Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le prochain sommet des Amériques en perspective.

Prévus pour se dérouler les 10 et 11 avril prochain à Panama City, le septième Sommet des Amériques et ses à-côtés, tout spécialement les diverses rencontres des mouvements sociaux latino-américains, se préparent au milieu des incertitudes et des inquiétudes. Et ce, de part et d’autre : parmi les alliés de l’impérialisme comme dans les rangs des forces progressistes.

C’est, d’abord, la toute première fois, depuis son édition initiale qui s’était tenue à Miami en 1994, que ce Sommet, convoqué notamment par l’Organisation des États américains (OEA), accueillera la République de Cuba – laquelle avait été exclue de l’OEA en 1962, au début de la révolution cubaine, pour « incompatibilité avec le système interaméricain » (sic).

Jusqu’au début des années 2000, les processus de régionalisation engagés en Amérique latine avaient toujours été instrumentalisés ou neutralisés par les États-Unis. Les visées de domination états-unienne sont explicites depuis le xixe siècle (doctrine Monroe). Leurs agressions militaires leur avaient ménagé une zone d’influence dans l’hémisphère occidental.

Le contrôle des États-Unis sur la région se renforça au début de la Guerre froide avec la création en 1948 de l’OEA, qui fut pour eux un lieu de distorsion des politiques intérieures et extérieures des pays latino-américains. La donne a changé depuis peu, en particulier grâce à la création de la Communauté d’États latino-américains et caraïbes (CELAC), marginalisant de facto l’OEA.

Les États-Unis gardent aussi en mémoire l’échec fracassant, pour eux, du dernier Sommet, le VIe du nom, qui s’était clôturé en avril 2012, à Carthagène des Indes, sans déclaration finale, mais surtout avec – manifestant contre l’agressivité yankee – des boycotts par les délégations de l’Équateur et du Nicaragua, des départs anticipés de celles d’Argentine et de Bolivie…

L’Amérique latine et caribéenne refuse désormais de voir Washington lui imposer ses choix. Un front de résistance est en place, laissant espérer la formation d’un contrepoids à l’hégémonie unipolaire états-unienne. Une nouvelle illustration en a été tout récemment donnée par le séisme provoqué par l’annonce de l’ordre exécutif du président Obama contre le Venezuela, le 9 mars, annonce qui entraîna une levée de boucliers des gouvernements latinoaméricains, unanimes.

À Panama City, les États-Unis voudront présenter la « question de Cuba » comme réglée. Mais le processus pouvant mener au rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, puis à la « normalisation » de celles-ci, n’en est qu’à ses débuts. Pour qu’il parvienne à terme, des conditions seront à satisfaire : le strict respect de la loi par les diplomates états-uniens et le retrait de Cuba de la liste des « State Sponsors of Terrorism », dans un premier temps, dans un second la levée du blocus et la restitution de Guantánamo… Bien du chemin reste à parcourir.

Si les États-Unis ont déjà commencé leur travail de sape et de manipulation – la CIA avançant déjà ses pions et ses espions –, les forces progressistes d’Amérique latine sont là pour faire face. C’est dans le monde entier que se manifeste aujourd’hui la solidarité à l’égard du gouvernement révolutionnaire vénézuélien, grâce à la collecte de millions de signatures de soutien.

Dans le même temps, le prestige de Cuba est grand, plus que jamais peut-être. On salue ici son rôle dans les négociations de La Havane pour la paix en Colombie ; on exprime là une gratitude immense pour l’envoi de ses missions internationalistes de santé (notamment, en Afrique, pour lutter contre l’épidémie d’Ebola) ; on admire partout son esprit de résistance, de justice.

L’heure est importante. À nous tous, progressistes de tous les pays, d’exprimer notre solidarité envers les peuples d’Amérique latine et caribéenne qui trouveront la force de s’unir, par-delà leurs différences et les difficultés, pour défendre, face à l’arrogance de l’impérialisme états-unien, souveraineté nationale, progrès social et participation véritablement démocratique.

Rémy HERRERA
(chercheur au CNRS, Paris)

URL de cet article 28377
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Même Auteur
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.