RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Du moment que les victimes sont en Chine et que les terroristes sont Ouïghours...

Le terrorisme anecdotique : nouveau concept universitaire

Le mardi 4 août 2020 au matin, j’ai failli avaler mon café de travers en entendant déclarer sur les ondes de la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) que la situation au Xinjiang « a créé des tensions très importantes qui ont amené les Ouïghours à se soulever à plusieurs reprises, souvent de façon locale et de façon anecdotique. Mais ces soulèvements ont été qualifiés par l’État chinois d’actes terroristes. » De qui sont ces propos ? De Mme Vanessa Frangville, titulaire d’un doctorat en études chinoises de l’Université Lyon 3 et maître de conférences et titulaire de la chaire d'études chinoises à l'ULB (Université libre de Bruxelles).

Appeler un chat un chat

La qualification d’actes terroristes n’est pas due à l’État chinois ; elle découle de l’examen des faits. Voyons ce qu’en dit SciencesPo (Center for International Studies) :

« En 2013-2014 la Chine a fait face à une vague d’attentats sans précédent sur son territoire. Parmi les plus importantes attaques, on retient un attentat suicide à la voiture piégée sur la place Tiananmen à Pékin le 28 octobre 2013 qui a fait deux morts et 40 blessés, une attaque au couteau à la gare de Kunming (capitale du Yunnan) le 1er mars 2014 qui a fait 31 morts et plus de 140 blessés, une valise piégée à la gare d’Urumqi (capitale du Xinjiang) le 30 avril 2014 qui a fait trois morts et 79 blessés, ou encore un double attentat suicide à la voiture piégée sur un marché à ciel ouvert d’Urumqi le 22 mai de la même année qui a fait 31 morts et 94 blessés. Ces attaques ont toutes été perpétrées par des militants ouïghours, et certaines d’entre elles ont été revendiquées par le Parti islamique du Turkestan (PIT), organisation séparatiste islamiste luttant pour l’indépendance du Xinjiang (Turkestan oriental). » (1)

On pourrait encore ajouter à ce macabre décompte : les 6 victimes de coups de couteaux en gare de Canton le 6 mai 2014, les 20 morts en plein Bangkok le 17 août 2015 ainsi que, le 18 septembre 2015, dans la Préfecture d’Aksou au Xinjiang, le massacre à la machette d’une cinquantaine de mineurs Han qui travaillaient dans une mine de charbon pour nourrir leur famille.

Ecœurant et inepte

Comment est-il possible de réduire ces actions terroristes à des anecdotes ? Si Vanessa Frangvile avait tenu un langage similaire à propos des attentats de Paris du 13 novembre 2015 ou de Bruxelles du 22 mars 2016, nul doute qu’elle aurait été sanctionnée par les autorités académiques de l’ULB. Mais quand il s’agit de s’en prendre à la Chine, tous les coups sont permis, ce qui permet à certains membres de l’Alma mater bruxelloise de participer impunément au China bashing à la mode (2).

Les propos de Mme Frangville sont écœurants. Ils sont aussi ineptes : comment peut-elle affirmer que les soulèvements ouïghours se sont déroulés « souvent de façon locale » ? Ignorerait-elle que les villes de Kunming, Canton, Pékin et Bangkok sont situées à plusieurs milliers de kilomètres du Xinjiang ? Ignorerait-elle de plus que dans la lointaine Syrie des milliers de Ouïghours fanatisés ont rejoint les rangs de l’ « État islamique » ?

Du cinéma de propagande

D’une chercheuse universitaire on aurait pu s’attendre à un peu plus d’honnêteté intellectuelle. Il est, bien sûr, tout à fait légitime de se demander si certaines politiques mises en œuvre par Pékin pour lutter contre le terrorisme au Xinjiang ne sont pas disproportionnées. En revanche, le négationnisme du terrorisme ouïghour n’est pas acceptable.

Les recherches de Mme Frangville ont trait, peut-on lire dans sa notice de présentation, « aux discours sur l’ethnicité et la construction de la nation dans la Chine moderne et contemporaine, avec un accent particulier sur le cinéma et les films de ‘minorités ethniques’ ». Est-ce pour cela qu’elle s’est crue autorisée à faire son cinéma à propos de la minorité ouïghoure dans la Chine contemporaine ?...

André LACROIX

(1) Marc Julienne, La lutte contre le terrorisme et l’extrémisme au Xinjiang : quelles méthodes pour quels résultats ? État des lieux et perspectives, SciencesPo, octobre 2017
(2) Relire :
http://tibetdoc.org/index.php/politique/mediatisation/386-les-presuppo... (21 mars 2017)
http://tibetdoc.org/index.php/politique/chine-en-general/511-confucius... (27 décembre 2019)
http://tibetdoc.org/index.php/politique/chine-en-general/513-face-au-t... (9 janvier 2020)
http://tibetdoc.org/index.php/politique/mediatisation/551-quand-les-pr... (30 mai 2020)

URL de cet article 36351
   

Même Thème
Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.