RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Royaume-Uni doit rejeter l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis (Human Rights Watch)

Il y a six ans, Julian Assange, fondateur de Wikileaks, s’est réfugié à l’ambassade de l’Equateur à Londres pour demander l’asile contre une éventuelle extradition vers les Etats-Unis et d’être inculpé en vertu du US Espionage Act

A l’époque, Assange, un ressortissant australien, était recherché par la Suède pour des interrogatoires concernant des allégations d’infractions sexuelles. Assange avait également violé les conditions de sa libération sous caution au Royaume-Uni. Depuis lors, il est devenu encore plus controversé, ayant publié les courriels de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et les courriels internes de responsables du Parti démocratique.

Alors que certains admirent et d’autres méprisent Assange, personne ne devrait être poursuivi en vertu de l’ancienne Loi sur l’espionnage pour avoir publié des documents gouvernementaux ayant fait l’objet de fuites. Cette loi de 1917 a été conçue pour punir les personnes qui ont divulgué des secrets à un gouvernement étranger, et non aux médias, et ne permet aucune défense ou atténuation de la peine au motif que l’intérêt public servi par certaines fuites peut l’emporter sur toute préjudice portée à la sécurité nationale.

L’enquête du grand jury américain sur Assange en vertu de la loi sur l’espionnage était apparemment fondée sur la publication des fuites pour lesquelles Chelsea Manning, un ancien soldat de l’armée américaine, a été condamné. Sa peine a été commuée.

La publication de fuites - en particulier les fuites qui révèlent des actes répréhensibles de la part du gouvernement ou des violations des droits de la personne - est une fonction essentielle d’une presse libre dans une société démocratique. Les dispositions vagues et générales de la loi sur l’espionnage peuvent toujours être utilisées contre d’autres éditeurs et journalistes, qu’il s’agisse de Wikileaks ou du New York Times. 
 
Assange a accepté de se rendre à la police britannique - mais seulement s’il recevait des assurances contre l’extradition vers les États-Unis, où il risque la prison à vie. Il a également proposé de comparaître en Suède si la Suède offrait des assurances similaires

En 2016, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a estimé que le séjour d’Assange à l’ambassade équatorienne, forcé par l’alternative de son extradition potentielle vers les États-Unis, était une privation arbitraire de liberté. L’Équateur, offensé par les commentaires politiques d’Assange, lui a refusé cette année l’accès à Internet et des visiteurs, autres que des contacts occasionnels avec ses avocats. L’Équateur a refusé à Human Rights Watch la permission de lui rendre visite en mai prochain. Son absence d’accès aux soins médicaux est de plus en plus préoccupante. Son asile est de plus en plus difficile à distinguer d’une détention.

Le Royaume-Uni a le pouvoir de résoudre les problèmes liés à son isolement, à sa santé et à son enfermement en éliminant la menace d’extradition pour avoir publié des fuites dignes d’intérêt. Il devrait le faire avant qu’une autre année ne passe.

Dinah PoKempner
Avocate chez Human Rights Watch

19 Juin, 2018

Traduction "pas mal, mais pas de remarque sur le fait que les Etats-Unis puissent ne serait-ce que prétendre obtenir son extradition ?" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» https://www.hrw.org/news/2018/06/19/uk-should-reject-extraditing-julia...
URL de cet article 34399
  

Même Thème
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.