RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le gang des Bois du Temple : ma cité contre l’Arabie Saoudite

Il était facile d’opposer Le gang des Bois du Temple à la dernière Palme d’or : pour L’Humanité, c’est « une anatomie d’une chute « sans cinoche » » . Rabah Ameur-Zaïmeche nous propose en effet l’« anatomie » d’une bande de lascars dans une cité : cela nous ouvre plus au monde réel et aux problèmes de la société actuelle que les avanies d’un couple d’intellos conçues pour le Festival de Cannes. La presse est le plus souvent élogieuse (une des seules exceptions : Le Figaro) à l’égard du film de RAZ ; il est certes surprenant, à la fois humain, poétique, mais aussi hétérogène, et on peut s’interroger sur certains aspects, religieux et politiques.

Ce n’est pas un film d’action qu’a voulu faire RAZ : le braquage lui-même, l’enquête par un détective privé, et le dénouement sanglant sont rapidement expédiés, presque résumés, en opposition à des séquences, qu’on pourrait considérer comme des temps morts, ou de flottement, qui sont, elles, filmées avec lenteur, et développées. RAZ prend plaisir à faire sentir l’atmosphère conviviale d’une cité, le vivre ensemble au quotidien d’habitants solidaires, unis par leurs conditions de vie en marge de la ville, et un avenir bloqué ; il y a une très jolie scène, pleine d’humour, où les lascars, prudents après la réussite de leur coup, dépensent modestement leurs gains en sachets de graines pour nourrir les pigeons. Mais leur tentative pour échapper à l’impasse de la cité tournera vite mal : ce sera « la chute cruelle d’une utopie politique » (Culturopoing).

Mais les aventures des lascars sont encadrées par deux séquences dont le protagoniste est un certain Monsieur Pons, qui se veut anodin (il est surtout connu dans la cité par sa mère qui offrait des crêpes aux gamins), mais qui est en fait très mystérieux.

Le film s’ouvre sur la mort de sa mère, et on suit la messe funèbre, filmée très longuement et de façon très rapprochée. Le premier sentiment est de surprise : pas de prières dirigées par un imam, mais une messe catholique – et à aucun moment dans le film il ne sera question d’Islam, que ce soit pour (Les Misérables) ou, comme plus souvent, contre. Par contre, la caméra suit attentivement, et même respectueusement, les gestes du prêtre, les va-et-vient de la cassolette d’encens, et la fumée qui s’en échappe (on ne peut ici que se souvenir des origines orientales du rituel catholique). Et l’on restera dans l’église tout le temps d’une chanson (ou cantique) chantée d’une voix rauque et hiératique par une vieille dame : Annkrist (chanteuse bretonne qui a eu son heure de gloire dans les années 70, et qui est, depuis 2021, redécouverte).

Mais, avant même cette scène, on voyait un panoramique aérien, plongeant sur la ville proche (Bordeaux, en l’occurrence : la Cité des Bois du Temple, à Clichy sous Bois, a été détruite, et RAZ la recrée, peut-on dire, de façon universelle), à partir du toit d’un immeuble, et du regard de M. Pons. Même s’il semble seulement, au début, n’être que l’ami de la bande, c’est ainsi lui qui domine (au propre comme au figuré) tout le film, auquel il apporte aussi sa conclusion.

Qui est donc M. Pons ? Il veille d’en haut sur la cité, essayant d’aider ses habitants (il ramasse même les sacs poubelle abandonnés sur la pelouse) : on pense aux anges des Ailes du désir, de Wim Wenders. Le film aurait pu s’appeler : Le ciel au-dessus de Clichy sous Bois (comme le titre allemand du premier : Le ciel au-dessus de Berlin). M. Pons est « l’ange de la cité » (entendu dans le débat sur le film de France Culture), un « collègue » de Damiel, l’ange qui renonce au ciel pour aider une humaine. Dans la cité, M. Pons se déplace toujours avec son caddy : peut-être contient-il, au lieu de courses, ses ailes ? Et lorsque le gang aura été liquidé, M. Pons, ancien soldat, se décidera à ressortir son arme, pour se transformer en Justicier (c’est, heureusement, l’antithèse de l’ignoble Dheepan, d’Audiard, où l’ancien soldat des Tigres sri-lankais ressortait son arme pour nettoyer son immeuble des Noirs et des Arabes). On peut alors faire le lien avec la scène de l’église : lorsque le prêtre (dont le visage reste toujours invisible) place sa main sur le visage en larmes de M. Pons et l’attire à lui pour le consoler, c’est comme si Dieu l’élisait pour lui confier une mission.

Cette lecture expliquerait l’aspect de « poésie élégiaque » (France Culture) qui émane du film. Mais on est gêné par le choix étonnant, pour incarner l’Ange de la Justice, ou de la Miséricorde, d’un ex-soldat des forces coloniales françaises, qui plus est sniper, qui, dit-il, est intervenu au Rwanda (et on sait bien que la France n’est pas intervenue pour s’opposer au génocide), au Congo. Les « grands frères » musulmans remplacés par un tonton sniper ? Voilà qui est inquiétant.

Un autre élément étonnant, c’est le choix, comme victime du braquage, d’un prince saoudien, montré, à plusieurs reprises, de façon caricaturale : égrenant son chapelet, le visage caché par les pans de sa keffieh rouge, donnant sa main à baiser, de façon féodale ou mafieuse, à son homme de confiance étasunien.
Les critiques se montrent souvent flous quant à sa nationalité, le désignant comme « qatari », « émirati », ou, plus vaguement, arabe. Mais non, il est clairement identifié dans le film comme saoudien : dans le débat de France Culture, on s’étonne, judicieusement, qu’un prince saoudien apparaisse comme l’ennemi numéro un des habitants des cités ! Le film aurait été plus fort, et on l’aurait suivi plus volontiers, si le gang avait dérobé, outre l’argent, la mallette pleine de papiers compromettants à un grand dirigeant d’entreprise franco-étasunien, ou (rêvons un peu) à Macron : c’est seulement ainsi que l’intrigue aurait eu un véritable enjeu.

Mais on peut faire une hypothèse : le film s’intègre bien (que RAZ en soit ou non conscient) dans ce contexte qui voit l’Arabie Saoudite s’éloigner des Etats-Unis et s’intégrer aux Brics. Dans une interview, le réalisateur raconte qu’à l’origine du film, il y a eu le meurtre, en 2018, de Jamal Khashoggi, à l’ambassade saoudienne d’Istamboul. Mais pourquoi se focaliser là-dessus, alors qu’auparavant et depuis, il y a eu tant d’assassinats politiques, dont la CIA et le Mossad sont spécialistes ? Auxquels s’ajoute maintenant l’Ukraine, avec la liste noire (kill list) de la plate-forme Myrotvorets.

Ces choix curieux (l’ange sniper et le bouc émissaire saoudien) affaiblissent le film, qui est de plus écartelé entre deux centres d’intérêt, le braquage des lascars, et le rôle sotériologique de M. Pons. Les moments les plus intéressants sont finalement marginaux par rapport à l’intrigue, ce qui fait qu’on sort du film à moitié convaincu (ou à moitié déçu).

URL de cet article 38884
  

Derrière les fronts : chroniques d’une psychiatre psychothérapeute palestinienne sous occupation
Samah JABR
EN LIBRAIRIE LE 22 MARS 2018 En coordination avec la sortie en salle du documentaire d’Alexandra Dols – Derrière les fronts : résistances et résiliences en Palestine – nous vous proposons en coédition avec Hybrid Pulse le premier livre de la psychiatre et écrivaine Palestinienne Samah Jabr. Le livre ne sera pas disponible en librairie pour le moment mais seulement sur notre site ou par demande par courrier à PMN Éditions. « Nous voulons une vie décente, pas n’importe quelle vie. Notre action pour (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.