RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Ukraine fait sauter les ponts frontaliers avec la Biélorussie - Minsk

Cette action intervient un jour après que le Belarus ait accusé l’Ukraine de préparer une attaque sur son territoire.

Les forces ukrainiennes ont détruit presque tous les ponts et miné les routes le long de la frontière avec le Bélarus, a déclaré dimanche Anatoly Lappo, président du Comité d’État des frontières du Bélarus. Minsk a accusé Kiev de planifier des frappes imminentes sur son territoire.

"Aujourd’hui, presque tous les ponts frontaliers ont sauté, et les routes frontalières automobiles et ferroviaires sont complètement minées", a déclaré Lappo à la télévision biélorusse, selon l’agence de presse russe Interfax.

Les forces ukrainiennes ont fortifié la frontière "à tel point qu’elles ont placé des mines antichars sur trois rangées sur les routes", a ajouté A. Lappo.

Le Belarus accuse l’Ukraine de préparer une attaque

Les troupes que Kiev a envoyées à la frontière ne sont "pas des gardes-frontières", a affirmé A. Lappo. "Nous sommes sous pression, ils visent nos gardes-frontières, parfois ils tirent en l’air, une reconnaissance aérienne constante est effectuée", a-t-il ajouté.

Un jour avant que la nouvelle n’éclate, le ministère ukrainien des affaires étrangères a affirmé que son ambassadeur au Belarus avait été convoqué au ministère bélarussien des affaires étrangères et s’était vu remettre une note officielle indiquant que "l’Ukraine envisageait de mener une frappe sur le territoire du Belarus." Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a déclaré qu’il "rejette catégoriquement" cette accusation, ajoutant qu’elle pourrait faire partie d’un plan russe visant à "mettre en scène une provocation et à accuser davantage" Kiev.

En début de semaine, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a accusé l’Ukraine de masser des dizaines de milliers de soldats près de la frontière. Si A. Loukachenko a autorisé les troupes russes à pénétrer en Ukraine depuis son territoire au début de l’opération militaire russe en Ukraine, il a déclaré la semaine dernière que le rôle du Belarus dans le conflit se limitait à l’autodéfense et à refuser à l’Ukraine la possibilité de "tirer dans le dos des Russes depuis le territoire du Belarus".

Face à la montée des tensions le long de la frontière de 1 000 kilomètres, le ministère de la défense biélorusse a déclaré qu’il avait la capacité de déployer 500 000 soldats entraînés "si le besoin s’en faisait sentir."

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Photo d’illustration : Un stock de mines antichars exposé sur une route près de Barvinkovo, en Ukraine, le 25 avril 2022 © AFP / Yasuyoshi Chiba

»» https://www.rt.com/russia/564362-ukraine-blows-bridges-belarus/
URL de cet article 38291
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La contribution la plus importante d’Obama a été d’embellir, de vendre à l’opinion publique et de prolonger les guerres, et non de les terminer. Ils l’ont bien vu pour ce que sont réellement les présidents américains : des instruments permettant de créer une marque et une image du rôle des États-Unis dans le monde qui puissent être efficacement colportées à la fois auprès de la population américaine et sur la scène internationale, et plus précisément de prétendre que les guerres barbares sans fin des États-Unis sont en réalité des projets humanitaires conçus avec bienveillance pour aider les gens - le prétexte utilisé pour justifier chaque guerre par chaque pays de l’histoire.

Glenn Greenwald

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.