Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le Royaume-Uni doit rejeter l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis (Human Rights Watch)

Il y a six ans, Julian Assange, fondateur de Wikileaks, s’est réfugié à l’ambassade de l’Equateur à Londres pour demander l’asile contre une éventuelle extradition vers les Etats-Unis et d’être inculpé en vertu du US Espionage Act

A l’époque, Assange, un ressortissant australien, était recherché par la Suède pour des interrogatoires concernant des allégations d’infractions sexuelles. Assange avait également violé les conditions de sa libération sous caution au Royaume-Uni. Depuis lors, il est devenu encore plus controversé, ayant publié les courriels de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et les courriels internes de responsables du Parti démocratique.

Alors que certains admirent et d’autres méprisent Assange, personne ne devrait être poursuivi en vertu de l’ancienne Loi sur l’espionnage pour avoir publié des documents gouvernementaux ayant fait l’objet de fuites. Cette loi de 1917 a été conçue pour punir les personnes qui ont divulgué des secrets à un gouvernement étranger, et non aux médias, et ne permet aucune défense ou atténuation de la peine au motif que l’intérêt public servi par certaines fuites peut l’emporter sur toute préjudice portée à la sécurité nationale.

L’enquête du grand jury américain sur Assange en vertu de la loi sur l’espionnage était apparemment fondée sur la publication des fuites pour lesquelles Chelsea Manning, un ancien soldat de l’armée américaine, a été condamné. Sa peine a été commuée.

La publication de fuites - en particulier les fuites qui révèlent des actes répréhensibles de la part du gouvernement ou des violations des droits de la personne - est une fonction essentielle d’une presse libre dans une société démocratique. Les dispositions vagues et générales de la loi sur l’espionnage peuvent toujours être utilisées contre d’autres éditeurs et journalistes, qu’il s’agisse de Wikileaks ou du New York Times. 
 
Assange a accepté de se rendre à la police britannique - mais seulement s’il recevait des assurances contre l’extradition vers les États-Unis, où il risque la prison à vie. Il a également proposé de comparaître en Suède si la Suède offrait des assurances similaires

En 2016, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a estimé que le séjour d’Assange à l’ambassade équatorienne, forcé par l’alternative de son extradition potentielle vers les États-Unis, était une privation arbitraire de liberté. L’Équateur, offensé par les commentaires politiques d’Assange, lui a refusé cette année l’accès à Internet et des visiteurs, autres que des contacts occasionnels avec ses avocats. L’Équateur a refusé à Human Rights Watch la permission de lui rendre visite en mai prochain. Son absence d’accès aux soins médicaux est de plus en plus préoccupante. Son asile est de plus en plus difficile à distinguer d’une détention.

Le Royaume-Uni a le pouvoir de résoudre les problèmes liés à son isolement, à sa santé et à son enfermement en éliminant la menace d’extradition pour avoir publié des fuites dignes d’intérêt. Il devrait le faire avant qu’une autre année ne passe.

Dinah PoKempner
Avocate chez Human Rights Watch

19 Juin, 2018

Traduction "pas mal, mais pas de remarque sur le fait que les Etats-Unis puissent ne serait-ce que prétendre obtenir son extradition ?" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» https://www.hrw.org/news/2018/06/19/uk-should-reject-extraditing-julia...
URL de cet article 34399
   
Communication aux lecteurs
PARIS - Rassemblement pour Julian Assange (Acte IV)
Samedi 20 avril 2019

Avec les Gilets Jaunes.

Participation aux cortèges avec panneaux et banderoles de soutien à Julian Assange

A l’appel de citoyens engagés

"Pas d’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis"

Un page de ressources sur Julian Assange
https://www.legrandsoir.info/julian-assange-prisonnier-politique-depui...

Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.