RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le mythe de la Porsche de l’ouvrier qui aura "durement travaillé" pour se la payer

Il y a deux semaines, aux Champs-Élysées, pendant l’acte 18 des Gilets jaunes, une Porsche a été brûlée. Symboles de la bourgeoisie et des exploiteurs, on nous rappelle que cette Porsche aurait pu appartenir à un ouvrier ayant acquis sa voiture après de longues années de travail. C’est tout simplement humainement impossible.

Nous allons nous baser sur un document montrant la répartition des dépenses d’un ouvrier, en 2011, à partir d’une enquête de l’INSEE.

Ce document nous présente les différentes parts du budget d’un ouvrier, et nous allons prendre comme revenu de référence le SMIC net, sans allocation. Le SMIC net, a aujourd’hui une valeur de 1202€ par mois.

Nous allons déjà regrouper les dépenses « essentielles » d’un ouvrier pour sa survie, soit le logement, l’alimentation, l’habillement, les dépenses diverses (comprenant les factures), la communication, le transport, et les dépenses liées à la santé. Nous laisserons donc de côté les dépenses liées aux loisirs, à la culture, aux meubles et équipements du foyer, au tabac et à l’alcool, à la restauration et aux hôtels, qui ne seront pas jugés « essentielles » du point de vue libéral.

Il faut noter que le document présent de l’INSEE montre qu’un ouvrier consacre 17 % de son revenu à son logement, or 17 % d’un SMIC ne représente que 200€. C’est loin d’être le prix des loyers en région parisienne, où, pour un studio, il faut compter au moins 500€, réduisant le revenu « disponible » à l’épargne de 3040€ par an.

En imaginant qu’un travailleur au SMIC ne prenne pas de vacances, n’ait pas de vie sociale en dehors du cadre professionnel et familial, qu’il n’ait pas d’enfant, n’ait pas de problèmes de santé à régler, aucun problème familial, de logement, qu’il ne soit jamais au chômage, qu’il n’utilise pas ses économies pour élever son niveau de vie, notamment trouver un plus grand logement, se loger plus près de son travail, etc, il lui faudra près de 33 ans pour payer sa Porsche 911 en occasion, (à partir de 100 200 €, mais les prix montent jusqu’à 145 000 €).

Rappelons que le taux d’activité est assez faible chez les 15-24 ans (inférieur à 40%, et souvent à temps partiel). De plus, ceux qui ont un emploi ont plus de 50 % de chance d’avoir un CDD plutôt qu’un CDI. Difficile donc, d’épargner pour une Porsche.

Donc, en imaginant qu’il ait un emploi stable à 25 ans, à 58 ans, un smicard pourra se payer une Porsche. Mais en 33 ans de vie professionnelle, il ne sera pas allé une seule fois au cinéma, au restaurant, en vacances, il n’aura pas eu d’urgences familiales, il n’aura pas eu de gros problèmes de santé (peu probable pour un ouvrier). Étant donné que 2 ouvriers sur 3 meurent avant l’âge de 63 ans, et que ces derniers prennent leurs retraites de plus en plus tard, notamment avec les nouvelles réformes entreprises sous la direction de l’Union européenne (recul de l’âge de la retraite envisagée jusqu’à 68 ans), un ouvrier pourrait effectivement avoir une Porsche pour quelques années de sa vie seulement (si on peut appeler ça une vie).

Effectivement, selon la théorie libérale c’est possible, mais quel est le coût humain ? Quel ouvrier, se tuant à l’usine, peut se cantonner au métro boulot dodo, sans échapper une seule fois aux cadences infernales, par l’alcool et le tabac (les classes populaires sont les plus touchées par le tabagisme et l’alcoolisme, et leurs conditions de travail y sont pour quelques choses), les festivités, les vacances etc. ? C’est humainement impossible, et on le voit très bien, les employés qui se forcent à suivre les rythmes extrêmement durs, qui ne partent pas forcément en vacances car ils n’en ont pas les moyens font bien trop souvent des burn-out, ou dans les cas les plus difficiles, des tentatives de suicide ; en effet, une étude menée par la fondation Pierre Denier montre que 22 % des travailleurs, soit 1 travailleur sur 5, montreraient une détresse et des troubles mentaux (dépression, anxiété). Et, bien évidemment, les smicards sont les plus touchés : un tiers des smicards souffriraient de ces troubles.

Alors la Porsche restera un emblème de la bourgeoisie, car les smicards, travaillant aussi dur qu’ils le peuvent et aussi longtemps, ne pourront jamais s’en acheter une, et encore moins la garer aux champs Élysées, un jour de Gilets jaunes.

Sources :

https://aphadolie.com/2018/11/28/burn-out-professionnel-travailler-plu...

https://www.fondationpierredeniker.org/programme/sante-mentale-des-act...

http://www.observationsociete.fr/categories-sociales/conditions-de-vie...

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1906671?sommaire=1906743

»» http://jrcf.over-blog.org/2019/04/le-mythe-de-la-porsche-de-l-ouvrier-...
URL de cet article 34766
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Le Maire Daley et d’autres officiels du gouvernement pendant les émeutes des années 60 ont prouvé leur préférence pour la propriété plutôt que l’humanité en ordonnant à la police de tirer pour tuer sur les pilleurs. Ils n’ont jamais dit de tirer pour tuer sur des assassins ou des trafiquants de drogue"

Dick Gregory (1932-2017)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.