RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La retraite, c’est révolutionnaire ! Plus que jamais, étendons sa conquête !

Tandis que le gouvernement Ayrault engage une énième réforme du financement des retraites, toujours dans le droit fil du calamiteux « livre blanc » de Michel Rocard en 1991, les travailleurs français s’inquiètent, qu’ils soient dans l’emploi ou sur le « marché de l’emploi ». Comme on les comprend !

D’un côté la potion des réformateurs pour « sauver les retraites » est toujours plus amère : la durée de cotisation permettant de bénéficier d’une retraite à taux plein était de 37 ans ½ jusqu’en 2003, elle est de 41 ans ½ aujourd’hui. Sera-t-elle de 44 ans demain ? Etant donné que 7% des salariés de plus de 50 ans sont déjà au chômage, l’allongement de la durée de cotisation se traduit automatiquement par une baisse du taux de remplacement et donc du niveau des pensions. C’est le cas en particulier pour les femmes qui connaissent une double peine du fait qu’elles n’ont souvent pas une carrière complète.

Face à ces propositions, les opposants à la réforme restent sur la défensive, tentant de freiner la reculade des droits sociaux en revendiquant une politique de relance de l’emploi, le maintien de l’âge légal de 60 ans et d’un taux de remplacement de 75% du salaire moyen des 10 meilleures années de carrière sans préciser s’il s’agit du salaire brut ou du net.

Dans les deux cas, les réformateurs et leurs opposants semblent s’accorder sur un point : les retraités seraient d’anciens salariés, souvent utiles mais ne produisant aucune richesse économique, à la charge des seuls actifs au titre de la solidarité intergénérationnelle.

Face à ce constat, le Réseau Salariat [1] invite les travailleurs et leurs représentants syndicaux à sortir de cette logique défensive et à faire honneur aux fondateurs de la sécurité social. Nous rappelons que la retraite a été conquise comme continuation du salaire à vie et non dans une logique de prévoyance ou d’épargne. Aussi nous proposons de renouer avec une revendication syndicale qui a eu cours jusqu’en 1995 : 100% du meilleur salaire net pour tous - salariés, indépendants ou non - dès 55 ans - avec au minimum le SMIC, financé à 100% par la cotisation sociale, et sans condition d’annuités ou de carrière.

Revendiquer 55 ans comme âge politique de la retraite, c’est affirmer la retraite comme un nouveau départ dans une forme de travail qui remet en cause radicalement la définition dominante de travail qui voudrait que seul le travail en emploi soit générateur de valeur économique.

La retraite n’est pas la fin du travail, c’est la fin de l’emploi ! Car l’emploi - ou le marché du travail - nous aliène, à travers les cadences qu’impose le capital, la division du travail qui réduit notre faculté créative, l’absence de maîtrise des tenants et aboutissants de notre œuvre.

Pour en savoir plus sur nos propositions vous pourrez lire notre dossier sur la retraite* et en particulier notre Texte-manifeste « Campagne retraites 2013 ». [2]

Communiqué de presse du Réseau Salariat
, 4 juillet 2013

[2Texte-manifeste « Campagne retraites 2013 : http://www.reseau-salariat.info/3c084bd03be48f3a333a3aa36d8a0c1a


URL de cet article 21304
  

Même Thème
LA TYRANNIE DU BIEN VIEILLIR
Martz Didier, Michel Billé
La tyrannie du Bien Vieillir, voilà bien un paradoxe ! Il faut être un peu iconoclaste pour aller s’en prendre à une si belle idée, qui fait si largement consensus : « bien vieillir ». Bien vieillir, qui pourrait être contre ? Qui ne le souhaiterait pas pour soi-même et pour autrui ? Qui oserait affirmer préférer vieillir mal ? C’est que le désir de bien vieillir de chacun sans trop d’inconvénients est devenu un slogan qui anime les cercles politiques, court dans les maisons de retraite, envahit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je l’ai invitée lors d’un prochain séjour à venir jouer avec l’orchestre de Paris et l’Ensemble orchestral de Paris.

Bertrand Delanoe
maire socialiste de Paris, Fév. 2005, en parlant de Condoleezza Rice

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.