RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’accord p’t’être ben qu’oui p’t’être ben qu’non sur le nucléaire iranien

Un accord préliminaire a été conclu à Genève qui limitera le programme de recherche et de production nucléaire civil de l’Iran en échange de la levée des sanctions.

L’accord n’est pas finalisé. Le diable est dans les détails et ces derniers n’ont pas encore été discutés. La transaction échouera lorsque, le 30 Juin, on se rendra compte qu’il est impossible de se mettre d’accord là-dessus.

La manière dont « l’occident » présente la question comporte de nombreuses distorsions et mensonges. Voilà les faits qui sont laissés de côté :

- La crise à propos d’un "Iran nucléaire" est fabriquée de toutes pièces à partir des mensonges des services de renseignement israéliens et étasuniens. La cible des opérations étasuniennes et israéliennes n’a jamais été un "Iran nucléaire", mais la République Islamique Iranienne qui s’entête à mener une politique intérieure et étrangère indépendante.

- Les dirigeants iraniens ont déclaré que la fabrication d’armes de destruction massive entre en contradiction avec le fondement philosophique et religieux de l’État Islamique d’Iran. Ils ont toujours insisté sur ce point, et ils n’ont jamais exercé de représailles, même lorsque leurs villes ont subi des attaques chimiques pendant la guerre Iran-Irak.

- Tous les services de renseignement étasuniens reconnaissent que l’Iran n’a pas de programme nucléaire militaire. Il n’y a rien à craindre d’un programme nucléaire purement civil en Iran.

- Toutes les sanctions contre l’Iran sont illégales en tout premier lieu. Elles n’ont aucune légitimité ni dans la loi ni dans les faits.

On note actuellement une évolution très inquiétante chez les commentateurs étasuniens qui, suivant l’exemple d’Obama, disent que l’accord (inachevé) doit être accepté parce que la seule alternative est la guerre.

Mais :

- Qui pourrait déclarer et mener une telle guerre ?

- Sur quelle base juridique ?

- Dans quel but, étant donné que l’Iran n’a clairement pas de programme nucléaire militaire ?

C’est ridicule et dangereux de justifier l’accord en disant que la seule alternative à l’accord est la guerre parce que l’accord peut encore échouer et il sera alors facile aux faucons de faire valoir que « même les commentateurs les plus modérés ont dit « accord ou guerre » alors maintenant ça doit être la guerre. »

En effet, compte tenu de la politique étrangère très agressive qu’Obama a menée jusqu’à présent, je ne peux pas exclure que la guerre contre l’Iran soit son véritable but qu’il dissimule seulement derrière des négociations très publiques, mais feintes, pour influencer l’opinion publique en faveur d’une guerre.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2015/04/thoughts-on-that-maybe-deal-about...
URL de cet article 28365
  

Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.