Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

12 
Au milieu d’une pandémie de coronavirus...

Le Brésil de Bolsonaro implore des médecins cubains - après les avoir expulsés

Cuba a été forcée par le régime de Bolsonaro de mettre fin à un programme qui envoyait des médecins dans des régions reculées du Brésil.

Maintenant, le Brésil s’est rabattu sur la petite nation pour un soutien médical dont elle avait grand besoin - demandant l’aide des mêmes médecins cubains qu’il a expulsés il y a des mois.

La pandémie de coronavirus a submergé l’infrastructure sanitaire des pays du monde. Désespérés de contenir le virus mortel, les pays durement touchés, y compris même les pays européens riches comme l’Italie et la Grande-Bretagne, ont sollicité l’aide médicale d’experts de Cuba, de la Chine et du Venezuela.

Même le Brésil, actuellement sous le contrôle d’une administration d’extrême droite qui a rejoint les États-Unis pour diaboliser le gouvernement socialiste de Cuba, s’est rabattu sur la petite nation pour un soutien médical dont elle avait tant besoin - en demandant l’aide des mêmes médecins cubains qu’elle a expulsés il y a des mois .

Le président brésilien Jair Bolsonaro a appelé à plusieurs reprises au rétablissement de la dictature militaire, menacé de violence ses opposants politiques et soutenu les attaques terroristes contre le Venezuela .

Bolsonaro a également visé Cuba, louant la dictature militaire d’extrême droite d’ Augusto Pinochet pour avoir soi-disant empêché le Chili de devenir comme La Havane.

Avant que Bolsonaro ne soit élu président en 2018, des milliers de médecins cubains se trouvaient au Brésil , travaillant dans certaines des régions les plus pauvres et les plus reculées du pays. Leur aide est arrivée grâce à un accord entre La Havane et le gouvernement du Parti des travailleurs de gauche du pays, qui a demandé l’aide cubaine pour soigner ceux que le système de santé brésilien n’avait pas réussi depuis longtemps.

Tout au long de sa campagne présidentielle, Bolsonaro a critiqué les médecins cubains de son pays comme une cinquième colonne néfaste, les a dénigrés comme « terroristes » et s’est engagé à les expulser.

Lorsqu’il a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’État doux soutenu par les États-Unis contre le gouvernement du Parti des travailleurs, Bolsonaro a tenu sa promesse. Il a expulsé de nombreux médecins cubains, laissant les régions rurales pauvres sans personnel médical.

En février 2020, cependant, le gouvernement brésilien a commencé à inverser la tendance. L’administration de Bolsonaro n’a pas été en mesure de trouver des médecins qui serviraient dans ces régions reculées. Elle a donc accepté de permettre aux 1 800 médecins cubains restés dans le pays de retourner dans les communautés qu’ils avaient précédemment desservies.

Et maintenant, au milieu de la pandémie de Covid-19, l’occupant de droite de Brasilia a fait volte-face.

Lors d’une conférence de presse le 15 mars, le secrétaire brésilien à la Santé, João Gabbardo, a demandé à Cuba de renvoyer les médecins qui avaient été expulsés pour empêcher le système de santé du pays de s’effondrer alors qu’il luttait contre une pandémie en expansion.

Gabbardo a déclaré que 5 000 des médecins cubains redéployés au Brésil seront affectés à des centres de soins primaires dans tout le pays.

Le renversement de l’administration de Bolsonaro a été particulièrement embarrassant étant donné que, l’année dernière, le président a affirmé que les médecins cubains n’étaient pas de vrais experts médicaux, mais des laveurs de cerveau idéologiques formant des Brésiliens pauvres à devenir des guérilleros communistes.

« Le PT [Parti des travailleurs] a envoyé environ 10 000 médecins costumés au Brésil ici, dans des endroits pauvres, pour créer des cellules de guérilla et endoctriner les gens. À tel point que, quand je suis arrivé, ils sont partis, parce que j’allais les poursuivre », a déclaré Bolsonaro dans une chape de complot en 2019.

La sombre réalité de la crise des coronavirus a contraint même les ennemis jurés de Cuba à demander de l’aide à son système médical de renommée mondiale.

Le Brésil possède la cinquième économie du monde et la sixième plus grande population, avec plus de 210 millions d’habitants. Cuba, quant à lui, est un pays relativement pauvre avec environ 11 millions d’habitants et souffre sous un régime de sanctions étouffant américain. Mais grâce à son système socialiste, La Havane dispose de médecins hautement qualifiés et engagés sur le plan éthique - même pour les pays qui ont aidé les États-Unis à demander un changement de régime contre elle.

Le Parti des travailleurs a répondu à la nouvelle dans un communiqué : « Le président Bolsonaro doit ses excuses à la population brésilienne et à tous les médecins cubains qui ont été pratiquement expulsés du Brésil face à des attaques, des mensonges et de fausses nouvelles. »

Ben NORTON

dimanche 29 mars 2020.

La Grayzone / https://thegrayzone.com/2020/03/17/coronavirus-brazil-cuban-doctors-bolsonaro/

Logo de l’article : Des médecins cubaines observent une procédure dans un dispensaire de Brasilia.

»» http://cubacoop.org/spip.php++cs_INTERRO++page=article++cs_AMP++amp ;id_article=4662
URL de cet article 35911
   

La Machine de guerre américaine
Peter Dale SCOTT
« J’avais dit du précédent livre éblouissant de Peter Dale Scott traitant de ce sujet, (Drugs, Oil and War) "qu’il faisait passer la plupart des explications journalistiques et universitaires concernant nos interventions passées et présentes pour une propagande gouvernementale écrite pour les enfants’. Son dernier ouvrage est encore meilleur. Lisez-le ! » - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », auteur de Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagone Papers Ce livre stimulant et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.