Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le mythe de la Porsche de l’ouvrier qui aura "durement travaillé" pour se la payer

Il y a deux semaines, aux Champs-Élysées, pendant l’acte 18 des Gilets jaunes, une Porsche a été brûlée. Symboles de la bourgeoisie et des exploiteurs, on nous rappelle que cette Porsche aurait pu appartenir à un ouvrier ayant acquis sa voiture après de longues années de travail. C’est tout simplement humainement impossible.

Nous allons nous baser sur un document montrant la répartition des dépenses d’un ouvrier, en 2011, à partir d’une enquête de l’INSEE.

Ce document nous présente les différentes parts du budget d’un ouvrier, et nous allons prendre comme revenu de référence le SMIC net, sans allocation. Le SMIC net, a aujourd’hui une valeur de 1202€ par mois.

Nous allons déjà regrouper les dépenses « essentielles » d’un ouvrier pour sa survie, soit le logement, l’alimentation, l’habillement, les dépenses diverses (comprenant les factures), la communication, le transport, et les dépenses liées à la santé. Nous laisserons donc de côté les dépenses liées aux loisirs, à la culture, aux meubles et équipements du foyer, au tabac et à l’alcool, à la restauration et aux hôtels, qui ne seront pas jugés « essentielles » du point de vue libéral.

Il faut noter que le document présent de l’INSEE montre qu’un ouvrier consacre 17 % de son revenu à son logement, or 17 % d’un SMIC ne représente que 200€. C’est loin d’être le prix des loyers en région parisienne, où, pour un studio, il faut compter au moins 500€, réduisant le revenu « disponible » à l’épargne de 3040€ par an.

En imaginant qu’un travailleur au SMIC ne prenne pas de vacances, n’ait pas de vie sociale en dehors du cadre professionnel et familial, qu’il n’ait pas d’enfant, n’ait pas de problèmes de santé à régler, aucun problème familial, de logement, qu’il ne soit jamais au chômage, qu’il n’utilise pas ses économies pour élever son niveau de vie, notamment trouver un plus grand logement, se loger plus près de son travail, etc, il lui faudra près de 33 ans pour payer sa Porsche 911 en occasion, (à partir de 100 200 €, mais les prix montent jusqu’à 145 000 €).

Rappelons que le taux d’activité est assez faible chez les 15-24 ans (inférieur à 40%, et souvent à temps partiel). De plus, ceux qui ont un emploi ont plus de 50 % de chance d’avoir un CDD plutôt qu’un CDI. Difficile donc, d’épargner pour une Porsche.

Donc, en imaginant qu’il ait un emploi stable à 25 ans, à 58 ans, un smicard pourra se payer une Porsche. Mais en 33 ans de vie professionnelle, il ne sera pas allé une seule fois au cinéma, au restaurant, en vacances, il n’aura pas eu d’urgences familiales, il n’aura pas eu de gros problèmes de santé (peu probable pour un ouvrier). Étant donné que 2 ouvriers sur 3 meurent avant l’âge de 63 ans, et que ces derniers prennent leurs retraites de plus en plus tard, notamment avec les nouvelles réformes entreprises sous la direction de l’Union européenne (recul de l’âge de la retraite envisagée jusqu’à 68 ans), un ouvrier pourrait effectivement avoir une Porsche pour quelques années de sa vie seulement (si on peut appeler ça une vie).

Effectivement, selon la théorie libérale c’est possible, mais quel est le coût humain ? Quel ouvrier, se tuant à l’usine, peut se cantonner au métro boulot dodo, sans échapper une seule fois aux cadences infernales, par l’alcool et le tabac (les classes populaires sont les plus touchées par le tabagisme et l’alcoolisme, et leurs conditions de travail y sont pour quelques choses), les festivités, les vacances etc. ? C’est humainement impossible, et on le voit très bien, les employés qui se forcent à suivre les rythmes extrêmement durs, qui ne partent pas forcément en vacances car ils n’en ont pas les moyens font bien trop souvent des burn-out, ou dans les cas les plus difficiles, des tentatives de suicide ; en effet, une étude menée par la fondation Pierre Denier montre que 22 % des travailleurs, soit 1 travailleur sur 5, montreraient une détresse et des troubles mentaux (dépression, anxiété). Et, bien évidemment, les smicards sont les plus touchés : un tiers des smicards souffriraient de ces troubles.

Alors la Porsche restera un emblème de la bourgeoisie, car les smicards, travaillant aussi dur qu’ils le peuvent et aussi longtemps, ne pourront jamais s’en acheter une, et encore moins la garer aux champs Élysées, un jour de Gilets jaunes.

Sources :

https://aphadolie.com/2018/11/28/burn-out-professionnel-travailler-plu...

https://www.fondationpierredeniker.org/programme/sante-mentale-des-act...

http://www.observationsociete.fr/categories-sociales/conditions-de-vie...

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1906671?sommaire=1906743

»» http://jrcf.over-blog.org/2019/04/le-mythe-de-la-porsche-de-l-ouvrier-...
URL de cet article 34766
   
La République contre son École
Muriel FITOUSSI, Eddy KHALDI
Certains, après la sortie de « Main basse sur l’école publique », (1) n’ont pas voulu croire, au moins dans un premier temps, dans la radicalité des postulats et parti-pris idéologiques qui avaient présidé, comme nous le dénoncions alors, aux mesures initiées par Xavier Darcos. Puis la « fusée des réformes » a décollé, et les yeux de nombreux citoyens, au-delà même de la communauté éducative, ont été décillés. Les atteintes graves au service public d’éducation se sont succédées à un rythme infernal, de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.