RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Amérique latine déclare son indépendance - Common Dreams.


Common Dreams, 3 octobre 2006.


Cinq siècles après la conquête européenne, l’Amérique latine recouvre son indépendance. La région, particulièrement dans le Cône sud -du Venezuela à l’Argentine-, rompt avec l’héritage de domination étrangère des siècles antérieurs et avec le type de relations sociales, cruelles et destructives, établies depuis lors.

Les mécanismes du contrôle impérial -l’intervention violente et l’oppression économique, expériences pas si lointaines dans la mémoire collective latino-américaine- perdent de leur efficacité, signe d’une évolution vers davantage d’indépendance. Washington est maintenant contraint de tolérer des gouvernements qui dans le passé auraient dû affronter des interventions ou à des représailles.

Partout dans la région un large éventail de mouvements populaires dynamiques jette les bases d’une démocratie réelle. Les populations indigènes, comme dans une redécouverte de leur héritage précolombien, sont de plus en plus actives et influentes, notamment en Bolivie et en Equateur. Ces développements sont en partie le résultat d’un phénomène que nous observons depuis quelques années en Amérique latine : les gouvernements sont en effet démocratiques d’un point de vue formel, cependant les citoyens ressentent une certaine désillusion vis-à -vis des institutions démocratiques et ils ont donc cherché à construire des systèmes démocratiques basés sur la participation populaire et non sur la domination des élites ou de l’étranger.

Une explication convaincante a été apportée par le politologue argentin Atilio Borón. Il a en effet fait observer que cette nouvelle vague de démocratisation avait coïncidé avec des « réformes » économiques demandées de l’étranger qui ont affaibli la démocratie effective. Dans un monde d’Etats-nations, il est vrai, par définition, que déclin de la souveraineté signifie déclin de la démocratie, et déclin de la marge de décision locale pour les politiques sociales et économiques. Les faits historiques montrent aussi que la perte de souveraineté a systématiquement mené à l’imposition de la libéralisation, bien entendu dans l’intérêt de ceux qui ont le pouvoir d’imposer ce régime économique et social.

Il est éclairant de comparer les dernières élections présidentielles dans le pays le plus riche du monde et dans les pays les plus pauvres de l’Amérique du sud. Lors de l’élection présidentielle états-unienne de 2004, les électeurs avaient le choix entre deux hommes nés dans la richesse et les privilèges, qui sont allés en cours dans la même université d’élite, qui ont fait partie de la même société secrète, où les jeunes gens sont préparés à intégrer la classe dirigeante ; et ils étaient en mesure de participer à l’élection parce qu’ils avaient, en gros, le soutien des mêmes puissants secteurs privés. Leurs programmes étaient similaires, conformes aux besoins de leurs bases : le monde de la richesse et des privilèges.

Voyons, au contraire, la Bolivie et l’élection d’Evo Morales en décembre dernier. Les électeurs étaient très au courant des thématiques, des sujets très importants, comme le contrôle de la nation sur le gaz naturel, ou sur d’autres ressources, propositions largement soutenues par la population. Les droits des indigènes, les droits des femmes, les droits à la terre et les droits à l’eau, telles étaient les thématiques politiques, parmi de nombreuses autres. La population a choisi une personne issue de ses propres rangs, et non un représentant d’un étroit secteur privilégié.

Ce nouveau surgissement pourrait permettre à l’Amérique latine de mettre un terme à ses graves problèmes internes. La région est bien connue pour la rapacité de ses classes aisées, par ailleurs complètement libres de toute responsabilité sociale. Les études comparées du développement économique de l’Amérique latine et de celui de l’Asie orientale sont très révélatrices sur ces questions. Sur la question de l’équité sociale, l’Amérique latine est proche du plus mauvais résultat à l’échelle mondiale, l’Asie orientale du meilleur. La même chose se passe pour l’éducation, la santé, et pour tout le social en général.

Les économies de l’Amérique latine ont également été davantage ouvertes à l’investissement étranger que l’Asie. La Banque mondiale rapporte que les investissements étrangers et les privatisations ont eu tendance à substituer les autres flux de capitaux en Amérique latine, transférant ainsi le contrôle de l’économie et envoyant les profits à l’étranger, à la différence de l’Asie. Par contre, les nouveaux plans socio-économiques en cours en Amérique latine modifient un schéma qui remonte à la conquête espagnole -avec des élites et des économies reliées aux puissances impériales, mais sans liens entre elles.

Evidemment ce changement est très mal perçu à Washington pour des raisons bien connues : Les Etats-Unis comptent sur une Amérique latine qui doit rester pour eux à la fois un fournisseur sûr de ressources et un marché qui offrent des opportunités aux investisseurs. Et comme les planificateurs l’ont longtemps signalé, si cet hémisphère échappe à tout contrôle comment les Etats-Unis peuvent-ils espérer confronter la défiance ailleurs ?

Noam Chomsky


- Source : Common Dreams www.commondreams.org

- Traduction : Numancia Martà­nez Poggi



Amérique Latine : Aujourd’hui celui qui est isolé c’est Bush, par Eduardo Cornejo Deacosta.

Amérique latine : La bipolarisation inévitable Raul Zibechi.


Noam Chomsky : L’Amérique latine et l’Asie se libèrent enfin de l’emprise de Washington.

A propos de la Colombie par Noam Chomsky.

Il n’y a pas de guerre contre le terrorisme, interview de Noam Chomsky, par Geov Parrish + treize articles de Noam Chomsky.

URL de cet article 4302
  

Même Auteur
La poudrière du Moyen-Orient, de Gilbert Achcar et Noam Chomsky.
Noam CHOMSKY, Gilbert ACHCAR
L’aut’journal, 8 juin 2007 Les éditions Écosociété viennent de publier (2e trimestre 2007) La poudrière du Moyen-Orient, Washington joue avec le feu de Gilbert Achcar et Noam Chomsky. Voici un extrait qui montre l’importance de cet ouvrage. Chomsky : Un Réseau asiatique pour la sécurité énergétique est actuellement en formation. Il s’articule essentiellement autour de la Chine et de la Russie ; l’Inde et la Corée du Sud vont vraisemblablement s’y joindre et peut-être le Japon, bien que ce dernier soit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.

Département d’Etat Etats-Unien - Planning Study #23, 1948

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.