RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le leader de la République autoproclamée de Donetsk Alexandre Zakharchenko tué dans une explosion

Une explosion dans un café du centre de Donetsk a coûté la vie à Alexandre Zakharchenko, le chef de la République populaire autoproclamée de Donetsk, qui a succombé à ses blessures à l'hôpital. Trois autres personnes sont blessées.

Alexandre Zakharchenko, dirigeant de la République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD) dans l’est de l’Ukraine, a été tué par une explosion survenue ce 31 août dans un café du centre de Donetsk, non loin de sa résidence. Il est décédé à l’hôpital des suites de ses blessures. Trois autres personnes ont été blessées, parmi lesquelles le ministre des Finances de la RPD, Alexandre Timofeïev.

« Le dirigeant de la République populaire de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, est mort dans un attentat », a fait savoir l’agence de presse DAN, ajoutant que les « circonstances [étaient] en train d’être élucidées ».

Plusieurs médias avaient rapporté une violente explosion survenue dans la matinée du 31 août dans un établissement situé sur le boulevard Pouchkine, à quelque 100 mètres de la demeure d’Alexandre Zakharchenko, dont l’état de santé était encore incertain. Finalement, l’agence DAN a confirmé sa mort quelques heures plus tard.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova, a réagi au meurtre d’Alexandre Zakharchenko : « Tout porte à croire que le régime de Kiev se trouve derrière l’assassinat [de Zakhartchenko], il a d’ailleurs déjà utilisé ces méthodes pour éliminer des dissidents. » Moscou craint en outre que ce meurtre n’ait des répercussions négatives sur le processus de paix déjà fragile et regrette que Kiev ait pris la voie d’un « combat sanglant ».

« Au lieu de se plier aux accords de Minsk et de chercher une solution pour résoudre le conflit intérieur en Ukraine, les fauteurs de guerre de Kiev ont opté pour un scénario terroriste », a-t-elle ajouté. La Russie enquêtera en outre sur le meurtre considéré comme un acte de « terrorisme international ».

De leur côté, les services de sécurité ukrainiens ont nié toute implication. Ils ont réagi en estimant que le meurtre d’Alexandre Zakharchenko n’était que la conséquence d’un conflit interne entre « les terroristes et leurs soutiens russes ».

Une situation explosive dans le Donetsk

Alexandre Zakharchenko avait déclaré, lors d’une conférence de presse le 18 juillet 2017, vouloir parvenir à la création d’un Etat indépendant en trois ans. Estimant que l’Ukraine avait démontré être « un Etat failli », il avait appelé la communauté internationale à soutenir son initiative afin de mettre un terme au conflit qui ensanglante l’est de l’Ukraine depuis 2014.

Après le coup d’Etat de Maïdan, à Kiev, durant l’hiver 2014, l’est de l’Ukraine a décidé de faire sécession. Le nouveau gouvernement ukrainien avait alors décidé de dépêcher ses forces armées, refusant le dialogue avec des rebelles qualifiés de « terroristes ».

Les accords de paix, dits de Minsk II, ont été signés en février 2015 après les discussions entre les représentants de Kiev et des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, sous l’égide de la Russie, de l’Allemagne, de la France, avec le concours de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Ce traité prévoit un cessez-le-feu dans la zone du conflit, le retrait des armes lourdes par les troupes ukrainiennes et rebelles, l’élargissement de l’autonomie des régions de Donetsk et de Lougansk, ainsi qu’une réforme constitutionnelle de l’Ukraine qui permettra de remplir cette dernière condition, de même que l’échange des prisonniers et l’octroi d’une amnistie à tous les participants du conflit.

»» https://francais.rt.com/international/53650-leader-republique-autoproc...
URL de cet article 33747
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.