RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le prochain sommet des Amériques en perspective.

Prévus pour se dérouler les 10 et 11 avril prochain à Panama City, le septième Sommet des Amériques et ses à-côtés, tout spécialement les diverses rencontres des mouvements sociaux latino-américains, se préparent au milieu des incertitudes et des inquiétudes. Et ce, de part et d’autre : parmi les alliés de l’impérialisme comme dans les rangs des forces progressistes.

C’est, d’abord, la toute première fois, depuis son édition initiale qui s’était tenue à Miami en 1994, que ce Sommet, convoqué notamment par l’Organisation des États américains (OEA), accueillera la République de Cuba – laquelle avait été exclue de l’OEA en 1962, au début de la révolution cubaine, pour « incompatibilité avec le système interaméricain » (sic).

Jusqu’au début des années 2000, les processus de régionalisation engagés en Amérique latine avaient toujours été instrumentalisés ou neutralisés par les États-Unis. Les visées de domination états-unienne sont explicites depuis le xixe siècle (doctrine Monroe). Leurs agressions militaires leur avaient ménagé une zone d’influence dans l’hémisphère occidental.

Le contrôle des États-Unis sur la région se renforça au début de la Guerre froide avec la création en 1948 de l’OEA, qui fut pour eux un lieu de distorsion des politiques intérieures et extérieures des pays latino-américains. La donne a changé depuis peu, en particulier grâce à la création de la Communauté d’États latino-américains et caraïbes (CELAC), marginalisant de facto l’OEA.

Les États-Unis gardent aussi en mémoire l’échec fracassant, pour eux, du dernier Sommet, le VIe du nom, qui s’était clôturé en avril 2012, à Carthagène des Indes, sans déclaration finale, mais surtout avec – manifestant contre l’agressivité yankee – des boycotts par les délégations de l’Équateur et du Nicaragua, des départs anticipés de celles d’Argentine et de Bolivie…

L’Amérique latine et caribéenne refuse désormais de voir Washington lui imposer ses choix. Un front de résistance est en place, laissant espérer la formation d’un contrepoids à l’hégémonie unipolaire états-unienne. Une nouvelle illustration en a été tout récemment donnée par le séisme provoqué par l’annonce de l’ordre exécutif du président Obama contre le Venezuela, le 9 mars, annonce qui entraîna une levée de boucliers des gouvernements latinoaméricains, unanimes.

À Panama City, les États-Unis voudront présenter la « question de Cuba » comme réglée. Mais le processus pouvant mener au rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, puis à la « normalisation » de celles-ci, n’en est qu’à ses débuts. Pour qu’il parvienne à terme, des conditions seront à satisfaire : le strict respect de la loi par les diplomates états-uniens et le retrait de Cuba de la liste des « State Sponsors of Terrorism », dans un premier temps, dans un second la levée du blocus et la restitution de Guantánamo… Bien du chemin reste à parcourir.

Si les États-Unis ont déjà commencé leur travail de sape et de manipulation – la CIA avançant déjà ses pions et ses espions –, les forces progressistes d’Amérique latine sont là pour faire face. C’est dans le monde entier que se manifeste aujourd’hui la solidarité à l’égard du gouvernement révolutionnaire vénézuélien, grâce à la collecte de millions de signatures de soutien.

Dans le même temps, le prestige de Cuba est grand, plus que jamais peut-être. On salue ici son rôle dans les négociations de La Havane pour la paix en Colombie ; on exprime là une gratitude immense pour l’envoi de ses missions internationalistes de santé (notamment, en Afrique, pour lutter contre l’épidémie d’Ebola) ; on admire partout son esprit de résistance, de justice.

L’heure est importante. À nous tous, progressistes de tous les pays, d’exprimer notre solidarité envers les peuples d’Amérique latine et caribéenne qui trouveront la force de s’unir, par-delà leurs différences et les difficultés, pour défendre, face à l’arrogance de l’impérialisme états-unien, souveraineté nationale, progrès social et participation véritablement démocratique.

Rémy HERRERA
(chercheur au CNRS, Paris)

URL de cet article 28377
  

Même Auteur
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Analyser la réussite ou l’échec du modèle économique cubain en faisant abstraction d’un blocus criminel de plus de 50 ans, est une pure hypocrisie. N’importe quel pays capitaliste d’Amérique Latine, soumis à un blocus similaire, s’effondrerait en quelques mois.

Rafael Correa
ancien président de l’Equateur

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.