démarquer car venant de leur hégémonique allié atlantique. Elles ont déjà donné le signe de la faiblesse des résistances qu’elles pourraient lui opposer. Après avoir usé d’un ton de fermeté face aux diatribes anti-accord du président des EU et avoir averti celui-ci qu’elles s’en tiendront au respect de leurs paroles données, Paris, Londres et Berlin ont sensiblement rétropédalé dans leur fermeté en se disant compréhensifs par rapport aux inquiétudes étasuniennes qui poussent Donald Trump à décider le retrait de son pays d’un accord qu’ils se sont mis à considérer « insuffisant ». Macron est allé jusqu’à proposer la négociation d’un nouvel accord, suivi en cela par la chancelière allemande Angela Merkel.

Face à la détermination de Donald Trump, les trois puissances européennes sont devant le choix de s’incliner devant sa décision ou de réviser leurs relations avec les Etats-Unis. Elles opteront indéniablement pour la première solution, dépendantes jusqu’à la perte de souveraineté qu’elles sont des EU, d’autant qu’elles savent que Donald Trump va leur montrer les limites de leur autonomie décisionnelle à l’égard de son pays en décrétant le rétablissement, et probablement le renforcement des sanctions étasuniennes à l’encontre de l’Iran qu’elles ne pourront ni violer ni contourner sans en payer un prix qu’elles ne sont pas en capacité de supporter.

En fait, en s’en prenant à l’accord sur le nucléaire iranien, le président des EU a eu pour objectif de stopper net et de façon humiliante la contestation européenne de la domination étasunienne qui a commencé à s’exprimer de plus en plus ouvertement depuis qu’il est arrivé à la Maison Blanche. L’Europe n’est ni prête et n’a ni la volonté de s’émanciper de la tutelle étasunienne. Cela, Donald Trump l’a très vite décelé et a poussé ses pions pour la ranger plus rudement dans la soumission atlantisme.

URL de cet article 33355
   
La Machine de guerre américaine
Peter Dale SCOTT
« J’avais dit du précédent livre éblouissant de Peter Dale Scott traitant de ce sujet, (Drugs, Oil and War) "qu’il faisait passer la plupart des explications journalistiques et universitaires concernant nos interventions passées et présentes pour une propagande gouvernementale écrite pour les enfants’. Son dernier ouvrage est encore meilleur. Lisez-le ! » - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », auteur de Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagone Papers Ce livre stimulant et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où règne la civilisation occidentale toutes attaches humaines ont cessé à l’exception de celles qui avaient pour raison d’être l’intérêt.

Attribuée à Louis Aragon, 1925.


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.