Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le groupe paramilitaire colombien "Aigles Noirs" déclare la guerre à des journalistes et médias alternatifs

Ce matin, un communiqué du groupe paramilitaire Águilas Negras (Aigles Noirs) a circulé par courriel, menaçant de mort des communicateurs, journalistes et membres de médias populaires, dont Colombia Informa. Il y a quelques jours, les menaces touchaient Canal Capital, Telesur et l’agence colombienne Reporteros sin fronteras. Il s’agit d’une stratégie de terreur qui utilise la répétition et la brutalité mais qui n’atteint pas l’effet escompté. Au contraire, les réseaux de dénonciation et de solidarité en sont renforcés.

Ainsi commence ce long texte qui s’étend sur deux pages et qui n’épargne pas divers noms de personnes et références à des médias populaires de communication, qui sont immanquablement liés par les auteurs aux organisations insurgées engagées dans un processus de paix, et réitère chaque fois des menaces de mort.

Il y a une semaine, a circulé une lettre signée par le même groupe paramilitaire. Cette fois-ci, ils menaçaient les journalistes et travailleurs de canaux publics de télévision comme Telesur et Canal Capital et l’agence colombienne Reporteros sin fronteras.

Le groupe Águilas Negras, tout comme les autres groupes résiduels de l’activité paramilitaire continuent d’utiliser des stratégies d’intimidation à l’égard de toutes les expressions sociales et politiques qui se montrent critiques envers le modèle de politiques guerrières qui, ces dernières années, sont remis en question par des secteurs de plus en plus nombreux de la société qui appuie les dialogues de paix. Durant la campagne électorale, ils dirigeaient leurs menaces envers les candidats politiques de l’Unión Patriótica (UP) et du Polo Democrático Alternativo (PDA). Durant les grèves agraires, ils ont fait de même avec les organisations et leaders paysans. Et lorsque des débat ont agité les universités, ils ont ciblé le mouvement étudiant.

Dans ce cas-ci, les différents journalistes et médias de communications touchés se sont protégés de ces menaces via des mécanismes de prévention adéquats, comme la divulgation de cette nouvelle menace à la Fondation pour la liberté de presse colombienne (FLIP) et d’autres instances internationales de dénonciation.

Nous n’avons pas voulu reproduire le texte intégral du communiqué, afin de protéger les personnes et médias de communication qui y sont mentionnés, en attendant les dénonciations des instances collectives et les actions communes qui seront engagées.

Colombia Informa se déclare solidaire des journalistes et médias de communication menacés et appelle à élargir les réseaux de dénonciation. Nous sommes convaincus que ces faits, échos d’une violence systémique qui perdure depuis des décennies, loin d’intimider, doivent provoquer l’effet inverse, c’est-à-dire renforcer les liens de solidarité et d’unité entre celles et ceux qui, dans le domaine de la communication ou toute autre secteur social, savent qu’ils et elles font partie d’un peuple qui veut construire son avenir avec des valeurs d’espoir et de dignité.

»» http://tlaxcala-int.org/article.asp++cs_INTERRO++reference=14063
URL de cet article 27515
   
Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.