Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La carte a été publiée par le New York Times. Le nouveau Monde arabe dessiné par les Étasuniens

D’aucuns n’ignorent que les prémices d’une nouvelle carte, notamment au Proche-Orient, constituaient déjà dès 1957 un objectif pour les Étasuniens.

Plusieurs révoltes, présumées populaires, ont marqué le monde arabo-musulman.
Des soulèvements pour ainsi dire programmés, d’où s’est dessinée la nouvelle carte de cette partie du monde [1].
Dans la rubrique Opinion de son édition du 28 septembre dernier, le New York Times a publié une analyse d’une spécialiste en géopolitique, Robin Wright, experte du monde arabo-musulman où elle souligne clairement « que la carte du Moyen-Orient pourrait être lentement redessinée, de sorte que cinq États (l’Arabie Saoudite, l’Irak, la Syrie, le Yémen et... la Libye) pourraient éclater en 14 entités, sans oublier la possibilité de trois cités-États à Misrata (Libye), Baghdad et Jabal Druze (Syrie) ».

L’auteur de l’article redessine, selon sa lecture basée sur les donnes du terrain, une nouvelle carte « homogène » du monde arabo-musulman. Selon elle, la naissance d’un État kurde entre la Syrie et l’Irak, un État sunnite qui regrouperait les sunnites irakiens et syriens. La minorité chiite alaouite, estime-t-elle, qui gouverne actuellement la Syrie serait repoussée dans un corridor le long de la Méditerranée. Comme souligné plus haut « la Libye serait fractionnée en trois États sur des bases ethniques et tribales », c’est le cas de le dire d’ailleurs.

Plus loin, dans son intervention sur les colonnes du NYT, Robin Wright pense que le sud de l’Irak deviendrait un État chiite, alors qu’« une partie du Yémen du Sud pourrait rejoindre l’Arabie Saoudite désireuse d’avoir de nouveaux débouchés maritimes à cause de la menace iranienne potentielle de fermer le détroit d’Ormuz » d’où la division du Yémen en deux États.
Mais pas que ça, pour cette spécialiste, l’Arabie Saoudite n’échappera pas au grand changement de la carte géopolitique, ce pays « pourrait se disloquer en cinq États correspondant aux cinq régions qui ont précédé l’actuel régime ».

Cette analyste n’a certainement pas tort. L’un des pays, à savoir la Libye, qui a été ravagé par ce qu’on appelle le « printemps arabe », a déclaré ouvertement sa partition en trois départements indépendants. Les violences qui ont éclaté dans ce pays sous prétexte de la liberté et la démocratie, ont plongé la population libyenne dans un sombre présent sans lendemain. Il ne s’agit plus d’une crise politique que peuvent traverser même les pays les plus développés, mais d’une insécurité totale et des rivalités sanglantes tribales. Le gouvernement mis en place n’a pas été en mesure d’unifier les rangs et d’imposer la loi. En un mot, ce fut une « somalisation » de la Libye. Pour cette analyste, le même cas pourrait être cadré avec des pays en pleine crise politico-sécuritaire.

D’aucuns n’ignorent que les prémices d’une nouvelle carte, notamment au Proche-Orient constituaient déjà dès 1957 un objectif pour les Étasuniens, mais surtout pour l’État qu’on appelle Israël dont la stratégie, rapportent plusieurs articles publiés depuis 1982, « consiste à favoriser l’éclatement des pays arabes sur des bases confessionnelles ou ethniques ».

Le site Étude Géopolitique met en évidence un article de Charles Saint-Prot (octobre 2006) qui reprend une publication purue, en février 1982, par la revue de l’Organisation sioniste mondiale Kivunim (Directions), sous le titre « Une stratégie pour Israël dans la décennie 1980 », où un journaliste israélien qui avait travaillé pour le ministère israélien des Affaires étrangères, « soutenait que le plan de décomposition du Liban en petits cantons confessionnels, à laquelle les Israéliens travaillaient depuis la fin des années 1960 avec la complicité de certains extrémistes maronites, devait être appliquée à tout le monde arabe, notamment à l’Irak (trois États : sunnite, kurde et chiite), à la Syrie (trois Etats : alaouite, druze, sunnite), à la Jordanie (une partie pour les Bédouins et l’autre pour les Palestiniens) et à l’Arabie Saoudite qui devait être amputée de ses provinces pétrolières et ramenée à une mosaïque tribale ».

La machine est en route, elle est pilotée par les commanditaires du printemps arabe et la sous-traitance est assurée par ces groupes terroristes sous la bannière d’Al Qaîda au Maghreb islamique et on se demande encore qui est derrière cette organisation criminelle par excellence.

Ikram GHIOUA - Mercredi 02 Octobre 2013

»» lexpressiondz.com

[1La carte ici.


URL de cet article 22738
   
Même Thème
La poudrière du Moyen-Orient, de Gilbert Achcar et Noam Chomsky.
Noam CHOMSKY, Gilbert ACHCAR
L’aut’journal, 8 juin 2007 Les éditions Écosociété viennent de publier (2e trimestre 2007) La poudrière du Moyen-Orient, Washington joue avec le feu de Gilbert Achcar et Noam Chomsky. Voici un extrait qui montre l’importance de cet ouvrage. Chomsky : Un Réseau asiatique pour la sécurité énergétique est actuellement en formation. Il s’articule essentiellement autour de la Chine et de la Russie ; l’Inde et la Corée du Sud vont vraisemblablement s’y joindre et peut-être le Japon, bien que ce dernier soit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le combattant qui l’emporte est celui qui gagne la campagne de l’information. Nous en avons fait la démonstration au monde : l’information est la clef de la guerre moderne - stratégiquement, opérationnellement, tactiquement et techniquement. »

Glen Otis (Général US)


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.