RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’élection de Biden ne promet pas de grands changements sur le front impérial

Hormis le retour dans l’accord de Paris sur le climat, la diplomatie du nouveau président états-unien ne semble pas vraiment se dégager des cohérences stratégiques de son prédécesseur.

Les années Trump ont été portées par une redoutable cohérence géopolitique. La plupart des médias orphelins du modèle états-unien n’en ont pas pris la mesure, tant ils se sont refusés à traiter la question hors du prisme de la ­personnalité fantasque du président sortant. Trump parti, une normalisation accélérée de ­Washington devrait s’imposer. Et pourtant, la géostratégie de Biden semble loin de se ­détourner de tous les tournants impulsés par son prédécesseur.

Sur le climat toutefois, la présidence Biden devrait insuffler une véritable différence. Le président élu tiendra sa promesse proclamée de faire revenir Washington dans les clous de l’accord de Paris au premier jour de son mandat, le 20 janvier prochain, sachant qu’il s’est engagé à « une transition » pour réduire les émissions record de CO2 des États-Unis. Un certain regain de multilatéralisme est également attendu, avec un probable retour de Washington à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), comme une certaine détente sur la gestion de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

La volonté de « mener la marche »

Mais pour le reste, Biden promet d’inscrire le changement dans... la continuité. La méthode destinée à « rendre sa grandeur à l’Amérique » sera différente. Les objectifs n’en resteront pas moins très voisins. L’Amérique se doit « d’être devant et de mener la marche », a écrit Joe Biden, qui précise qu’aucune autre nation « n’aurait la capacité » d’agir ainsi parce qu’aucune ne serait bâtie sur « l’idée de liberté » (1). Les rapports avec la Chine, l’Europe ou le Moyen-Orient devraient être marqués par cette logique, a fortiori si l’on se dirige vers des compromis au sommet avec un Parti républicain toujours porté par le trumpisme.

Les tensions avec Pékin pourraient même prendre un tour encore plus aigu. Barack Obama avait induit une stratégie dite du pivot faisant passer l’effort militaire du Moyen-Orient vers la mer de Chine. Trump n’a fait qu’accélérer cette bascule. Les dirigeants démocrates n’ont pas caché leur accord avec sa guerre commerciale engagée contre les productions chinoises. Pis, ils manifestent volontiers un plus grand appétit d’intervention sur les litiges internes chinois qui fâchent, de Taïwan à Hong Kong, en passant par les Ouïgours. De la même façon, les tensions pourraient s’aggraver avec Moscou.

Avec les Européens, Washington ne devrait pas relâcher sa pression pour qu’ils continuent de s’inscrire dans une hausse continue de leurs financements de l’Otan. Cette démarche stratégique rejoindrait une « normalisation atlantiste » hautement désirée par plusieurs capitales du continent, et en particulier par Berlin et les grands groupes exportateurs allemands. Ils en espèrent des retombées alléchantes après un retour à la case des négociations pour le ­lancement d’un traité Tafta de libre-échange trans­atlantique.

Bruno Odent, l’Humanité, lundi 09 novembre 2020

(1) Les engagements de politique extérieure de Joe Biden : Why America Must Lead Again (Pourquoi l’Amérique doit diriger de nouveau, revue Foreign affairs, mars-avril 2020).

»» https://www.humanite.fr/lelection-de-biden-ne-promet-pas-de-grands-cha...
URL de cet article 36649
  

Même Thème
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce que nous faisons au Vietnam, c’est utiliser des Noirs pour tuer des Jaunes afin que les Blancs puissent garder la terre qu’ils ont volé aux (peaux) Rouges".

Dick Gregory (1932-2017)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.