RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La grandeur de Sarkozy s’étend au Golfe

dessin : "la paille et la poutre" d’Enzo Apicella

Le président français Nicolas Sarkozy , en visite aux Emirats arabes unis, a participé le 26 mai à la présentation du « Louvre d’Abu Dhabi » : une succursale que le musée parisien ouvrira ici, en recevant plus d’un milliard d’euros pour l’utilisation de la marque et le prêt d’oeuvres. Mais cet événement culturel n’était que la garniture de l’événement central : l’inauguration de l’ « Implantation militaire française dans les Emirats arabes unis ». Cette base militaire permanente, la seule à l’étranger en dehors de l’Afrique, est la première que la France installe dans le Golfe, dans une zone qui, souligne l’Elysée, « se trouve face au Détroit d’Ormuz par où transite 40% du pétrole mondial ». D’où son « importance stratégique », accrue du fait que, à une centaine de kilomètres à peine, se trouve l’Iran. En plus de la base navale qui sera installée dans la zone de Mina Zayed, l’implantation, rebaptisée « Camp de la paix », comprend un détachement aérien déjà opérationnel sur la base de Al-Dhafra, et un groupe terrestre basé dans la ville militaire de Zayed. Selon l’accord stipulé par Sarkozy lui-même en 2008, la construction des infrastructures de la base française est financée par Abu Dhabi, tandis que Paris couvre les frais opérationnels.

Après l’inauguration, Sarkozy s’est rendu à la base de Al-Dhafra pour assister, avec les monarques des Emirats, à l’exhibition du chasseur-bombardier Rafale. Le président chapeaute une délégation qui comprend les dirigeants de l’industrie constructrice, Dassault Aviation, dans une tractation avec les Emirats pour leur vendre 60 Rafale. L’affaire, d’une valeur d’environ 8 milliards d’euros, est fondamentale pour Dassault, qui jusqu’ici n’est arrivé à placer aucun de ces avions à l’étranger, à cause surtout de la concurrence avec Lookheed Martin et du consortium européen producteur de l’Eurofighter Typhoon. Pourtant le Rafale n’a rien à envier à ses concurrents européens (y compris le futur F-35 de Lookheed) : c’est un chasseur-bombardier multi-rôle, en mesure de remplacer 7 autres types d’appareils utilisés par la France, adapté à toutes les missions d’attaque, dont celles avec des armes nucléaires. Dans la délégation qui accompagne le président, il y a aussi des représentants de l’industrie nucléaire française qui essaient de vendre deux réacteurs aux Emirats. Le contrat devrait être conclus dans l’année mais se heurte à la forte opposition de Washington qui vient à peine de signer un accord pour la fourniture de technologies nucléaires aux Emirats, troisième exportateur de pétrole (cf. il manifesto, 24 mai).

La France est ainsi en train de mettre en pratique ce qu’elle a énoncé dans son « Livre blanc de la défense » : constituer un « axe stratégique majeur de l’Atlantique à l’Océan Indien », en passant « d’une stratégie de défense passive à une stratégie de défense active en profondeur », qui prévoit « une réaction rapide et une action offensive ». Cette politique ouvre des contradictions avec Washington, non pas cependant en termes de conception de politique extérieure et de défense qui serait différente, mais de revendication d’un poids plus important de la France dans le cadre de la stratégie conduite par les Usa : celle-ci prévoyant la projection de forces militaires partout dans le monde où seraient mis en question les intérêts fondamentaux de l’Occident. Le retour de la France dans le commandement OTAN sous leadership Usa, dont elle était sortie en 1966, le confirme. L’idée énoncée dans le « Livre blanc de la défense » n’est donc pas l’idée d’une Europe nouvelle, mais la reproduction en de nouvelles formes de la vieille Europe des empires coloniaux.

Manlio Dinucci

Reçu de l’auteur et traduit par Marie-Ange Patrizio,

Publié sous le titre « Les soldats de Sarkozy s’étendent vers le Golfe » dans l’édition de mercredi 27 mai 2006 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/il-manifesto/in-edicola/numero/20090527/pagina/08/pezzo/250835/

URL de cet article 8649
  

Même Thème
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.