RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le pivot vers la Chine

Par le correspondant socialiste

AUKUS est l’acronyme de la nouvelle alliance militaire de l’Australie, du Royaume-Uni et des États-Unis. Il cherchera à rassembler la région Asie-Indo-Pacifique dans l’intérêt de l’impérialisme étasunien, avec la Grande-Bretagne comme lieutenant nucléaire établi. L’Australie sera le deuxième pays de l’histoire, après la Grande-Bretagne, à recevoir la technologie nucléaire des États-Unis, et seulement le 6e au monde à posséder une capacité de sous-marin nucléaire. Avec la défaite du socialisme soviétique il y a trois décennies, AUKUS est la dernière preuve du pivot de l’impérialisme des EU vers la Chine comme son principal ennemi.

Pour la plupart des observateurs, armer l’Australie de sous-marins à propulsion nucléaire est une violation inquiétante du Traité de non-prolifération nucléaire (NNPT). AUKUS plaide non coupable, sur la base de l’échappatoire douteuse selon laquelle les sous-marins, pour l’instant, ne transporteront pas d’armes nucléaires, même s’ils seront propulsés par de l’uranium enrichi de qualité militaire. Et, de toute façon, avec ces navires patrouillant sans être détectés dans les mers de Chine orientale et méridionale, où est la vérification par des inspections indépendantes ? Et pourquoi la Chine devrait-elle les croire ?

L’encerclement multilatéral

AUKUS n’est pas la seule alliance militaire parrainée par les États-Unis opérant dans la région, et n’est en aucun cas la seule indication d’une réorientation stratégique post-soviétique. Le soi-disant QUAD – le pacte militaire quadrilatéral dans la zone pacifique des États-Unis, de l’Inde, de l’Australie et du Japon – a été mis en place en 2007 et relancé en 2017, avec la Chine comme cible.

"The UK Integrated Review 2021 : The defense tilt to the Indo-Pacific" publié le 11 octobre de cette année, s’est engagé à "apporter une contribution plus importante et plus cohérente aux Five Power Defence Arrangements (FPDA) Royaume-Uni, Australie, Nouvelle-Zélande, la Malaisie et Singapour, qui a été créée en 1971, et de « Poursuivre une coopération plus étroite en matière de défense avec les 10 nations des États membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ». (1)

Bien que le FPDA et l’ASEAN n’aient peut-être pas été mis en place à l’origine avec la Chine comme première considération, la « contribution plus importante... de la Chine, avec des déploiements militaires, tout en renforçant considérablement l’influence impériale britannique dans la région.

La stratégie Indo-Pacifique de la Grande-Bretagne, avec des accords de sécurité navale intégrés comprenant l’Inde, Singapour, la Corée du Sud et plus encore, est au cœur du voyage du groupe d’attaque du porte-avions HMS Queen Elizabeth dans la région.
Le porte-avions HMS Queen Elizabeth est le navire de surface le plus grand et le plus puissant de l’histoire de la Royal Navy. Le groupe d’intervention comprend 9 navires, 32 avions et 3 700 personnes. Le porte-avions dirigera plusieurs exercices de l’OTAN avec des forces américaines et néerlandaises pleinement intégrées au déploiement.

Les principales escales prévues pour le transporteur QE sont la Corée du Sud, le Japon, l’Inde et Singapour, tandis que ses navires d’escorte "s’engageront avec des partenaires régionaux et de l’ASEAN dans le cadre de l’engagement du Royaume-Uni à être une présence persistante, crédible et fiable en Indo- Pacifique". (1)

Le réseau de collecte et de partage de renseignements « Five Eyes », vieux de 60 ans, des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande a déplacé son attention vers la Chine. Alors que cela a troublé la Nouvelle-Zélande, réticente précisément parce qu’elle veut maintenir une coopération pacifique avec la Chine, le Japon aspire maintenant à rejoindre le club d’espionnage.

Ces alliances et déploiements indo-asiatiques-pacifiques représentent une menace claire et actuelle non seulement pour le peuple chinois mais aussi pour la Russie et la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord). En outre, la militarisation de la mer de Chine méridionale est une préoccupation pour une foule d’autres États d’Asie du Sud-Est. La menace croissante d’une conflagration nucléaire est une menace pour toute la région.

La mort de l’OTAN ?

Ces développements sont mieux compris non pas comme remplaçant l’OTAN, mais plutôt comme une stratégie multilatérale pour isoler et étouffer la principale menace post-soviétique à la domination mondiale des États-Unis, la Chine. La raison d’être de l’OTAN s’est poursuivie, son orientation stratégique a pivoté vers la Chine.

L’objectif existentiel de l’OTAN reste :

(1) Sécurisation des intérêts du capital étasunien par la projection de force ;
(2) Unir les États capitalistes européens sous hégémonie étasunienne pour soutenir les intérêts de l’impérialisme ;
(3) Sécurisation des intérêts du capital européen lorsque celui-ci coïncide avec le capital étasunien ;
(4) contrecarrer la réémergence des forces socialistes et anti-impérialistes, à l’échelle mondiale ;
(5) Contenant des contradictions et des conflits entre les puissances capitalistes alliées.

Mais il y a eu un changement dans l’orientation stratégique de l’OTAN. Depuis sa création en 1949, l’objectif principal de l’OTAN était de vaincre l’Union soviétique et les pays socialistes du Pacte de Varsovie en tant que menace systémique pour la poursuite du capitalisme et source de soutien matériel pour la résistance anticoloniale et anti-impériale. Cet objectif a été atteint il y a trois décennies.

Depuis lors, nous avons vu les États-Unis profiter de leur statut de superpuissance solitaire avec une disparition conséquente de la coexistence pacifique et du droit des nations à l’autodétermination. La prétendue « guerre contre le terrorisme » a annoncé trois décennies d’impérialisme étasunien déchaîné, faisant avancer ses intérêts à l’échelle mondiale, plus particulièrement au Moyen-Orient, grâce à un interventionnisme débridé. Les États-Unis se sont positionnés comme l’hégémon indiscutable et fanfaron du monde. Cela est désormais menacé.

Tout au long de cette période, la Chine émergeait lentement comme un concurrent économique sérieux. Les États-Unis étaient le premier fabricant mondial depuis plus d’un siècle. Entre 2010 et 2012, il a été remplacé par la Chine. La réponse de l’OTAN, sous la direction des États-Unis, a été de s’orienter vers le contrôle et le dépassement de la Chine.

Les États-Unis ne veulent certainement pas voir l’éclatement de l’OTAN. Comme cela a toujours été le cas, il cherche à sécuriser – et à subordonner – des alliés régionaux supplémentaires. Avec la montée en puissance de la Chine et la croissance exponentielle du commerce dans et autour du Pacifique, ce à quoi nous assistons avec AUKUS et l’orientation d’autres alliances, est un changement prévisible dans les priorités régionales.

La menace militaire de la Chine

La "menace militaire soviétique" a été fabriquée pour justifier la guerre froide, l’accumulation massive d’armes nucléaires étasuniennes, le transfert de plusieurs milliards de dollars d’argent public au complexe militaro-industriel, les guerres impériales contre la Corée, le Vietnam, le Cambodge et le Laos, les tentatives sans fin de changement de régime à Cuba, la projection d’une stratégie de première frappe nucléaire, les opérations secrètes financées par la CIA et la chasse aux sorcières anticommuniste de McCarthy.

De même, la justification du « basculement vers l’Indo-Pacifique » est désormais la « menace fabriquée par la Chine ».

La Chine est une menace économique. En termes de fabrication, de commerce et d’exportation de capitaux, elle représente désormais un sérieux défi pour la domination mondiale des États-Unis. Mais en termes de rival militaire et de menace, il n’y a pas de comparaison.

Les médias de l’establishment rapportent régulièrement que la Chine possède la plus grande marine du monde, sans mentionner que ces forces se composent en grande partie de navires de garde-côtes et de petites corvettes. Elle n’a pratiquement aucune capacité océanique avec seulement deux porte-avions et un troisième en construction, dont aucun n’est proche de la norme de pointe des États-Unis, qui ont 11 porte-avions ainsi que des accords d’interopérabilité avec le deux porte-avions britanniques récemment construits, le HMS Prince of Wales et le HMS Queen Elizabeth. Sur les 56 sous-marins chinois, seuls six sont à propulsion nucléaire avec une portée à travers le Pacifique. Les 72 sous-marins américains sont tous à propulsion nucléaire et peuvent menacer les côtes chinoises.

Où est donc la menace chinoise ? Le groupe aéronaval (carrier strike Group) du porte-avions Queen Elizabeth a récemment sillonné les mers de Chine orientale et méridionale. Quand une flotte chinoise a-t-elle navigué près des côtes du Pacifique ou de l’Atlantique des États-Unis ? Ou conçu une alliance militaire avec des États d’Amérique latine pour faire fonctionner des sous-marins nucléaires dans la mer des Caraïbes ? Quand a-t-il mené l’équivalent des simulacres guerriers US/Royaume Uni et OTAN et les jeux de guerre de l’OTAN dans les mers autour des États-Unis ? La réponse est, bien sûr, jamais, et nous pouvons être à peu près certains de la réaction de Biden s’il le faisait.

Si la Chine devait maintenant répondre aux récentes provocations d’une manière comparable à Kennedy lors de la crise des missiles de Cuba en 1962, nous serions au bord d’une guerre nucléaire mondiale. La Chine a en effet fait preuve d’une grande retenue.

Alors que plusieurs pays ont des revendications sur des îles de la mer de Chine méridionale, notamment le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, Brunei et la Chine, aucune des parties AUKUS n’a de revendication ou de base pour une activité navale dans la région.

Ce détail n’a pas empêché le Premier ministre australien de parler de « se préparer à envoyer des guerriers à l’étranger » en cas de conflit à propos de Taïwan.
Pourtant, la Chine a une revendication palpable sur Taïwan, alors que l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis n’en ont aucune. Tout différend sur Taïwan doit être résolu diplomatiquement et ne pas être utilisé comme excuse pour intensifier la guerre avec la Chine. Il est difficile de voir un rôle légitime pour les États de l’AUKUS dans de telles négociations.

Non-alignement, autodétermination et coexistence pacifique

Le peuple chinois ne peut que voir ces développements et ces pratiques de simulacres guerriers au large de ses côtes avec inquiétude. Comme l’écrit le Dr Jenny Clegg :
« La montée en puissance de l’armée des EU et son attitude de plus en plus hostile doivent sûrement accroître les inquiétudes du public en Chine... la militarisation de la mer de Chine méridionale est clairement une préoccupation pour les petits pays d’Asie du Sud-Est... l’objectif de la démilitarisation et de la dénucléarisation de la zone maritime est vital. . " (2)

Peu importe que vous pensiez que la Chine est un pays socialiste, ou qu’elle se transforme en un pays socialiste, ou simplement le plus grand rival des États-Unis en matière de fabrication, de commerce et d’exportation de capitaux. AUKUS et d’autres développements militaires visant la Chine sont une escalade significative de la course aux armements, déstabilisant la région indo-pacifique et une menace très réelle pour la paix mondiale.

La Chine apportera inévitablement une réponse militaire et diplomatique réfléchie. Il ne s’agira pas de réduire sa capacité militaire. En effet, si la guerre froide anti-soviétique était quelque chose, alors un élément clé de la stratégie étasunienne sera de rediriger et de drainer les ressources économiques et sociales de la Chine en l’entraînant dans une course aux armements de plusieurs milliards de dollars.

Lorsque Biden fait référence par euphémisme au « multilatéralisme », il s’appuie, entre autres, sur les alliés des EU pour aider à conduire et à financer ce projet. AUKUS, en tant qu’alliance nucléaire, est un développement clé. Le mouvement britannique pour la paix et le travail est donc tout sauf périphérique à la tâche de préserver la paix en Asie. Forger une politique étrangère britannique indépendante ou non alignée, ainsi que des pays comme la Nouvelle-Zélande, est essentiel pour désamorcer la campagne de guerre menée par les États-Unis.

Le fondement d’une politique étrangère britannique indépendante et pacifique sont les principes de coexistence pacifique et un engagement envers le droit de toutes les nations à l’autodétermination. Cela inclut la République populaire de Chine. Les intérêts des capitaux américains ou britanniques ne définissent pas une exception.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/2091744710975697
URL de cet article 37483
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Julian Assange, à qui l’on doit plus d’articles importants que l’ensemble de ses journalistes-critiques, a 50 ans aujourd’hui - en prison. Il est en prison pour une raison : l’administration Biden et la plupart des médias commerciaux ne se soucient pas de la liberté de la presse, mais font semblant de s’en soucier quand ça les arrange.

Glenn Greenwald

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.