RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Israël » détruit Gaza pour contrôler la voie de navigation la plus importante du monde (Partie II)

« Israël » et les États-Unis projettent depuis des décennies de construire ce qu’on appelle le « canal Ben Gourion », un rival du canal de Suez en Égypte. Ce canal Ben Gourion commencerait à « Eilat » et se terminerait juste à côté de, sinon directement dans, Gaza.

Un document déclassifié (ci-dessous) dans les années 1990 montrait que quelques années seulement après la crise de Suez, les Américains avaient élaboré en 1963 un plan secret visant à faire exploser 520 bombes nucléaires dans le désert d’al-Naqab pour aider « Israël » à creuser le « canal Ben Gourion ».

Le canal de Suez est un atout géostratégique dans tous les sens du terme : il se situe à l’intersection de trois continents et de deux plans d’eau.

Cela réduit tellement les délais et les coûts d’expédition qu’aujourd’hui 12 % du commerce mondial et 30 % du trafic mondial de conteneurs passent par le canal de Suez.

Le président égyptien el-Sissi a appris ces dernières semaines que s’il acceptait le plan « israélien » visant à prendre les Palestiniens à Gaza pour les mettre dans le désert du Sinaï, projet qu’« Israël » financerait, alors les États-Unis effaceraient la dette nationale égyptienne.

C’est pourquoi « Israël » est en train d’effacer complètement Gaza – ils veulent s’emparer de Gaza pour eux-mêmes et tuer tous les Palestiniens et la Résistance.

En plus d’offrir un allégement de la dette, les États-Unis et « Israël » ont prévu d’autres carottes pour l’Égypte.

L’Égypte souffre de graves pénuries d’eau depuis que son voisin éthiopien a construit le barrage dit de la Renaissance en 2011 (ci-dessous), coupant l’eau indispensable du Nil au Soudan et à l’Égypte. Depuis, l’énorme différend généré n’a pas encore été résolu.

L’Éthiopie compte une importante population juive. Les États-Unis et « Israël » pourraient théoriquement s’appuyer sur l’Éthiopie, comme ils l’ont fait auparavant, et faire pression sur elle pour qu’elle ne remplisse pas ses réservoirs, car ce remplissage est préjudiciable à l’Égypte – ce qui inciterait El-Sisi à accueillir des Palestiniens de Gaza.

Bien que fuir la guerre soit une réaction humaine naturelle, les Palestiniens ont refusé d’abandonner leurs maisons à Gaza pour une très bonne raison : ils savent que s’ils partent, ils ne les reverront plus jamais. La plupart des habitants de Gaza étaient originaires d’autres régions de Palestine. Ils ont déjà perdu leurs maisons une fois au profit des colons israéliens à partir de 1948, et ils ne sont pas disposés à les perdre à nouveau.

Ainsi, malgré l’attrait que représente le déplacement des Gazaouis vers une soi-disant « sécurité » dans le Sinaï, ce serait une trahison de la cause palestinienne et la cession d’encore plus de terres à l’occupation sioniste. Les Israéliens construiraient alors leur « canal Ben Gourion », cimentant ainsi le contrôle de Washington et de « Tel Aviv » sur la voie de navigation la plus importante du monde et sur le commerce maritime mondial.

La mer Rouge, qui alimenterait le « canal Ben Gourion », compte déjà une présence massive de troupes américaines et israéliennes. Saviez-vous que la plus grande base militaire « d’Israël » est située en mer Rouge, sur l’île de Dahlak, en Érythrée ?

Cette base a été touchée par le Yémen ces dernières semaines, en soutien à Gaza, le Yémen faisant partie intégrante de l’Axe de la Résistance.

Le Yémen est situé à proximité de l’Érythrée, dans une zone cruciale : le golfe d’Aden et le détroit de Bab al-Mandab. Des dizaines de milliers de navires transitent par cette zone chaque année, dont un pourcentage important des navires pétroliers du monde.

Les États-Unis tentent depuis des décennies de contrôler cette importante voie de navigation en plaçant des troupes juste en face du Yémen, à Djibouti, en Somalie et dans la région connue sous le nom de Corne de l’Afrique.

Les États-Unis ont également tenté de contrôler cette zone en attaquant le Yémen par l’arrière, en utilisant l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe, et en menant leurs propres frappes de drones. Cette guerre dure depuis 8 ans ; elle a dévasté le Yémen et les médias l’ont à peine couverte.

Île de Socotra

Nous arrivons ensuite à l’île yéménite de Socotra. Pour rappeler à quel point cette zone est stratégique, elle est située entre la Corne de l’Afrique, le golfe d’Aden, la mer d’Oman et l’océan Indien.

Les Émirats arabes unis, après avoir normalisé leurs liens avec « Israël », ont aidé « Israël » à établir une présence militaire et des bases d’espionnage à Socotra.

L’importance du détroit de Bab al-Mandab réside dans le fait que l’Iran et la Chine doivent utiliser cette voie de navigation, pour que l’Iran puisse exporter du carburant et pour que la Chine soit la plus grande économie mondiale et le plus grand partenaire commercial de la plupart des pays.

Le détroit d’Ormuz

Continuez à remonter la côte arabe et vous arriverez à un autre détroit vital : le détroit d’Ormuz.

Il y a de facto une véritable guerre froide qui se déroule ici : une guerre des pétroliers.

Les États-Unis et « Israël » tentent constamment de couler les navires pétroliers iraniens, et l’Iran répond de la même manière en frappant les navires israéliens. La Grande-Bretagne a également tenté de jouer à ce jeu dans le détroit de Gibraltar en détournant un navire iranien. Ce n’est que lorsque l’Iran a donné à la Grande-Bretagne un avant-goût de sa propre médecine que celle-ci a compris le message et a laissé partir le navire iranien.

Les États-Unis sont même allés jusqu’à voler des pétroliers iraniens et à vendre leur cargaison – une pratique communément appelée piraterie.

Les États-Unis et « Israël » veulent contrôler cette partie vitale du monde, afin de pouvoir attaquer les navires iraniens et chinois dans le détroit de Bab al-Mandab, jusqu’à la mer Rouge, et bien sûr en remplaçant le canal de Suez par le canal « Ben Gourion ».

Cette dernière pièce du puzzle permettrait aux États-Unis et à « Israël » de dominer le commerce maritime mondial.

Ils peuvent l’utiliser non seulement au profit de leur propre économie, mais aussi pour nuire et attaquer les économies d’autres pays, comme celles de la Chine, de l’Iran, de l’Égypte, de la Syrie et du Liban. C’est littéralement du brigandage en haute mer.

Et le « canal Ben Gourion » est la clé de tout cela.

Où sont les Arabes et les musulmans ?

L’Égypte pourrait arrêter dès maintenant cette guerre à Gaza en fermant le canal de Suez. Si le défunt président égyptien Gamal Abdel Nasser était toujours là, il n’y aurait même pas réfléchi à deux fois.

Il est déconcertant que l’Égypte ne ferme pas le canal de Suez – si ce n’est pour le bien de Gaza, du moins pour lui-même. C’est l’économie égyptienne et le canal de Suez qui souffriront si « Israël » réussit impunément le génocide à Gaza et construit son « canal Ben Gourion ».

Pourquoi l’Arabie Saoudite ne menace-t-elle pas de réduire sa production de pétrole pendant une semaine – ne serait-ce que pour une journée – pour tenter d’arrêter la guerre ? Ou aurait-elle un avantage à voir Gaza remplacée par un canal ?

Où sont les Arabes ? Où sont les musulmans ? Pourquoi les royaumes du Golfe n’utilisent-ils pas leurs richesses et leurs ressources pour aider Gaza ?

Si vous regardez les pays de l’Union européenne, ils n’ont rien en commun sauf la géographie. Ils parlent plus de 24 langues. Alors que le monde arabe d’aujourd’hui, du Maroc à Oman, a une langue commune, un continent commun, une religion commune, une histoire et une culture communes.

Cela fait automatiquement des Arabes une superpuissance mondiale – sans parler de l’énorme richesse en ressources naturelles, de la masse géographique et de la population, qui sont toutes des critères essentiels du « hard power ».

Il ne s’agit pas seulement de la taille du monde arabe, mais regardez les détroits : tous les détroits et voies de navigation vitaux sont situés dans les pays arabes : le détroit de Gibraltar (à l’origine Jabal Ṭāriq, le Mont de Ṭāriq), le canal de Suez, le détroit de Bab al-Mandob et le détroit d’Ormuz entre l’Iran et Oman (ci-dessous)

Les puissances coloniales européennes ont compris il y a longtemps à quel point les pays arabes étaient puissants, alors elles ont implanté « Israël » en plein milieu pour créer le chaos. Et puis elles ont travaillé à amener les royaumes arabes à leurs côtés et à normaliser leurs liens avec « Israël ».

Toutes ces frontières au Moyen-Orient n’existaient même pas jusqu’à ce que la Grande-Bretagne et la France – les mêmes puissances européennes qui ont créé et soutenu « Israël » aujourd’hui – les tracent.

La politique étrangère de l’Europe à l’égard du Moyen-Orient est une stratégie « diviser pour régner ». Tout est question de colonialisme et de vol. Il s’agit de diviser le monde arabe, de créer de l’instabilité et de contrôler les ressources et les détroits.

Les puissances coloniales européennes jouent toujours la carte confessionnelle pour y parvenir : elles ont opposé les sunnites aux chiites en Irak et au Liban. Maintenant, elles essaient de le faire entre les Arabes et l’Iran. En Palestine, on ment encore et on dit que la lutte est « entre juifs et musulmans ». Il n’en a jamais été question. Cette guerre n’a rien à voir avec le Hamas ou la religion. Il a toujours été question de colonialisme parce que l’Occident a peur de l’unité des pays arabes et musulmans.

Le monde entier ne peut croire qu’« Israël » soit autorisé à massacrer ainsi des Palestiniens en plein jour et à s’en tirer impunément. Comment se fait-il que le soi-disant « Occident civilisé » soutienne ce comportement ? Pourquoi les dirigeants occidentaux n’appellent-ils même pas à un cessez-le-feu ? La réponse est que ce génocide à Gaza est aussi leur projet. « Israël » lui-même est un projet impérialiste européen et américain, et ces « dirigeants » en sont tous complices.

Le vol des ressources arabes et le contrôle des détroits et des canaux auront en fin de compte un impact négatif sur tout le monde au Moyen-Orient – sans parler de toutes les souffrances que les Palestiniens endurent. Et c’est précisément pourquoi l’ensemble de l’Axe de la Résistance – Palestine, Yémen, Iran, Irak, Syrie, Liban – est impliqué dans ce combat sur plusieurs fronts. Il est temps que d’autres pays arabes et musulmans fassent également leur part pour Gaza : rompre tous les liens avec « Israël », imposer un embargo pétrolier à l’Occident et fermer le canal de Suez. Le monde entier vous regarde.

Article original en anglais sur Al-Mayadeen / Traduction MR

Lire, du même auteur, la première partie de l’article : « Les raisons cachées de la guerre contre Gaza (Partie I) », ISM-France, 24.11.2023.

Auteur : Richard Medhurst, 1er décembre 2023

»» https://ismfrance.org/index.php/2023/12/05/israel-detruit-gaza-pour-co...
URL de cet article 39292
  

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.