RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le commandant en chef des forces américaines au Moyen-Orient démissionne à cause d’un article sur la guerre à venir contre l’Iran

en photo : l’amiral William Fallon

L’amiral William Fallon, chef du Central Command américain, une instance dirigeante de l’armée américaine qui a autorité sur les guerres en Irak et en Afghanistan, a remis sa démission mardi dernier après qu’un article publié dans le magazine Esquire du mois d’avril l’eut dépeint comme un opposant des plans de l’administration Bush pour une guerre contre l’Iran.

La démission a été annoncée par le secrétaire à la Défense Robert Gates alors que Fallon devait se rendre en Irak afin de s’entretenir avec des commandants américains. Ce n’est que le plus récent événement d’une série d’incidents qui ont dévoilé les profondes divisions au sein de l’armée et des services du renseignement sur le désir évident de la Maison-Blanche de trouver un prétexte pour une attaque militaire contre l’Iran.

Ce conflit au Pentagone avait été précédé par la publication du rapport du Renseignement national (NIE) en décembre dernier dans lequel les agences américaines du renseignement avaient miné la crédibilité des allégations de l’administration Bush selon lesquelles l’Iran développait rapidement des armes nucléaires. Le rapport concluait qu’un tel programme iranien avait été suspendu en 2003 et n’avait jamais été repris. Plus tôt ce mois-ci, l’administration a semblé mettre cet élément de côté en débutant une nouvelle escalade de pressions diplomatiques contre l’Iran et en faisant passer une troisième résolution de sanctions au Conseil de sécurité de l’ONU.

L’article d’Esquire, écrit par Thomas Barnett, un ancien professeur au Naval War College, fut rédigé avec la pleine coopération de Fallon. Il décrivait ce dernier en des termes on ne peut plus flatteurs comme un officier « brillant » qui à lui seul réussit à freiner les ardeurs d’une Maison-Blanche téméraire et déterminée à mener une guerre contre le régime iranien.

L’article avait laissé entendre que Fallon pourrait être évincé de son haut poste militaire en raison de ses positions. Si cela se produisait, écrit Barnett, « cela pourrait bien signifier que le président et le vice-président prévoient agir militairement contre l’Iran avant la fin de l’année et ne veulent pas d’un commandant dans leurs pattes ».

Le contenu principal de la conférence de Gates, où il annonça la démission de Fallon, fut de nier la conclusion que le départ du chef du Central Command pouvait signifier qu’une attaque américaine contre l’Iran était imminente. Lorsque des journalistes lui posèrent la question directement, Gates répondit, « C’est complètement ridicule. »

Gates et Fallon ont tous deux prétendu que l’amiral n’entretenait pas de différends politiques majeurs avec la Maison-Blanche et qu’il quittait en raison de l’exagération de ces différends dans l’article d’Esquire. Fallon a émis une déclaration affirmant que, « Les récents articles qui laissent entendre qu’il y a une rupture entre mes positions et les objectifs politiques du président sont devenus un égarement à un moment crucial et nuisent aux efforts » du Central Command.

Gates a dit qu’il y avait une « mauvaise perception » des divisions qui existent entre Fallon et la Maison-Blanche par rapport à l’Iran. « Nous avons tenté de mettre cette mauvaise perception derrière nous pendant quelques mois et, franchement, ça n’a pas fonctionné », a-t-il dit. « Voilà pourquoi je crois qu’il a fait le bon choix. »

Le Lieutenant-général Martin Dempsey, l’adjoint de Fallon, va diriger le Central Command jusqu’à ce qu’un remplaçant soit sélectionné et entériné par le Sénat. Les spéculations de la presse et du Pentagone se sont immédiatement tournées vers le Général David Petraeus, celui qui commande les opérations en Irak et dont la profonde rivalité qu’il avait avec Fallon était bien connue. C’était aussi celui qui outrepassait son supérieur nominal pour communiquer directement avec la Maison-Blanche.

Personne ne peut croire que Fallon, un vétéran de la Marine de 41 ans qui a fait des centaines de missions de combat pendant la guerre du Vietnam, met fin à sa carrière en raison de la déformation de son point de vue par les médias. Il fait partie d’une section substantielle du corps de l’armée qui croit maintenant que l’idée fixe de Bush sur l’Irak va à l’encontre des intérêts stratégiques de l’impérialisme américain.

Il a apparemment défendu la position selon laquelle la guerre en Irak est devenue contreproductive du point de vue du maintien de la domination américaine sur la région où le Central Command est en opération, de l’Égypte au sous-continent indien, en passant par tout le Moyen-Orient et l’Asie du Sud, où la majorité des réserves mondiales de pétrole et de gaz naturel sont concentrées.

Fallon a fait occasionnellement des déclarations critiques de la politique étrangère de l’administration Bush. L’automne dernier, il a dit au réseau télévisé Al Jazeera que les déclarations belliqueuses contre l’Iran faites par des responsables civiles comme le vice-président Cheney ne sont « pas efficaces ni utiles. » La semaine dernière, en témoignant devant le Comité de la Chambre des représentants, il a réclamé une « sorte d’accommodement » avec le PKK, le mouvement nationaliste kurde qui mène une guérilla au sud-est de la Turquie.

Fallon a apparemment soutenu, dans les mêmes termes que les candidats à la présidence du Parti démocrate Hillary Clinton et Barack Obama, un retrait limité des troupes américaines de l’Irak pour les redéployer en Afghanistan.

Clinton a publié une déclaration décrivant Fallon comme la « voix de la raison » et réclamé un vote du Congrès avant toute action militaire contre l’Iran. Le sénateur John Kerry, le candidat présidentiel démocrate défait en 2004 a dit que « le Congrès doit déterminer immédiatement si la démission de l’amiral Fallon est un autre exemple de personne disant la vérité et forcée de se rallier à l’administration Bush. Son départ ne doit pas ouvrir la voie à une course vers la guerre en Iran. »

Le départ de Fallon a suscité beaucoup de spéculations à propos d’une imminente opération militaire des Etats-Unis contre l’Iran. Dans un commentaire intitulé « Sommes-nous plus près de la guerre ? », le chroniqueur en ligne du Washington Post, Dan Froomkin, a écrit : « Il n’est pas impossible que Bush et de Cheney ordonnent une attaque préventive de grande envergure contre l’Iran. Mais, le scénario le plus probable est que les Etats-Unis répondront de façon asymétrique à une provocation de l’Iran (possiblement fabriquée de toutes pièces) ». Autrement dit, un chroniqueur du principal quotidien de la capitale américaine prend pour acquis que l’administration Bush est prête à fabriquer un prétexte pour une agression militaire.

Le site internet U.S. News and World Report, a publié un commentaire titré, « 6 signes indiquant que les États-Unis se dirigent peut-être vers une guerre en Iran », mentionnant la démission de Fallon, le voyage du vice-président Cheney et plusieurs actions menées par Israël, y compris la frappe aérienne de septembre dernier contre la Syrie.

Il y avait aussi en ligne au moins un rapport sur une rencontre du conseil de guerre de la Maison-Blanche, celle du samedi le 8 mars, discutant des « plans pour une frappe quelconque contre l’Iran ce printemps ».

Les médias ont largement couvert l’intensité des conflits internes au Pentagone. Le Wall Street Journal faisait une comparaison entre le départ de Fallon et le congédiement par le président Truman du général Douglas McArthur durant la guerre de Corée, notant que Fallon entrait fréquemment en conflit avec le général David Petraeus, le commandant en Irak et un favori de la Maison-Blanche.

NBC Nightly News rapportait que Gates avait forcé Fallon à démissionner, sous la pression de la Maison-Blanche, refusant même de prendre ses appels téléphoniques. Sur CBC News, le correspondant au Pentagone, David Martin notait, « Quasiment tous les officiers militaires haut placés sont opposés à une guerre contre l’Iran, mais à partir de maintenant, ils vont être plus prudents dans leurs confidences. »

Selon un article paru dans l’Esquire, Fallon avait délibérément décidé de rendre publics ses différends de longue date avec la Maison-Blanche, soit parce qu’il avait conscience de l’appui considérable dont il jouissait parmi les militaires, ou qu’il était préoccupé par une agression militaire qu’il savait imminente et qu’il pensait pouvoir retarder ou bloquer en attirant l’attention des médias.

Les éditorialistes du Wall Street Journal, vibrants défenseurs de l’expansion militaire au Moyen-Orient, ont publié un commentaire présentant l’éjection de Fallon comme faisant partie d’un débat plus large sur la politique en Irak. « Des représentants haut placés du Pentagone - y compris selon nos sources le secrétaire à la défense Robert Gates, le chef d’état-major interarmes américain Mike Mullen, le chef du personnel de l’armée George Casey et l’amiral Fallon - ont demandé avec empressement des coupures plus profondes dans le nombre des troupes en Irak », écrivait le journal.

Citant des déclarations contradictoires faites durant les deux dernières semaines à propos de la date du retrait des dernières troupes à avoir été envoyées en Irak dans le cadre de l’intensification de l’offensive, le journal arguait que la meilleure réponse aux craintes que la guerre mette une pression indue sur l’armée « était d’augmenter le nombre des soldats et des marines et d’augmenter les dépenses de la défense pour les faire passer des 4,5 pour cent actuels à entre 5 et 6 pour cent du produit intérieur brut. »

Le journal appelait Bush à se ranger du côté de Petraeus et à s’engager à prendre une attitude plus agressive pour une victoire en Irak. « Ayant résisté avec succès aux pressions du Congrès démocrate pour un retrait prématuré des troupes, il serait étrange en effet pour M. Bush de plier à des pressions identiques venant de sa propre bureaucratie. »

Patrick Martin
20 mars 2008

http://www.wsws.org/francais/News/2008/mar08/topc-m20.shtml

(Article original anglais paru le 13 mars 2008)

URL de cet article 6210
  

Agent Orange - Apocalypse Viêt Nam
André BOUNY
Si un jour existe une unité capable de mesurer la douleur et la souffrance, elle devra s’appeler Viêt Nam. « De tous les crimes de guerre, celui de l’Agent Orange au Viêt Nam est particulièrement hideux. » Noam Chomsky, membre du Comité International de Soutien aux victimes de l’Agent Orange Dow Chemical, Monsanto, Diamond, Uniroyal, Hercules… Découvrez les crimes impunis des marchands de la mort. L’effroyable réalité d’un écocide chimique Si l’histoire de l’utilisation des poisons, (venins et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Même les morts ne peuvent reposer en paix dans un pays opprimé.

Fidel Castro

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.