RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
45 

L’anticommunisme de Simone Veil

Autres temps, autres mœurs : à l’époque de la guerre froide, quand le monde était divisé en deux camps, Jean-Paul Sartre pensait que « tout anticommuniste [était] un chien ». En 1961, il écrira, dans sa revue Les Temps modernes, à l’occasion de la mort de Merleau-Ponty, « Les derniers liens furent brisés, ma vision fut transformée : un anticommuniste est un chien, je ne sors pas de là, je n’en sortirai plus jamais. […] Au nom des principes qu’elle m’avait inculqués, au nom de son humanisme et de ses “ humanités ”, au nom de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, je vouai à la bourgeoisie une haine qui ne finira qu’avec moi. »

Le jugement péremptoire de Sartre datait de l’après-guerre, à un moment où, lui-même, cherchait une nouvelle voie politique. Il s’estimait marxiste, soutenait la cause communiste sans pour autant adhérer au Parti communiste. Il cherchait une troisième voie dans un refus sans concessions du capitalisme et du stalinisme. Ce qui ne l’empêcha pas, bien au contraire, de soutenir Richard Wright, écrivain étasunien métis (noir, blanc, indien), auteur de l’immortel Black Boy, ancien membre du Parti communiste des États-Unis, exilé en France en 1946, pays dont il demandera et obtiendra la nationalité.

Il y a quelques années, Jean Ortiz, militant communiste bien connu dans les Pyrénées, rapportait cette anecdote : « J’ai sur ma table de travail, tamponné Secret, une Liste S du département des Basse-Pyrénées du 8 septembre 1943. La liste fut établi par le régime pro-nazi de Vichy. La plupart des militants y sont fliqués “ terroristes ”, “ subversifs ”, avec une grande précision. On y trouve 62 noms : tous des communistes, excepté deux sympathisants, et un “ ex ”. Cela, un anti-communiste ne le comprendra jamais. »

Récemment, France 5 nous a proposé un entretien enregistré en 2006, où Simone Veil racontait sa déportation à Auschwitz à l’âge de 16 ans. Bouleversant, son témoignage était tout en pudeur : sur son tatouage, la faim, le froid et, par-dessus tout, l’humiliation. Mais en un seul moment, elle se lâcha quand elle raconta ses rapports avec les déportées communistes. On retrouva alors la grande bourgeoise viscéralement de droite. De son point de vue – et elle avait raison – elle était là parce qu’elle était juive tandis que les autres avaient été déportée parce qu’elles étaient communistes. Soixante après, elle se percevait toujours comme innocente car elle n’avait rien fait alors que les communistes étaient coupables parce qu’elles avaient agi, ce qu’elle leur avait dit sans aménité. Á ce moment précis du film, sa parole choquait car elle était la plus violente du récit : elle critiquait de manière plus acerbe ces militantes – qui avaient eu la malchance de se faire prendre – que les kapos et les officiers qui leur imposaient une schlague ignoble et les tuaient à petit feu.

URL de cet article 38313
  

Même Auteur
Contre-discours de mai de François Cusset
Bernard GENSANE
François Cusset. Contre-discours de mai. Ce qu’embaumeurs et fossoyeurs de 68 ne disent pas à ses héritiers. Actes Sud, 2008. Bizarrement, on a très peu célébré le cinquantenaire de Mai 58, la chute de la Quatrième République, le coup d’État feutré de De Gaulle, l’instauration d’une nouvelle République, donc d’un nouveau partage institutionnel du pouvoir, avec un renforcement du rôle de l’État, de sa prééminence, tout ce que les " gaullistes " libéraux d’aujourd’hui vomissent. J’ai lu peu (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.