RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
La police de la pensée matraque qu’il n’y a pas d’alternative possible au système...

La rêvolution, camarades

Révolution, rêvolution, ce n’est pas qu’une question d’accent circonflexe. Le rêve, l’utopie, recèlent une force propulsive, comme de « grands récits » et de grands moments de notre histoire l’ont prouvé.

Guevara ne rejetait pas le « romantisme révolutionnaire » ; il en faisait au contraire l’un des moteurs de la révolution. Sans rêve, l’avenir est obéré : no futur. L’utopie et son frère presque jumeau, le rêve, détiennent une fonction de mobilisation activable à tout moment, inépuisable tant qu’ils restent l’étoile pour des millions d’hommes et de femmes, comme la magie existe tant que les enfants y croient ; une fonction à la fois de critique notamment sociale, d’horizon alternatif. La critique du système exige le rêve, l’utopie, tout comme le rêve et l’utopie portent en eux la critique d’un système, le capitalisme, dont les dégâts posent la question même de la révolution, du communisme. Ne vaut-il pas mieux rêver ensemble que se désespérer seul ? Le père Hugo , prophétique, écrivait : « l’utopie, c’est la vérité de demain ». Sans le rêve et l’utopie, il ne reste que l’impossible gestion d’un capitalisme capable en fait de récupérer même ceux qui croient pouvoir en atténuer les effets, qui « l’humaniser », qui le « verdir »...

La révolution demeure à l’ordre du jour, y compris anthropologiquement. Elle est absolument nécessaire, toujours valide, plus urgente que jamais. Comment, alors, la rendre possible ? D’abord, en appelant un chat un chat, la révolution révolution : en reconquérant les concepts et la sémantique, en invalidant le méticuleux travail de sape des « voleurs de mots », des organisateurs du consentement, de la passivité, du contrôle social, de l’acceptation par défaut... Et aussi, en adoptant un projet politique de rupture. La critique du capitalisme a repris des couleurs, notamment en Amérique latine ; il est illusoire de croire que l’on pourrait se contenter de « réguler » le capitalisme sans toucher au coeur du système : le capital, la finance, les rapports de production, de propriété... La gueule de bois de nombreux militants est à la mesure des désillusions successives (et l’on aurait tort de les imputer seulement à d’autres), à la mesure des espoirs frustrés. Réactiver l’utopie, c’est réactiver la lutte des classes, qui pour les dominants n’a jamais cessé. Il convient de répondre plus radicalement à la demande de politique, d’intégrer des problématiques nouvelles, de redéfinir certains concepts, notamment ceux de progrès, d’écologie, de production, de travail, de consommation... , de réintégrer l’individualité comme levier de la révolution, une obsession du Che. L’homme et la femme doivent se transformer en transformant le monde, dans le même mouvement d’émancipation, sinon, ajoutait-il, le socialisme et la révolution ne valent rien. Aucune histoire, n’ayons de cesse de le rappeler, n’est prédéterminée. S’il n’y a pas de socialisme sans socialisation des secteurs clés de l’économie, de la banque, qui deviennent en quelque sorte des biens communs, rien de vraiment nouveau n’est réalisable, désirable. A condition d’intégrer également une pédagogie du bien commun, tout en engageant des logiques d’intérêt collectif, pour affronter la privatisation de l’espace public par le capitalisme, les multiples souffrances, et mutilations (etc.), engendrées par le modèle dominant actuel.

Ainsi conçu, le rêve concret, rebelle, communiste, est bien plus qu’un rêve, qu’un idéal. Il devient un mouvement libérateur, une éthique sociale et politique, humaine. Capable, en quelques mots, de changer la mesure du monde, de le remettre à l’endroit, de rompre avec les moules dominants. L’idée que le monde dans lequel nous vivons est inacceptable est, me semble-t-il, majoritaire. Mais pourquoi avons-nous alors tant de mal à faire partager des alternatives, à avoir le courage de les nommer vraiment, à retrouver crédibilité, lisibilité, différence ? La police de la pensée matraque en permanence qu’il n’y a pas d’alternative possible au système ; tout, pourtant, prouve le contraire. La pauvreté, se fatigue à répéter Jean Ziegler, est un crime délibérément organisé.

Les luttes créent du politique. Même perdues, elles ne sont jamais vaines. Elles entretiennent la colère, l’espoir, le refus de la fatalité, la créativité... Un proverbe vietnamien dit en substance : lorsque tu as un problème et que tu ne fais rien, tu es au coeur du problème. De la convergence des luttes peut émerger la concrétisation de l’idéal qui nous porte. Et qui vaut, malgré tous les malgré, la peine d’y consacrer une vie.

Jean ORTIZ, universitaire communiste.

URL de cet article 32755
  

Même Auteur
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains.

Viktor Dedaj

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.