Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Des effets de menton mussoliniens qui ont humilié l’Europe

La décision du président des États-Unis de sortir son pays de l’accord sur le nucléaire iranien leur étant apparue irrévocable malgré leurs tentatives de l’en dissuader, les trois puissances européennes cosignataires de l’accord, France, Royaume-Uni et Allemagne, se sont résignées à espérer que le retrait étasunien ne s’accompagne pas de sanctions à l’encontre de l’Iran dont l’ampleur et la dureté radicaliseraient la position du régime de ce pays et feraient que ses dirigeants ferment la porte à toute négociation portant sur un compromis « acceptable ».

Donald Trump en a décidé autrement et douche leur attente puisque dans la foulée de l’annonce faite théâtralement du retrait des Etats-Unis de l’accord de 2015, il a promis le « plus haut niveau de sanctions économiques » contre Téhéran et a sommé les puissances en question à s’y conformer sinon elles s’exposeraient à d’amères représailles étasuniennes. Le président leur a assené la menace avec une arrogante suffisance révélatrice de la piètre considération qu’il voue à ces pays « alliés » et le peu de cas qu’il fait de leur position ayant consisté à lui faire prévaloir qu’en dénonçant l’accord de 2015 ce sont les Etats-Unis qui commettent une inacceptable violation du droit international. Humiliées et tenues pour quantité négligeable sur la scène géopolitique mondiale par leur puissant allié, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne n’ont que modérément réagi à l’injonction que l’inénarrable président EU leur a administrée avec des effets de menton mussoliniens.

Paris, Londres et Berlin se sont en effet contentés de « regretter » sa décision et les menaces qui l’ont accompagnée. Ce qui est le signe qu’ils n’ont nullement l’intention de braver leur hégémonique partenaire et allié même en les ayant sommés crûment de sacrifier leurs intérêts économiques nationaux en Iran. Pour ne pas apparaître comme allant s’incliner sans résistance devant l’oukase trumpien, les trois capitales européennes se sont déclarées « déterminées » à entreprendre des initiatives auprès de Téhéran pour « sauver » l’accord d’une façon qui donnerait satisfaction à Donald Trump et son administration. Mais, pour cela, faut-il encore que l’Iran se prête à ce genre de tractations alors que ses dirigeants savent que ces derniers leur ont déclaré une guerre ouverte économique et probablement militaire à brève échéance et que ces mêmes puissances européennes dans laquelle elles finiront par se ranger du côté américain.

Téhéran a certes fait savoir qu’il reste disposé pour des discussions avec les cosignataires de l’accord sur son programme nucléaire, mais à condition que l’Iran ne soit pas soumis à des exigences aggravées et unilatérales. La seule assurance que les Iraniens demanderont aux alliés européens de Donald Trump pour qu’ils ne « déchirent » pas à leur tour l’accord sur le nucléaire est qu’ils refusent de se désengager financièrement et économiquement de leur pays comme leur a enjoint le président américain. Paris, Londres et Berlin ne sont assurément pas en situation de donner cette assurance qui induirait l’ouverture d’un conflit économique entre leurs Etats et l’Amérique qui saperait les fondements de l’alliance occidentale. Ils ne s’y aventureront certainement pas d’autant qu’ils sont acquis à l’objectif ultime que vise Donald Trump avec le retrait américain de l’accord et qui est la chute du régime iranien. Les dirigeants de ce régime peuvent être présentés comme l’on voudra, mais pas en naïfs à l’endroit des intentions de l’Amérique et de l’Occident à l’égard de leur pays.

URL de cet article 33353
   
Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.