RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le FMI et la Banque mondiale perdent de leur influence. Le Venezuela annonce son retrait de ces institutions, par Mark Weisbrot.








Vendredi 4 mai 2007.


La décision du Venezuela de se retirer du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale sera perçue aux Etats-Unis comme un nouvel épisode du duel qui oppose le président Chávez et le gouvernement Bush. Mais, dans le reste du monde, cette décision sera sans doute comprise de façon différente et elle pourrait avoir un impact sur ces deux institutions qui ont perdu en influence et en légitimité ces dernières années dans les pays en développement.

D’autres pays pourraient suivre l’exemple vénézuélien. Le président équatorien Rafael Correa a demandé, la semaine passée, au représentant de la Banque mondiale de quitter le pays, geste sans précédent. Le président Correa a ajouté le commentaire suivant : « Nous ne nous soumettrons pas à l’extorsion de la bureaucratie internationale ». En 2005 la Banque mondiale avait suspendu un prêt de 100 millions de dollars à l’Equateur pour essayer de contraindre le gouvernement à utiliser les revenus du pétrole pour financer la dette plutôt que des mesures sociales. Ces deux institutions ont agi de cette façon pendant des décennies. Le FMI étant le principal responsable -et le département du Trésor des Etats-Unis disposant d’un droit de veto-, l’ensemble constituait un « cartel de créanciers » qui pouvait exercer des pressions énormes sur les gouvernements pour tout un éventail de décisions à caractère économique. Cette pression n’a pas seulement provoqué un ressentiment généralisé, mais elle s’est soldée par des échecs économiques dans les pays ou les régions où le FMI et la Banque mondiale ont eu le plus d’influence. Ces vingt-cinq dernières années l’Amérique latine a connu ses plus mauvais chiffres de croissance depuis plus d’un siècle.

Le Venezuela a également des griefs bien précis contre le FMI, et cela pourrait susciter la sympathie d’autres pays en développement qui ont des gouvernements démocratiques de centre-gauche. Le 12 avril 2002, quelques heures à peine après le coup d’Etat militaire qui avait renversé le président élu, le FMI avait déclaré publiquement qu’il était « prêt à aider le nouveau gouvernement [de Pedro Carmona] de la façon qu’il considérerait appropriée ». Cette offre instantanée d’un soutien financier à une dictature à peine étrennée -une dictature qui avait déjà dissous la constitution du pays, l’assemblée parlementaire, la Cour suprême, etc.- était un fait sans précédent dans l’histoire du FMI. Généralement le FMI ne réagit pas si vite, y compris pour un gouvernement élu. Peu importe que ce geste ait été perçu au Venezuela et ailleurs comme une tentative de la part du FMI d’apporter son soutien au coup d’Etat. La Maison Blanche, qui domine le FMI, -informée du coup d’Etat avec antériorité- l’avait soutenu et avait financé certains de ses dirigeants. C’est ce que montrent les documents officiels du gouvernement des Etats-Unis. De surcroît, le Venezuela est mécontent parce que ces dernières années le FMI a constamment sous-estimé sa croissance économique - le FMI a fait de même pour l’Argentine. Les calculs du FMI sont très utilisés et ils influencent donc les investisseurs.

Il existe un ressentiment généralisé dans le monde à l’égard du FMI et de la Banque mondiale. Le scandale à propos de la gestion de la Banque mondiale par Paul Wolfowitz va provoquer l’expulsion du président le plus impopulaire qu’ait connu l’institution ; mais ce n’est là que le sommet de l’iceberg. Le mois dernier, le Bureau indépendant des évaluations du FMI a déclaré que depuis 1999 près des trois quarts des aides aux pays pauvres de l’Afrique sub-saharienne ne sont pas effectivement versées. Ce qui se passe, à la demande du FMI, c’est que cet argent est utilisé pour payer les dettes accumulées. C’est terrible de faire cela aux pays les plus pauvres du monde, lesquels ont désespérément besoin de cet argent pour faire face à la pandémie de SIDA/HIV.

La décision du Venezuela renforcera probablement la position des pays en développement qui réclament d’importantes réformes au sein du FMI et de la Banque mondiale. Actuellement les Etats-Unis, avec 5% de la population mondiale, ont plus de voix au sein du FMI que les pays représentant la majorité de la population de la planète. Les pays en développement, qui subissent les conséquences des erreurs commises par ces institutions, ne participent quasiment pas aux prises de décision. Le geste du Venezuela -et de tout pays agissant de la même façon- montre qu’il existe une option tout à fait réaliste : se retirer de ces institutions.

Il reste à voir si cela conduira à une modification de la relation de type néocolonial qui existe entre ces institutions et les emprunteurs. Il est plus probable que ces institutions continueront de perdre de leur influence dans le monde en développement, comme cela a déjà commencé à se passer depuis environ dix ans.

Mark Weisbrot


- Source : Common Dreams www.commondreams.org

- Traduction : Numancia Martà­nez Poggi




Un progrés important vers la création d’ une banque du Sud, par Charlotte Bozonnet.

Amérique latine : La bipolarisation inévitable, par Raul Zibechi.






URL de cet article 5067
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si les lois de Nuremberg étaient appliquées, chaque président des Etats-Unis de l’après-guerre aurait été pendu.

Noam Chomsky

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.