RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

33 

Le doute pour le doute est un chemin périlleux. Nous devons éviter de sombrer dans un cynisme fatal.

Ce que je considère comme la gauche cynique reproche une fois de plus à la gauche critique progressiste, moi y compris, de ne pas avoir écrit ce qu’elle aurait voulu voir écrit sur Covid-19. Je prends cela comme une sorte de compliment involontaire : qu’ils pensent que nous pouvons écrire sur leurs préoccupations mieux qu’ils ne le pourraient eux-mêmes.

Mais même si je voulais rédiger l’argumentaire de quelqu’un d’autre, il serait toujours difficile de savoir avec certitude ce que la gauche cynique attend des auteurs progressistes : que nous prononcions la pandémie comme un mensonge, ou que nous déclarions que le danger qu’elle représente est exagéré, ou que nous dénoncions le port du masque comme une atteinte à la liberté individuelle, ou que nous affirmions que le confinement est un prélude à 1984 de George Orwell. Ou peut-être tout cela.

Quoi qu’il en soit, la réprobation m’a au moins incité à énoncer les 15 points suivants qui, je suppose, constituent une sorte de déclaration de mission à l’intention de mes lecteurs, en utilisant le Covid-19 comme modèle. J’espère qu’ils clarifieront ce que j’essaie de réaliser avec mon blog et pourquoi je considère la gauche cynique non seulement comme malavisée et inefficace, mais aussi comme un frein à changement progressiste. Ils risquent de contribuer aux pires tendances dans nos sociétés de plus en plus polarisées et dysfonctionnelles.

1. Permettez-moi de commencer par un bref commentaire sur Covid-19. Je n’ai rien de particulier, d’informé ou d’intéressant à dire sur le virus que je n’ai pas déjà dit dans des articles précédents sur mon blog. Je ne répète pas la même chose encore et encore - du moins pas intentionnellement.

Si je devais écrire en ce moment sur la pandémie, j’ajouterais seulement des déclarations qui me semblent relativement évidentes et qui ont déjà été faites dans les médias "grand public" :

- que la plupart des gouvernements occidentaux se sont montrés profondément incompétents ou corrompus dans la gestion du virus ;
- que, même pendant une pandémie, il doit y avoir un équilibre entre les besoins de la santé publique et notre besoin d’un sens pratique de la communauté, et chaque jour, j’ai des doutes quant à savoir où cet équilibre se situe ;
- et que les gouvernements en difficulté tenteront d’exploiter au mieux la pandémie pour imposer des mesures plus répressives à leurs populations, exactement comme cela se passe actuellement là où je vis, en Israël.

Les atteintes à nos libertés doivent être identifiées et traitées au fur et à mesure qu’elles se produisent. Je ne vois pas de conspiration mondiale visant à nous enfermer tous dans nos foyers. Ceux qui voient une telle conspiration devraient écrire des articles pour me convaincre et convaincre les autres qu’ils ont raison, et non pas se plaindre que je n’ai pas écrit l’article à leur place.

2. L’incompétence et la corruption de nos gouvernements dans le traitement du Covid-19 ne sont pas spécifiques au virus. Ce sont les symptômes de systèmes politiques défectueux qui ont été confisqués il y a longtemps par les intérêts économiques privés. Les gouvernements occidentaux technocratiques n’ont pas de véritables solutions à la pandémie, tout comme ils n’ont pas de véritables solutions pour l’effondrement des écosystèmes ou pour rendre nos systèmes économiques, basés sur une croissance sans fin sur une planète finie, durables. La raison pour laquelle ces défis les dépassent est qu’ils ne sont porteurs d’aucune valeur, si ce n’est une concentration toujours plus grande de la richesse.

3. Même si moi ou d’autres devions nous concentrer uniquement sur le Covid-19, il y a des choses bien plus urgentes à aborder que les masques et les confinements. Comme la façon dont nous avons augmenté notre exposition à de nouveaux virus comme Covid par une colonisation et une exploitation effrénées des dernières zones sauvages de la planète, privant d’autres espèces de leur habitat naturel. Comme la façon dont les incitations économiques dans la production alimentaire font en sorte que nous sommes privés d’une alimentation adéquate et encouragés à nous gaver de calories inutiles, provoquant une épidémie d’obésité et de maladies chroniques, qui a affaibli nos défenses naturelles contre les maladies, en particulier les nouvelles maladies comme Covid-19. Je suis moins préoccupé par le confinement que par les modes de vie occidentaux qui font du confinement notre seul moyen d’éviter des taux de mortalité plus élevés.

4. Plus généralement, mon journalisme s’efforce d’attaquer les structures de pouvoir occidentales là où elles sont le plus ouvertement agressives, le plus injustes, le plus exposées et le plus vulnérables. Je consacre mes ressources et mon énergie très limitées à essayer de persuader les lecteurs des conspirations très réelles et très visibles - des conspirations structurelles - perpétrées par nos élites pour maintenir et étendre leur pouvoir.

5. Il existe des conspirations très explicites qui peuvent être appréhendées avec juste un peu d’esprit critique, comme les efforts actuels pour enfermer à vie Julian Assange pour avoir exposé les crimes contre l’humanité des États-Unis et la campagne de cinq ans visant à détruire l’ancien chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, avant qu’il ne puisse atteindre une position où, comme certains le craignaient, il aurait été en mesure de perturber le statu quo néolibéral qui nous conduit rapidement vers l’extinction. Cette conspiration a impliqué de hauts responsables du parti travailliste, comme l’ont démontré des documents fuités.

Une conspiration similaire de la direction du parti démocrate aux États-Unis visant à empêcher Bernie Sanders de devenir le candidat du parti à la présidence en 2016 a été révélée dans une fuite des courriels du DNC, bien que cela, bien sûr, ait été largement effacé de nos mémoires et remplacé par un simple récit sur les méfaits "russes".

6. Il y a une raison pour laquelle les conspirations ouvertes - comme celles contre Assange et Corbyn - ne sont pas évidentes pour une plus grande partie des publics occidentaux : les efforts coordonnés des médias commerciaux, ceux de droite comme de ceux dits de "gauche libérale", pour préserver l’orthodoxie narrative. On peut le voir dans le black-out médiatique sur ce qui se passe dans les audiences d’extradition actuelles d’Assange, et dans la campagne de désinformation générale menée précédemment par les médias contre Corbyn. Je me suis concentré sur ces cas parce qu’ils peuvent encourager les lecteurs à se demander si les médias commerciaux cherchent vraiment la vérité, comme ils le prétendent, ou s’ils sont simplement le service de relations publiques de la classe dirigeante.

7. Ces conspirations politiques et médiatiques sont le talon d’Achille d’un grand récit conçu pour mettre en évidence la supériorité morale et la bienveillance globale de l’Occident. Révéler ces conspirations est le meilleur espoir d’amener les gens à se poser des questions - des questions qui pourraient les amener à comprendre que nos dirigeants et nos systèmes politiques sont maintenant contrôlés par des bailleurs de fonds milliardaires qui ne poursuivent même pas les intérêts de leur propre pays, sans parler des intérêts de l’humanité et de la planète. Cette classe de milliardaires poursuit plutôt des intérêts corporatifs étroits et autodestructeurs, qu’il s’agisse des banques qui endettent les gens, des compagnies pétrolières qui alimentent les crises environnementales systémiques, ou des fabricants d’armes qui font pression pour des guerres sans fin contre un "terrorisme" insaisissable.

8. Le Covid-19 ne semble pas être l’un de ces points faibles du discours occidental, notamment parce qu’il est très difficile de discerner un discours occidental significatif sur le virus autre qu’un accord général sur le fait qu’il s’agit d’une maladie dangereuse pour certaines parties de la population et que sa propagation rapide pourrait submerger les services de santé de la plupart des pays.

Pour contester et perturber ce discours, il faudrait soit persuader le public que la maladie n’est pas dangereuse du tout, soit que les systèmes de santé peuvent facilement faire face à un afflux massif de malades. Même si je croyais que c’était vrai, ce qui n’est pas le cas, mes chances de persuader quiconque - en dehors du petit cercle de croyants parmi la gauche cynique - que je devrais être mieux écouté que la majorité des épidémiologistes seraient proches de zéro. Et même si je pouvais persuader un nombre important de personnes, qu’est-ce que cela suggérerait sinon que nos dirigeants politiques sont des imbéciles qui écoutent ce que leur dit le corps médical ? Quel genre d’éveil politique cela représenterait-il ?

9. S’il existe vraiment une conspiration autour du virus, il n’est pas nécessaire que des auteurs comme moi le dénoncent. Ce n’est pas l’équivalent d’un journaliste que peu d’entre nous ont rencontré et qui est enfermé à l’abri des regards, ou d’un dirigeant politique que peu d’entre nous ont rencontré et qui est uniformément cloué au pilori dans les médias. Il s’agit d’un virus qui se répand dans la population. S’il s’agit d’un canular, s’il n’y a pas de danger, si le confinement est totalement inutile, la vérité sera finalement évidente pour les gens ordinaires sans l’intervention d’experts comme moi. Les gens ne veulent pas être enfermés. C’est la peur, pour eux-mêmes ou pour leurs proches, qui les rend dociles. S’ils arrivent à la conclusion que les restrictions de leur liberté sont inutiles, ils réagiront - quoi que je leur dise ou que d’autres leur disent.

10. Alors que je suis encore une fois réprimandé pour ne pas avoir contesté les motifs soi-disant néfastes du confinement, ma famille et moi en subissons un deuxième à Nazareth. Vu d’ici, il ne semblerait pas que Nétanyahou soit en train de mener le système de santé israélien au bord de l’effondrement ; il semblerait que ce soit le virus. Il est certain que Nétanyahou a été incompétent. Et il est tout aussi certain qu’il espère mettre un terme aux protestations croissantes dans les rues contre son régime en exploitant une crise de santé publique.

Ses abus du système ne signifient pas que, alors qu’Israël est aux prises avec ce qui semble être le pire taux d’infection par habitant au monde, le nouveau confinement est nécessairement la mauvaise politique. Mais cela signifie que les motivations du gouvernement Netanyahu sont confuses et que le mécontentement du public s’accroît. D’autres gouvernements observent sûrement comment Nétanyahou résiste à cette tempête.

11. Les craintes concernant la menace que représente Covid pour les systèmes de santé occidentaux ne me semblent pas être une conspiration politique ou médiatique. Les craintes de cette menace semblent faire l’objet d’un consensus au sein de la profession médicale occidentale. Il est possible que le corps médical ait finalement tort. Mais il est difficile de croire qu’ils disent ce qu’ils disent uniquement parce que cela convient aux politiciens - ou même que ce qu’ils disent est ce que la plupart des politiciens veulent entendre. Les politiciens ne sont que trop conscients de la frustration croissante des citoyens qui sont enfermés à répétition, voient leur emploi disparaître et les économies locales s’effondrer. Les politiciens occidentaux me paraissent profondément indécis, craignant une éventuelle réaction populaire, et non des co-conspirateurs d’un grand complot visant à nous enfermer tous indéfiniment.

12. Nous sommes sur le fil du rasoir, et je ne fais pas référence ici à Covid-19.

D’une part, nous sommes dans une course - si nos sociétés doivent survivre - pour parvenir à un nouveau consensus, à un nouveau contrat social, en reconnaissant que nous avons besoin d’un changement urgent et fondamental. Pour cela, il faudra d’abord que la population accepte mieux que nos dirigeants sont incapables de mener ce changement parce qu’ils sont pris au piège de structures politiques défectueuses. Ces structures sont irrémédiablement défectueuses parce qu’elles ont été confisquées il y a longtemps par des intérêts économiques qui dépendent eux-mêmes de politiques qui nous poussent vers l’extinction. Nous devons approfondir et étendre le doute populaire car, sans lui, il n’y aura pas assez de personnes qui pensent de manière critique pour pousser à un changement global.

13. D’autre part, trop de doute - le doute pour le simple plaisir de douter ou le doute cynique - n’améliorera pas nos chances de réorganiser nos sociétés et de nous donner une chance de survie. Le danger est que le scepticisme justifié, éduqué et ciblé se transforme en un cynisme fataliste, débridé et épuisant. C’est une tendance que nos dirigeants ont cultivée en nous - le plus souvent par inadvertance - par leur propre soutien nihiliste à un statu quo néolibéral qui, de plus en plus clairement, nous précipite vers un avenir désolant.

14. Le doute est une chemin périlleux à suivre. Il comporte une bifurcation décisive : une voie qui peut mener au salut, et un autre qui mène avec une certitude absolue vers la ruine. Si le doute nous envahit au point de ne plus croire en rien, ou si nous considérons que tout est un complot, nous serons paralysés dans l’inaction et le désespoir.

15. Il est difficile de vivre sans espoir. Les êtres humains ont besoin d’espoir, même lorsqu’il semble évident qu’il n’y en aplus. Si nous perdons le sentiment que nous pouvons créer un véritable changement par nos actions, nous finissons - comme certains le font déjà - par nous tourner vers les autorités et les figures paternelles qui peuvent nous rassurer en nous disant que, même si notre situation semble sombre, ils peuvent l’améliorer, ils ont les réponses.

La gauche cynique veut entraîner la gauche critique dans une voie qui nous propulse vers cet avenir maudit. Ce n’est pas ma voie. Je continuerai à ignorer les appels des sirènes qui m’entraîneraient vers un cynisme destructeur et m’éloigneraient d’une pensée critique constructive.

Jonathan COOK

Traduction "oui, mais tu penses quoi de Raout ? Nan, j’déconne..." par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.jonathan-cook.net/blog/2020-10-01/doubt-path-despair-cynicism/
URL de cet article 36521
   

Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs.

Malcolm X.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.