RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Europe colonisée

Il y a des personnalités, des élites politiques, des économistes professionnels qui vous diront qu’il est possible de diminuer le chômage sans croissance. En particulier les écologistes pour qui ce mot est synonyme de surconsommation, avec ses excès. Economistes en herbe où professionnels, ils cherchent le moyen de sortir du guêpier dans lequel nos gouvernements se sont engagés depuis des décennies, ceci sans augmentation de la consommation. Dans mon livre je prouve que c’est impossible pour des raisons purement techniques . Etant entendu que la croissance recouvre tous les achats quels qu’ils soient, donc des biens semi –durables ou durables.

Curieuse coïncidence c’est depuis les années 70 que le chômage a commencé à augmenter, - il avoisinait les 2 % - années où l’inflation était à deux chiffres. En 1973 la loi du 3 janvier limitait le droit du gouvernement d’emprunter avec ou sans intérêt à la Banque de France, des sommes qui dépassaient quelques dizaine de milliards de francs. Ce frein à l’emprunt de l’Etat a été définitivement bloqué par les articles du traité de Maastricht en 1993, et repris à chaque nouveau traité européen. Les Etats membres sont donc contraints d’emprunter aux banques privées à chaque besoin de financement du déficit. Il est vrai que l’augmentation permanente des dépenses insuffisamment couvertes par ailleurs par des recettes, avait tendance à augmenter logiquement la masse monétaire en circulation, ce qui, par contrecoup, augmentait la tendance inflationniste. On sait que plus celle-ci augmente et plus la valeur réelle de l’argent diminue. C’est purement arithmétique : le gâteau étant davantage divisé, il faudra davantage de parts (unités monétaires), pour acheter le même bien. Bien que le chiffre nominal reste le même il aura vite perdu de valeur réelle. Il en faudra davantage qu’auparavant pour acheter le même bien . Les intermédiaires du circuit monétaire (banques, commerçants, importateurs) qui ne sont pas fous augmentent leurs prix pour compenser cette perte de valeur. Parfois avec anticipation ce qui fait tourner encore plus la masse monétaire en circulation, donc la planche à billets.

Cette perte de valeur réelle était évidemment ressentie par les prêteurs, et ce d’autant plus que les dettes des particuliers ont des échéances lointaines. Intolérable pour ceux-là qui ont une réaction évidente : augmenter le niveau de intérêts. Hélas, plus celui-ci augmente, moins les emprunteurs se précipitent pour solliciter leurs aides. A moins que leur pouvoir d’achat augmente. Cercle vicieux qui, n’avait, à leurs yeux, qu’une seule issue : arrêter l’augmentation de la masse monétaire, donc l’activité. Or 70 % de celle-ci provenait des salaires versés (privés et publics), ou des retraites et allocations diverses. D’où la pression exercée sur le patronat, qui ne demandait pas mieux, et sur la fonction publique, pour diminuer progressivement cette part de la masse salariale en circulation. Ceci serait officiellement justifié, bien que l’origine en ait été totalement différente, par le risque d’inflation galopante des années 20 en Allemagne qui avait également fait souffrir la population : l’augmentation salariale (mensualisée) ne suivait plus la hausse des prix. Rattrapage impossible ;

Cette part de masse salariale se situe actuellement autour de 60 % du fait du freinage permanent aux augmentations salariales moyennes allant jusqu’à la stabilité et même la diminution pour les classes les plus défavorisées. L’immigration d’ouvriers magrébins instituée par Giscard n’y est pas pour rien. Les 40 % non salariaux sont réparties entre l’argent souverain de l’Etat, et celui des financiers (fig.2). Or l’Etat a plus de dettes que de créances. Reste les financiers, au bas mot les banques. Mais l’affaire ne s’arrête pas là. En effet les banques ne sont contractuellement (depuis Bâle 2) obligées de n’avoir qu’un minimum de 8 % en fonds propres des sommes qu’elles font circuler. C’est incroyable que personne n’ait réagi à cette convention interbancaire, qui, ce n’est pas un hasard nous vient de Suisse. Les banques qui vous prêtent de l’argent font donc des chèques sans provision !
Et l’Etat dans tout ça ? Il aurait les moyens de renverser ce cycle infernal…en dépensant plus pour payer ses fonctionnaires, et en engageant plus, en obligeant les entreprises à augmenter sensiblement leurs salariés (SMIC) avec éventuellement compensations à la clé, en augmentant les retraites et les allocations. Toutes choses qui vont totalement à l’encontre de ce qu’il fait actuellement. Certes on augmenterait la dette et le déficit. Quand bien même ! Si c’est pour diminuer le chômage en relançant une certaine forme de croissance, elle-même dynamisée par la confiance revenue en même temps que le pouvoir d’achat ! Et par ricochet, cotisations et impôts augmentent les rentrées, diminuent déficit et dettes. J’ai dit ailleurs ce qu’il fallait penser des dettes souveraines : elles sont aussi virtuelles que l’argent bancaire. Il est possible de remettre les choses à l’endroit !

Alors s’agissant de l’Etat, on pourrait s’en amuser également puisqu’il a les moyens de les effacer d’un trait de plume. A moins qu’il soit complice des banques. A quel jeu de Gribouille, perdant-perdant, jouent nos dirigeants avec l’austérité ? L’histoire ne dit pas si cet hurluberlu, qui se jetait à l’eau pour éviter la pluie, s’est noyé ou s’il savait nager. Mais il est certain que la déflation qui normalement suit la décroissance, qui menace en France, et qui a commencé en Grèce et autres pays latins, sous la pression des banques, arrange ceux qui ont des liquidités. Les entreprises petites et moyennes seront phagocytées.

Vive la décroissance et la colonisation financière des pays du sud, et probablement ensuite aussi, celles du reste de l’Europe, sauf la Grande-Bretagne, qui sortira de l’U.E et évidement la Suisse pays où règne la finance internationale. C’est le prix à payer pour la paix décerné à l’U.E.

»» http://www.citoyenreferent.fr
URL de cet article 21101
  

En conscience je refuse d’obéir. Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école, Alain Refalo
Alain REFALO
Le manifeste des enseignants désobéisseurs : un ouvrage qui dénonce la déconstruction de l’école de la République. « Car d’autres enseignants (…) ont décidé de relever ce défi de la lutte contre la déconstruction de l’école publique. Ils sont entrés en résistance, sans se payer de mots inutiles. Une résistance radicale, mais responsable. Une résistance transparente et assumée. Pour que le dernier mot de l’histoire n’ait pas la couleur de la désespérance. » Des îlots de résistance - 164, rue du Faubourg (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Analyser la réussite ou l’échec du modèle économique cubain en faisant abstraction d’un blocus criminel de plus de 50 ans, est une pure hypocrisie. N’importe quel pays capitaliste d’Amérique Latine, soumis à un blocus similaire, s’effondrerait en quelques mois.

Rafael Correa
ancien président de l’Equateur

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.