RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’alphabet politique du libéralisme occidental : vouloir être démocratique ou vouloir être despote, comprendre ou ne pas comprendre le monde…

Emiliano Alessandroni est un jeune philosophe italien, élève de Domenico Losurdo, et militant communiste du PCI. Il enseigne à l'université d'Urbino comme son maître. Alessandroni a repris les principales catégories de Losurdo (sur le libéralisme, la démocratie, l'impérialisme et la lutte des classes) et continue à les développer dans la lignée de Losurdo. Il est l'auteur d'ouvrages très intéressants sur Hegel, Lukacs et Gramsci.

Le langage et les catégories employés par Zelensky dans ses discours publics sont directement calqués sur ceux de l’idéologie étasunienne, qui les emprunte à son tour à une longue et ancienne tradition coloniale de l’Occident : civilisés contre barbares, démocrates contre despotes, sains contre malades, intelligents contre stupides, etc.

Ainsi, la façon dont Zelensky comprend le terme "démocratie" n’est pas différente de la façon dont les idéologues étasuniens les plus fervents le comprennent : "démocratie" signifie, selon leur lexique, "sphère d’influence étasunienne", tandis que tout écart par rapport à cette sphère est subsumé par ces idéologues sous la catégorie du "despotisme".

Il en va de même pour les concepts de "comprendre" ou "ne pas comprendre le monde" (qui traduisent en termes différents les catégories "intelligent" ou "stupide" et "sain" ou "malade").

Ainsi, lorsque Zelensky accuse le président brésilien Lula de ne pas comprendre grand-chose au monde, il l’accuse essentiellement de vouloir se retirer de la sphère d’influence étasunienne et de ne pas croire que les dangers pour l’humanité dans son ensemble augmentent à mesure que l’on s’efforce de se retirer de cette sphère.

Par conséquent, selon Zelensky, la ligne de démarcation entre "comprendre" et "ne pas comprendre" est la distinction entre la légitimation et la délégitimation de l’unipolarité à bandes et à étoiles, entre l’augmentation et la réduction des inégalités mondiales, entre l’acceptation ou le rejet de la "Destinée Manifeste" ( et de ses différentes variantes).

L’idée de démocratie de Lula (qui vise à atteindre une égalité totale des droits et des devoirs entre toutes les nations du monde) est à l’opposé de l’idée de démocratie de Zelensky (qui vise une "monarchie universelle" dans laquelle un seul État-nation, autoproclamé supérieur à tous les autres et investi de pouvoirs d’intervention absolus, agirait en tant qu’arbitre de toute la justice mondiale).

En fait, bien plus que Zelensky, Lula semble avoir compris le cours de la nécessité historique, la tendance inexorable des événements mondiaux.

Penser que les Etats-Unis peuvent rester éternellement le pivot des équilibres (ou plutôt des déséquilibres) planétaires est une utopie conservatrice (entretenue à coups de milliards de dollars, de guerres et de cargaisons d’armes), destinée, tôt ou tard, à se briser sur les rochers de la dure réalité.

Lorsque Lula déclare : "La coopération entre les pays du Sud est essentielle pour faire face aux inégalités, à la crise climatique et pour un monde plus équilibré et plus équitable", il exprime en fait, en termes généraux, une prise de conscience et une volonté aujourd’hui mûries par environ 4/5 de la planète.

Pendant combien de décennies encore pensons-nous que l’axe États-Unis-Israël, avec l’UE en laisse, sera en mesure d’étouffer ou de freiner cette volonté ?

Emiliano ALESSANDRONI

»» https://italienpcf.blogspot.com/2023/08/lalphabet-politique-du-liberalisme.html
URL de cet article 38858
  

Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que nous risquons de devenir la société la mieux informée à mourir par ignorance.

Reuben Blades

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.