RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

L’Italie et le Royaume-Uni comptent sur l’aide de Cuba, de la Chine et du Venezuela pour lutter contre les coronavirus - alors que les États-Unis intensifient leurs sanctions brutales (The Gray Zone)

L’Italie a demandé à des médecins de Chine, de Cuba et du Venezuela de contenir le coronavirus, tandis que Cuba s’est portée au secours d’un navire de citoyens britanniques. Pendant ce temps, les sanctions américaines aggravent le bilan de la crise du Covid-19 en Iran et au Venezuela.

Les sanctions que les États-Unis ont imposées à des dizaines de pays du monde entier, dans une tentative de renverser leurs gouvernements indépendants, n’ont fait qu’aggraver la pandémie mondiale de coronavirus. Mais dans le même temps, certains de ces pays ciblés par la guerre économique américaine ont pris la tête des efforts pour contenir l’épidémie de Covid-19.

En fait, le gouvernement local du nord de l’Italie, pays membre de l’Union européenne et de l’OTAN, a officiellement demandé une aide médicale à la Chine, à Cuba et au Venezuela - tous des pays diabolisés par les États-Unis et l’UE, qui à leur tour n’ont apporté que peu de soutien à l’Italie.

Le gouvernement italien a déploré que "pas un seul pays de l’UE" n’ait répondu à sa demande d’équipement médical - contrairement à la Chine, qui a immédiatement apporté son aide.

Et il n’y a pas que l’Italie ; la Grande-Bretagne a également compté sur Cuba pour l’aider à combattre le virus contagieux.

La région de Lombardie, au nord de l’Italie, a été particulièrement touchée par le coronavirus, avec des dizaines de milliers de cas et plus de 1 000 décès. La pandémie a dévasté la région, qui est la plus riche et la plus peuplée du pays.

Le 15 mars, l’Italie a enregistré 368 nouveaux décès en une seule journée, soit plus que le jour le plus meurtrier à Wuhan, en Chine, qui a réussi à contenir le virus.

En réponse à la crise, le gouvernement de Lombardie a demandé à la Chine, à Cuba et au Venezuela d’envoyer des médecins et d’autres personnels médicaux pour aider à contenir l’épidémie.

"Nous sommes en contact avec Cuba, le Venezuela et la Chine, qui ont mis des médecins à disposition", a déclaré le ministre de la santé lombard, Giulio Gallera, lors d’une conférence de presse.

L’ambassade de La Havane a déclaré "la solidarité cubaine avec l’Italie", et le ministère des affaires étrangères de Cuba a publié un avis confirmant la demande de Gallera et annonçant qu’il enverra "du personnel cubain spécialisé dans la lutte contre les maladies contagieuses".

Le gouvernement local de la grande ville italienne de Milan a également compté sur les expéditions de matériel médical en provenance de Chine.

Une équipe de médecins chinois est arrivée en Italie le 12 mars.

L’Union européenne abandonne l’Italie, après avoir poussé à la privatisation des systèmes de santé

L’Union européenne, en revanche, a laissé l’Italie se débrouiller.

L’ambassadeur d’Italie auprès de l’UE, Maurizio Massari, a publié un article d’opinion dans lequel il indique que son pays a demandé un soutien par le biais du mécanisme de protection civile de l’organisme, en cherchant du matériel médical pour contenir l’épidémie de coronavirus.

"Mais, malheureusement, pas un seul pays de l’UE n’a répondu à l’appel de la Commission. Seule la Chine a répondu bilatéralement", a écrit M. Massari.

En fait, l’Union européenne a fait le contraire de l’aide. La Commission européenne, qui dirige l’UE, a appelé les États membres à réduire les dépenses médicales et à privatiser les services de santé au moins 63 fois entre 2011 et 2018.

L’obsession de l’UE de réduire et de privatiser les institutions publiques a considérablement affaibli l’infrastructure sanitaire du continent, la rendant beaucoup plus vulnérable aux pandémies mortelles comme le coronavirus.

La Grande-Bretagne compte sur l’aide de Cuba pour accoster un navire infecté par le coronavirus

Cuba est sous un embargo américain illégal depuis 1960 - que tous les pays du monde (à l’exception d’Israël) votent pour dénoncer chaque année aux Nations unies. Mais ce blocus n’a pas empêché le petit pays de développer le meilleur système de santé de toute l’Amérique latine.

Même le Royaume-Uni, l’un des pays les plus riches de la planète, a compté sur l’aide de Cuba pour contenir le coronavirus.

Le gouvernement britannique a demandé à de nombreux pays des Caraïbes de laisser le bateau de croisière MS Braemar accoster dans leur port, après que plusieurs cas de coronavirus aient été signalés parmi ses plus de 1 000 passagers.

CNN a noté que "les responsables britanniques ont lancé un effort diplomatique intense pour trouver un pays prêt à accueillir" navire infecté, mais ont été rejetés par la Barbade et les Bahamas.

Le 16 mars, Cuba a accepté d’aider la Grande-Bretagne, en proposant d’amarrer le MS Braemar dans un port cubain et d’aider à ramener les passagers au Royaume-Uni.

Le ministère des affaires étrangères de Cuba a déclaré : "Nous vivons des temps de solidarité, de compréhension de la santé comme un droit humain, de renforcement de la coopération internationale pour faire face à nos défis communs, des valeurs qui sont la clé des pratiques humanistes de la Révolution et de notre peuple".

Les États-Unis se battent pour le contrôle d’un traitement et d’un vaccin potentiels contre les coronavirus

Alors que Cuba, la Chine et le Venezuela - pays ciblés par la guerre économique américaine - aident le monde à contenir l’épidémie de coronavirus, Washington fait des heures supplémentaires pour monopoliser tout traitement potentiel, afin de pouvoir en tirer profit.

Une entreprise pharmaceutique californienne, Gilead Sciences, a mis au point un médicament expérimental qui, selon les experts médicaux, pourrait potentiellement traiter le coronavirus.

L’Institut de virologie de Wuhan du gouvernement chinois a déposé une demande de brevet afin de pouvoir produire ce médicament, appelé remdesivir. Mais la société américaine s’est battue bec et ongles pour empêcher Pékin de pouvoir le fabriquer.

Pourquoi ? Parce que les actions de Gilead Sciences montent en flèche et que les investisseurs disent que la société pourrait bientôt faire fortune.

Le gouvernement américain a également essayé de soudoyer une société médicale allemande qui pourrait être sur le point de développer un vaccin contre le coronavirus.

Le président Donald Trump aurait offert "de grosses sommes d’argent" à la firme allemande CureVac, afin que les États-Unis puissent avoir l’exclusivité du traitement - qu’ils pourraient ensuite vendre au reste du monde.

Les sanctions américaines empêchent le Venezuela et l’Iran d’importer des médicaments et du matériel médical.

Et tandis que l’administration Trump et les sociétés pharmaceutiques américaines cherchent à tirer profit de la pandémie de coronavirus, Washington redouble sa guerre économique destructrice.

Le procureur général du Venezuela, Tarek William Saab, a donné une conférence de presse dénonçant Washington pour avoir empêché Caracas d’acheter des médicaments et du matériel médical qui l’aideraient à combattre le Covid-19.

"Il est éthiquement inacceptable que de telles sanctions soient maintenues contre le Venezuela", a déclaré M. Saab. Il a appelé la Colombie et le Brésil à mettre fin à leurs tentatives de coup d’Etat contre Caracas et à travailler plutôt ensemble pour contenir le virus.

Les sanctions américaines ont également fortement entravé les efforts de l’Iran pour lutter contre Covid-19. Des centaines d’Iraniens sont morts, des milliers d’autres ont été touchés, et Washington a empêché le pays d’acheter des médicaments et du matériel médical dont il a grand besoin.

Le ministre iranien des affaires étrangères, Javad Zarif, a dénoncé les sanctions américaines comme une forme de "terrorisme médical".

"Les efforts pour lutter contre la pandémie de COVID19 en Iran ont été sérieusement entravés par les sanctions américaines", a ajouté M. Zarif. "Il est IMMORAL de laisser une brute tuer des innocents".

Dans une lettre au Secrétaire général António Guterres, Zarif a appelé les Nations Unies et les Etats membres à ignorer les "sanctions américaines inhumaines" contre l’Iran et à faire pression pour qu’elles soient levées.

La Chine s’est également prononcée avec force contre les sanctions américaines contre le Venezuela et l’Iran.

Lors d’une conférence de presse le 13 mars, un porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Geng Shuang, a condamné le blocus de Caracas par Washington.

"A un moment crucial où les gouvernements et les peuples de tous les pays luttent ensemble contre l’épidémie d’un nouveau coronavirus, la partie américaine est cependant déterminée à continuer à brandir le bâton des sanctions contre le Venezuela, ce qui va à l’encontre de l’esprit minimum de l’humanité", a déclaré le Geng.

Le porte-parole du gouvernement chinois a également dénoncé les sanctions américaines contre l’Iran.

Notant que Pékin avait envoyé une équipe d’experts médicaux pour aider l’Iran à contenir le Covid-19, le ministère des affaires étrangères a ajouté : "Nous exhortons les États-Unis à lever immédiatement la sanction unilatérale sur l’Iran. Le maintien de la sanction est contraire à l’humanitarisme et entrave la réponse de l’Iran à l’épidémie".

Ben Norton

Traduction "c’est dans les temps difficiles qu’apparaît la vraie nature des gens" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://thegrayzone.com/2020/03/17/italy-uk-help-cuba-china-venezuela-...
URL de cet article 35797
  

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute manifestation à Cuba (ou à Miami, d’ailleurs) qui ne commence pas par "Abajo el bloqueo" (quoi qu’on dise ensuite) est une escroquerie ou une croisade de fous. Et brandir un drapeau états-unien à Cuba, c’est comme brandir un drapeau israélien à Gaza.

Viktor Dedaj

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.