RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Intervention militaire en Syrie : la stratégie du chaos

Ces jours-ci, l’opinion publique est travaillée au corps en vue d’une intervention militaire en Syrie. Une telle intervention était dans l’air depuis un bon moment. La question est de savoir pourquoi elle arrive à ce moment-ci et surtout, quel est son objectif. Tentative de réponse par Marc Vandepitte.

Chronique d’une intervention annoncée

La stratégie élaborée en vue d’intervenir en Syrie était prévisible et en réalité déjà connue. En avril 2012, un haut conseiller de Tony Blair notait déjà la recette d’une telle intervention. Il était important que l’armée ou le gouvernement outrepasse une limite qui soit intolérable pour l’opinion publique étrangère. Quatre mois plus tard, en août 2012, Obama indiquait quelle serait cette limite : l’usage d’armes chimiques ou biologiques. [1]

La menace a été brandie avec la régularité d’un métronome, mais elle ne s’est jamais concrétisée. A la mi-juin Washington affirmait pour la première fois disposer des preuves de l’utilisation d’armes chimiques par l’armée syrienne. Sur base de cette prétendue preuve – qui n’est jamais venue – un appui militaire plus important a été promis aux rebelles. [2]

Aujourd’hui il n’y a pas davantage de preuve et on peut douter que l’armée syrienne ait procédé à une attaque chimique. A ce propos, Stratford, un groupe de réflexion et d’information privé très proche de l’administration étatsunienne, déclare : « Assad est un homme impitoyable. Il n’hésiterait pas à utiliser des armes chimiques si c’était nécessaire. Mais c’est aussi un homme très rationnel. Il se servirait d’armes chimiques uniquement si c’était la seule option qui lui reste. En ce moment on voit difficilement quelle situation désespérée l’aurait poussé à user d’armes chimiques et à risquer le pire. Ses adversaires sont tout aussi impitoyables et on peut imaginer qu’ils utilisent des armes chimiques pour forcer les États-Unis à intervenir et à renverser Assad. (…) Il est possible que le nombre de victime soit bien inférieur à ce qui a été allégué. Et il est possible que certaines images aient été falsifiées. Tout cela est possible, mais nous ignorons tout bonnement quelle est la vérité ». [3]

Évidemment, les USA apporteront encore des « preuves ». Mais depuis les « preuves solides » d’armes de destruction massive dans l’Irak de Saddam Hussein, nous savons ce qu’il en est de la crédibilité de la Maison Banche dans ce domaine.

Les raisons de l’intervention

La question n’est pas de savoir si une intervention armée se prépare, car elle existe déjà depuis un certain temps. Dès le début de la guerre civile, les USA sont sur place avec des Unités Spéciales, tout comme ce fut le cas en Libye. Ces Forces Spéciales entraînent les rebelles, fournissent un soutien logistique, surveillent les livraisons d’armes du Qatar et d’Arabie Saoudite et préparent éventuellement une intervention ou des bombardements à grande échelle. [4]

L’intervention de troupes au sol est peu probable, si cela avait été une option, elle aurait déjà été prise depuis longtemps. Le Pentagone se rend parfaitement compte que l’armée syrienne est un adversaire redoutable et qu’un nouvel échec après l’Afghanistan et l’Irak paraît inconcevable. [5]

Il semble plutôt qu’il s’agira d’une attaque de missiles, prétendument pour punir l’armée syrienne d’avoir utilisé des armes chimiques, afin de prévenir toute répétition à l’avenir. Un autre objectif serait de détruire l’arsenal d’armes chimiques. [6]

Tout cela paraît peu convaincant. La formulation de ces objectifs doit servir à amadouer l’opinion publique et à légitimer une entrée en scène militaire. Les véritables raisons de l’opération militaire, il faut plutôt les chercher dans les dernières évolutions de la guerre civile. Deux choses sont importantes : d’une part le nouveau rapport de forces entre l’armée et les rebelles, et d’autre part l’évolution du rapport des forces au sein des milices.

Commençons par le second point. Les djihadistes ont peu à peu pris la main au sein des milices. Les milices les plus « efficaces » sont à présent liées à Al-Qaeda. Si Assad est chassé du pouvoir, la Syrie risque donc de tomber aux mains d’un régime islamiste ultra-radical. C’est une option exclue par les USA et plus encore par le voisin israélien. Cela signifie que pour Washington, Assad est actuellement le moindre mal et que sa liquidation, dans les circonstances actuelles, n’est pas souhaitée. Mais cela ne veut pas dire qu’ils veuillent laisser Assad agir à sa guise, au contraire. [7]

Ce qui nous amène à la seconde raison. Avec le soutien de l’Iran et du Hezbollah, l’armée syrienne a repris pas mal de terrain aux milices ces derniers mois. Cette progression n’est pas terminée et il apparaît que l’armée syrienne a trouvé son second souffle. C’est pourquoi Obama a commencé à parler d’armes chimiques dès début juin, conjointement avec une promesse de fourniture d’armes plus lourdes et en plus grand nombre aux milices.

Il est peu probable qu’Assad puisse frapper un coup décisif contre les milices à bref délai, mais sa position n’en est pas moins renforcée et la tendance semble se maintenir. Lors d’éventuels pourparlers de paix, Assad pourrait donc faire pencher la balance en sa faveur. Ce qui n’est pas du goût des États-Unis. Ils tolèrent peut-être Assad comme le moindre mal, mais certainement pas comme le plus fort. Aussi les bombardements ne sont pas destinés à écraser l’armée syrienne mais bien à l’affaiblir suffisamment.

L’échec des guerres en Irak et en Afghanistan montre clairement que les États-Unis ne sont désormais plus capables de modeler le Moyen-Orient à leur guise. Comme ils risquent de perdre de plus en plus leur emprise, ils raisonnent en ces termes : « si nous ne pouvons pas le contrôler nous-mêmes, alors, personne d’autre ne le peut ». C’est bien ce qu’on peut qualifier de stratégie du chaos.

Marc Vandepitte

Traduit par Anne Meert pour Investig’Action

»» Investig’Action

URL de cet article 22135
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

En conscience je refuse d’obéir. Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école, Alain Refalo
Alain REFALO
Le manifeste des enseignants désobéisseurs : un ouvrage qui dénonce la déconstruction de l’école de la République. « Car d’autres enseignants (…) ont décidé de relever ce défi de la lutte contre la déconstruction de l’école publique. Ils sont entrés en résistance, sans se payer de mots inutiles. Une résistance radicale, mais responsable. Une résistance transparente et assumée. Pour que le dernier mot de l’histoire n’ait pas la couleur de la désespérance. » Des îlots de résistance - 164, rue du Faubourg (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous pouvons faire sauter un navire américain et en rejeter la faute sur les Cubains. La publication des listes des victimes dans les journaux américains accroîtrait encore l’indignation. Nous pouvons aussi détourner des avions. Dans des endroits bien choisis où l’impact serait énorme, nous pourrions poser des charges de plastic. Nous pourrions également repeindre des B26 ou C46 de nos forces aériennes aux couleurs cubaines et nous en servir pour abattre un avion de la République dominicaine. Nous pourrions faire en sorte qu’un prétendu appareil de combat cubain abatte un avion de ligne américain. Les passagers pourraient être un groupe de jeunes étudiants ou de vacanciers. »

Général Lyman LEMNITZER (1899 – 1988)
Chef d’état-major des armées (1960-62) et Supreme Allied Commander de l’Otan (1963-1969)

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.